Hébergement d’urgence : quelles issues au fatalisme ?

sep article



DÉBAT – L’hiver arrive et les budgets consacrés à l’hébergement d’urgence demeurent limités. Comment, dans ces conditions, assurer la mise à l’abri des populations en difficulté ? C’est la question qui a été discutée à l’occasion du débat sur le thème Hébergement d’urgence : quelles issues au fatalisme ?, organisé par Place Gre’net ce jeudi 27 novembre 2014, à la Maison des associations de Grenoble. Retour sur une soirée animée.

 

 

 

Intervenants Débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

Environ 150 per­sonnes ont pu écou­ter et échan­ger avec les sept par­ti­ci­pants invi­tés. © Nils Louna – placegrenet.fr

 

Environ 150 per­sonnes avaient pris place, ce jeudi soir, dans la salle de confé­rence de la Maison des asso­cia­tions de Grenoble, à l’oc­ca­sion de ce cin­quième débat orga­nisé par Place Gre’net. Avant que la parole ne soit lais­sée aux élus, le public et les inter­ve­nants ont pu entendre le témoi­gnage de Marcello, ancien SDF qui a connu les dif­fi­cul­tés de la rue pen­dant trois ans dans l’agglomération gre­no­bloise. Un témoi­gnage simple et poi­gnant, écouté atten­ti­ve­ment par toutes les per­sonnes pré­sentes ce soir-là.

 

 

 

« La rue laisse des cicatrices »

 

 

Marcello ancien sans-abri témoigne lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

Témoignage de Marcello, passé par la rue. © Nils Louna – placegrenet.fr

« Le 115, soit on l’ap­pelle toutes les heures, soit on se lasse ». Interrogé sur l’utilité du numéro d’ur­gence pour les sans-abris, Marcello a ainsi fait part de sa rapide dés­illu­sion face aux contraintes d’ho­raires pour réser­ver une place dans un centre.

 

C’est notam­ment pour sup­por­ter cette las­si­tude que cer­tains sans abris trouvent, selon lui, un récon­fort éphé­mère dans l’al­cool ou la drogue. « Surtout l’al­cool, car c’est ce qu’il y a de plus abor­dable et de plus légal. » A pro­pos de la rue et de « la galère » qu’elle engen­drait, Marcello, ému, a résumé : « la rue laisse des cica­trices ».

 

Évoquant ensuite son chien, « com­pa­gnon de misère », Marcello a mon­tré à quel point la posi­tion de l’a­ni­mal res­tait ambigüe dans la vie d’un sans-abri. C’est à la fois « un far­deau » car les centres d’hé­ber­ge­ment ne les acceptent pas et un pro­tec­teur irrem­pla­çable. D’une part, pour gar­der le peu de biens que l’on pos­sède lorsque l’on vit dans la rue ; d’autre part, pour lut­ter contre la soli­tude. Même s’il est sorti de cette vie où la débrouille est la solu­tion de sur­vie, Marcello a rap­pelé avec une grande luci­dité que l’a­ve­nir res­tait incer­tain.

 

 

 

« On ne fait plus du social mais de l’humanitaire »

 

 

Stéphane Gemmani président du samu social Vinci-Codex lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

© Nils Louna – placegrenet.fr

Prenant la parole, Stéphane Gemmani, pré­sident-fon­da­teur de Vinci-Codex, Samu social de Grenoble, a évo­qué une las­si­tude simi­laire à celle de Marcello chez les 140 béné­voles de l’association. Un sen­ti­ment engen­dré par les situa­tions éprou­vantes qu’ils vivent au quo­ti­dien. « Les béné­voles veulent sau­ver le monde mais se trouvent confron­tés à la réa­lité de devoir conti­nuel­le­ment recom­men­cer l’ou­vrage réa­lisé la veille. »

 

« Le Samu social est très bien entendu mais il n’y a pas de volonté de relayer et de sou­te­nir son action au quo­ti­dien » a déploré l’an­cien conseiller muni­ci­pal sous le der­nier man­dat de Michel Destot. Avant de conclure que Vinci-Codex ne fai­sait plus du social mais de l’humanitaire.

 

De son côté, Francis Silvente, direc­teur du relais Ozanam de Grenoble, a estimé que même si le bud­get dédié à l’aide sociale et à l’ur­gence avait aug­menté de 50 % en dix ans au niveau natio­nal, « le sys­tème d’ur­gence ne fonc­tion­nait plus et ne per­met­tait pas de sor­tir dura­ble­ment de la situa­tion d’ur­gence ». Et ce der­nier de poin­ter du doigt le pro­blème récur­rent d’an­ti­ci­pa­tion et les coûts éle­vés de l’hé­ber­ge­ment.

 

 

Vue de la salle depuis le public lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme avec en arrière plan la table des intervenants

© Nils Louna – placegrenet.fr

 

 

Un engorgement des demandes d’asile

 

 

 

Françoise Cloteau, vice-pré­si­dente de la Métro en charge de l’hébergement, est pour sa part inter­ve­nue pour appor­ter quelques pré­ci­sions en matière d’accueil des deman­deurs d’a­sile en Région-Alpes. L’élue a indi­qué que le nombre de demandes d’asile était passé de 4 901 en 2011 à 6 657 en 2012 et 7 154 en 2013.

 

Françoise Cloteau vice-présidente de la Métro en charge de l’hébergement lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

La régio­na­li­sa­tion des demandes d’a­sile est en par­tie res­pon­sable de « l’en­gor­ge­ment », selon Françoise Cloteau. © Nils Louna – placegrenet.fr

Une aug­men­ta­tion et « un engor­ge­ment » qu’elle a expli­qués par l’organisation actuelle de la prise en charge des deman­deurs d’asiles. « En Rhône-Alpes, il n’y a que deux pré­fec­tures où les gens peuvent éta­blir leur demandes : à Grenoble, pour les demandes qui concernent la Savoie, la Haute-Savoie, l’Isère et la Drôme, et à Lyon pour le Rhône, l’Ardèche et la Loire ».
Françoise Cloteau a éga­le­ment insisté sur le fait qu’il était néces­saire de trou­ver une solu­tion d’hé­ber­ge­ment plus « pérenne ».

 

 

Pour Jo Briant, repré­sen­tant de la Cisem, Coordination isé­roise de soli­da­rité avec les étran­gers migrants, la solu­tion passe par une poli­tique volon­ta­riste : « S’il y a un fata­lisme, il n’y a pas d’is­sue ». Et de pré­ci­ser qu’entre 75 et 80 % des deman­deurs d’a­sile étaient débou­tés de leur demande. De quoi expli­quer l’im­pos­si­bi­lité des sans-papiers à être auto­nomes.

 

 

Réalisation JK Production.

 

 

 

« L’hébergement d’urgence n’existe pas »

 

 

Michel Savin sénateur-maire de Domène et Stéphane Gemmani président du samu social Vinci-Codex intervenants lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

© Nils Louna – placegrenet.fr

Dans le public, les réac­tions n’ont pas tardé à se faire entendre, avant même le temps des ques­tions. À la remarque d’une édu­ca­trice spé­cia­li­sée qui esti­mait que la notion d’urgence n’existait pas, Stéphane Gemmani a acquiescé et ajouté : « l’ur­gence, c’est lorsque l’on prend une per­sonne et qu’on la met dans un dis­po­si­tif ». Avant de pré­co­ni­ser, pour ce faire, le déve­lop­pe­ment d’u­ni­tés d’ac­cueil sur l’en­semble de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise afin d’être en mesure « de com­men­cer à réa­li­ser un tra­vail social ».

 

 

Stéphane Gemmani a, par ailleurs, rap­pelé qu’il « ne fal­lait pas se cacher der­rière son petit doigt et accu­ser l’État. ». Un point de vue par­tagé par Michel Savin, le séna­teur-maire de Domène. L’élu, dont la com­mune est dotée d’un centre d’ac­cueil, a ainsi fait part d’un pro­jet de débat sur l’ag­glo­mé­ra­tion concer­nant le main­tien de la com­pé­tence d’ac­cueil et de son pres­sen­ti­ment d’une réponse néga­tive. Ayant évo­qué « un risque d’ap­pels d’air » à pro­pos des poli­tiques en faveur des migrants, le séna­teur a essuyé des remarques viru­lentes de la part de mili­tants pré­sents dans le public.

 

José Arias, vice-président au conseil général de l'Isère en charge de la cohésion et du développement social lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

Pour José Arias : « il ne faut pas oppo­ser les publics mais tra­vailler en concer­ta­tion ». © Nils Louna – placegrenet.fr

 

José Arias, vice-pré­sident du Conseil géné­ral de l’Isère à l’action sociale, a pour sa part pré­cisé que l’hébergement d’ur­gence était une com­pé­tence régio­nale et déploré le manque de coor­di­na­tion dans le corps poli­tique en rai­son d’opinions diver­gentes. Une situa­tion d’au­tant plus pré­oc­cu­pante, selon l’élu que « la mon­dia­li­sa­tion pro­voque des séismes d’im­mi­gra­tion ».

 

Alain Denoyelle, adjoint au maire et vice-pré­sident du CCAS de Grenoble a, quant à lui,  rap­pelé les actions de salu­brité béné­fiques aux réfu­giés rou­mains récem­ment menées : tra­vaux d’é­va­cua­tion des ordures, accès à l’eau cou­rante et cam­pagne de vac­ci­na­tion infan­tiles. Des pro­pos tem­pé­rés par un membre du public, lui-même issu de cette com­mu­nauté, qui a indi­qué que tous n’a­vaient pas été pris en charge.

 

 

Un débat sous haute tension

 

 

Thème com­plexe, pré­sence d’un public impli­qué et par­fois très mili­tant… Le débat ne s’est pas déroulé sans accrocs, avec par­fois même des inter­ven­tions agres­sives dans la salle. Quelques membres de l’au­di­toire ont ainsi inter­pellé avec véhé­mence les inter­ve­nants, leur repro­chant de ne pas mettre rapi­de­ment en œuvre tous les moyens dis­po­nibles en faveur de l’hé­ber­ge­ment d’ur­gence.

 

 

Réalisation JK Production.

 

 

Se jus­ti­fiant sur la len­teur de cer­taines pro­cé­dures, Françoise Cloteau a pré­cisé que la mise place de solu­tions pre­nait du temps : « On ne peut pas faire n’im­porte quoi : c’est à cela que l’on dif­fé­ren­cie la démo­cra­tie de la dic­ta­ture ».

 

Interrogé au sujet de la capa­cité d’ac­cueil et de suivi, Michel Savin a estimé que tant que l’État ne pren­drait pas ses res­pon­sa­bi­li­tés concer­nant les deman­deurs d’a­sile, le pro­blème per­sis­te­rait.

 

Intervention de Marie-Thérèse Lloret, membre du comité de soutien aux réfugiés politiques algériens sous le regard du journaliste Victor Guilbert lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme

Marie-Thérèse Lloret au micro. © Nils Louna – placegrenet.fr

Des pro­pos qui ont sus­cité des inter­ven­tions dans le public, comme celle de Marie-Thérèse Lloret, membre du comité de sou­tien aux réfu­giés poli­tiques algé­riens. Celle-ci a fait part de son exas­pé­ra­tion, en reve­nant sur les pro­pos de Michel Savin : « Cela fait vingt ans que l’on entend par­ler d’ap­pel d’air ».

 

Et celle-ci de signi­fier aux inter­ve­nants que « la France est le qua­trième pays d’Europe après l’Allemagne, le Royaume-Unis et l’Italie à accueillir des deman­deurs d’a­sile ».

 

 

Maïlys Medjadj, avec Jessica Loiodice et Corentin Cormons

 

 

 

Exclus : des initiatives innovantes pour un avenir meilleur

 

 

Ce débat Place Gre’net a aussi été l’oc­ca­sion de pré­sen­ter deux ini­tia­tives inno­vantes dans le domaine archi­tec­tu­ral.

 

La pre­mière a été mise en place par l’asso­cia­tion Arpenteurs. Intitulée Parlons-en, elle entend lais­ser la parole aux per­sonnes en situa­tion de pré­ca­rité afin qu’elles puissent faire part de leurs dif­fi­cul­tés et de leurs attentes. L’association orga­nise ainsi une réunion par mois avec, à chaque fois, un thème dif­fé­rent. Des ren­dez-vous qui sont l’occasion de débattre et de mettre en com­mun des idées. L’objectif ? Retrouver de l’au­to­no­mie et lut­ter contre l’i­dée que les per­sonnes en situa­tion de pré­ca­rité sont seule­ment source de pro­blèmes.

 

Containers mobiles à destination de personnes sans-abris en réinsertion - Toi mon toit architectes Grenoble Débat Place Gre'net Hébergement d'urgence : quelles solutions ?

Containers amé­na­gés : une solu­tion à l’ex­clu­sion ? DR

Expérimentations et inno­va­tions dans l’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, seconde ini­tia­tive, a été pré­sen­tée par Véronique Decroix et Noémie Paperin, archi­tectes. Ce pro­jet, inti­tulé Toi mon toit, pro­pose un réamé­na­ge­ment de l’espace urbain et un sys­tème d’hé­ber­ge­ment mobile. Autrement dit, l’aménagement de bus en espaces d’ha­bi­ta­tion et l’installation de façon tem­po­raire d’habitations sur des par­celles de ter­rain non exploi­tées. Des habi­ta­tions mobiles qui peuvent ainsi être démon­tées pour être réins­tal­lées ailleurs.

 

En conclu­sion, Thibaut Defrance, de l’asso­cia­tion Esca, qui prône une archi­tec­ture du réem­ploi et du détour­ne­ment, a fait un retour d’expérience sur le dis­po­si­tif de contai­ner amé­nagé. Des réponses inté­res­santes, mais bien évi­dem­ment com­plé­men­taires d’une démarche active sur le ter­rain.

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4199 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je suis bien d’ac­cord avec Gérard Darcueil. Il faut inver­ser les rap­ports de force.
    J’en ai un peu assez d’en­tendre sans arrêt que les pauvres ont besoin d’un suivi social infan­ti­li­sant. Ce n’est vrai­ment pas le cas de tous.
    Si on prend le cas des étran­gers, la Préfecture ne leur donne que très rare­ment l’au­to­ri­sa­tion de tra­vailler quand ils déposent une demande de régu­la­ri­sa­tion, ou, si elle ne renou­vèle pas une auto­ri­sa­tion de séjour, l’é­tran­ger concerné perd son droit au tra­vail s’il l’a­vait, perd donc son tra­vail même en CDI, son loge­ment, et devient un SDF sa famille avec s’il en a une.
    La pré­fec­ture créé les SDF en les empê­chant d’en­trer ou de res­ter dans le droit com­mun.
    Ceux qui sont héber­gés ne peuvent pas sor­tir pour aller dans le droit com­mun, il n’y a aucun tur­no­ver, et pas de places pour les nou­veaux arri­vant dans le monde des SDF.
    Lors de ce débat, nous avons appris que les ins­tances tra­vaillent ensemble à trou­ver des solu­tions … Ne tar­dez pas … des enfants, des malades dorment dans la rue 🙁

    sep article
  2. Mon expé­rience et mes connais­sances me conduisent à pen­ser que toutes les pro­po­si­tions de poli­tiques publiques en matière de « prise en charge des per­sonnes en dif­fi­culté » relèvent du cou­rant idéo­lo­gique de la cha­rité com­pas­sion elle qui est pleine de mépris des pauvres et de la suf­fi­sance de la bour­geoi­sie.
    Ca n’ap­porte pas de solu­tion à la néces­saire éra­di­qua­tion de la misère.
    Le pro­blème de la société est le vol des pauvres par les riches pour être riches.
    La seule piste de tra­vail trans­for­ma­trice de l’ordre social est l’aide à l’or­ga­ni­sa­tion des pauvres pour qu’ils puissent ren­ver­ser les rap­ports de forces.
    Gerard dar­cueil

    sep article