Manifestation à Grenoble contre les violences policières

sep article

Près de 200 personnes se sont réunies ce samedi 8 novembre, aux alentours de 17 heures, dans le jardin Hoche de Grenoble pour manifester « Contre les violences d’État », suite à la mort de Rémi Fraisse, jeune écologiste tué fin octobre par une grenade offensive dans le Tarn.

 

 

Manifestation à Grenoble contre les violences policières © Simon Challemet

Manifestation contre les violences policières à Grenoble, le 8 novembre 2014. © Simon Challemet

« La police assassine ! La justice est complice ! » scandaient samedi 8 novembre les deux cents manifestants dans le centre-ville de Grenoble. Une manifestation parmi d’autres organisées en France, la mort de Rémi Fraisse, le 25 octobre dernier, ayant engendré de nombreuses mobilisations et contestations de la part de la société civile.

 

 

 

 

 

Une manifestation non déclarée… mais pacifiste

 

 

 

A l’origine de ce rassemblement : des collectifs alternatifs et écologistes qui ont fait circuler au cours de la semaine des tracts appelant à manifester contre les violences policières et le projet du barrage de Sivens dans le Tarn, où Rémi Fraisse a trouvé la mort. Pour rappel, le jeune écologiste a été heurté par une grenade offensive lancée par un gendarme mobile dans la nuit du 25 au 26 octobre, sur la « Zad » (Zone à défendre) de Sivens.

 

Slogans affichés lors de la manifestation contre les violences policières à Grenoble, le 8 novembre 2014. © Simon Chalemet

Slogans affichés lors de la manifestation contre les violences policières à Grenoble, le 8 novembre 2014. © Simon Chalemet

 

Samedi, les manifestants se sont d’abord rassemblés dans le jardin Hoche à 17 heures, avant de se déplacer vers le centre-ville de Grenoble. Les organisateurs, rappelant que la manifestation n’était ni déclarée, ni à l’origine d’organisation syndicale ou militante, ont appelé à marcher dans le calme, de manière à éviter les heurts. Masqués, ils ont également déconseillé aux manifestants de prendre des photos, ce qui pourrait être « dangereux ».

 

 

 

Une manifestation bien (trop) encadrée

 

 

 

manifestation contre les violences policières à Grenoble, 8 novembre 2014

Forte présence policière lors de la manifestation du 8 novembre 2014… contre les violences policières. © Simon Challemet

« Y a des flics partout ! Là, regarde, c’est des RG ! » s’offusquait, avant même le départ de la manifestation, un militant écologiste présent au jardin Hoche. En effet, les représentants des forces de l’ordre étaient nombreux lors de cette mobilisation. Des camionnettes de la police nationale encadraient le cortège.

 

Puis une escorte d’une quarantaine de CRS armés de matraques et de lance-grenades ont suivi les manifestants. Le nombre de policiers mobilisés pour encadrer cette manifestation était beaucoup plus élevé que trois jours plus tôt, lors de celle en hommage à Rémi Fraisse.

 

manifestation contre les violences policières à Grenoble, 8 novembre 2014

© Simon Challemet

La réponse policière face aux slogans anti-police a pu être perçue comme provocante parfois, notamment lorsqu’un des CRS s’est amusé à filmer les visages des manifestants, une fois le cortège dispersé. Un autre portait dans le dos l’image d’une grenade, arme offensive qui a tué Rémi Fraisse et susceptible d’être suspendue.

 

 

 

 

 

 

De Sivens à Chambaran

 

 

 

Parmi les slogans majoritairement anti-police de la manifestation comme « Flics ! Porcs ! Assassins ! », on a pu aussi entendre d’autres écologistes, tels que « Pour les Chambaran sans Center Parcs ».

 

DSC_0815La collectivité prévoit, en effet, de détruire 50 hectares de forêt sur le plateau de Chambaran pour l’établissement d’un centre de loisirs visant, selon ses détracteurs, à alimenter les intérêts privés de la société Pierre et vacances.

 

La manifestation s’étant passée dans le calme, le nombre de policiers s’est avéré disproportionné. De quoi, selon certains, accréditer le slogan « Police partout, justice nulle part ».

 

 

Simon Challemet

 

 

commentez lire les commentaires
2474 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. J’aimerais bien savoir ce que veut dire : « Pour rappel, le jeune écologiste a été heurté par une grenade assourdissante … »
    heurté ??? La grenade se baladait entre les policiers et les manifestants et, comme elle ne regardait pas où elle allait, elle a heurté Rémi Fraisse ? c’est ça ?
    Plutôt tué, terme plus approprié : « Un autre portait dans le dos l’image d’une grenade, arme offensive qui a tué Rémi Fraisse  » comme il est dit plus bas !
    Dommage que les manifestants n’aient pas rappelé la brutalité de la police contre les pompiers en décembre dernier, quand un jeune a perdu un oeil à cause d’un tir de flashball.
    Il est de plus en plus vrai que « police partout, justice nulle part »

    sep article