Vous êtes bien urbain, festival des cultures urbaines

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE VIDÉO – La deuxième édition du festival des cultures urbaines Vous êtes bien urbain bat son plein à Grenoble. Jusqu’au dimanche 26 octobre, toutes les disciplines de l’art urbain investissent lieux publics et salles de concerts. La culture hip-hop dans tous ses états ou comment partager la ville avec urbanité.

 

 

Un fes­ti­val dont le nom est une affir­ma­tion ne peut qu’in­tri­guer. Pourtant, à tra­vers cette asser­tion, les asso­cia­tions Contratak Prod et Retour de Scène, orga­ni­sa­trices de l’é­vé­ne­ment, posent mali­cieu­se­ment une ques­tion : savons-nous vivre la ville ensemble et conju­guer toutes ses cultures ?

 

Le fes­ti­val tente de don­ner une pre­mière réponse pour faire connaître et recon­naître de manière fes­tive toutes les com­po­santes d’une culture urbaine sou­vent mécon­nue et donc mal com­prise.

 

 

Réalisation JK Production

 

Jusqu’au 26 octobre, dan­seurs, graf­feurs et rap­peurs se pro­duisent ainsi au cours de concerts en salles mais aussi d’é­vé­ne­ments gra­tuits dans la ville. L’occasion de démon­trer la diver­sité de la culture hip-hop, son dyna­misme, sa géné­ro­sité, et d’af­fir­mer sa pré­sence dans le mou­ve­ment de la créa­tion contem­po­raine.

 

 

Une « battle » bien pacifique

 

 

Vous êtes bien urbain - festival grenoblois - graffeur

Les fes­ti­vi­tés ont démarré le samedi 18 octobre par une bat­tle de graf­fi­tis sur l’es­pla­nade du musée. Le prin­cipe : plu­sieurs équipes, deux thèmes, un nombre limité de bombes de pein­tures et des cou­leurs impo­sées. Pendant quatre heures, les graf­feurs se sont ainsi mesu­rés, au cours d’une bataille somme toute bien paci­fique.

 

Une pre­mière joute était consa­crée aux let­treurs en équipe de deux, tan­dis que la seconde était consa­crée aux per­son­nages, ces deux formes étant les plus repré­sen­tées dans le milieu du graf­fiti.

 

 

Des figures athlétiques et acrobatiques

 

 

Le len­de­main, c’est à La Bifurk que cela se pas­sait pour une bat­tle de break danse à deux contre deux et un contest. Entendez com­pé­ti­tion régio­nale de skate. Les équipes com­po­sées de dan­seurs par­fois très jeunes ont riva­lisé d’in­ven­ti­vité, réa­li­sant des figures sou­vent très ath­lé­tiques et acro­ba­tiques carac­té­ris­tiques de cette dis­ci­pline. Le tout, bien sûr, en gar­dant le rythme concocté par les DJ.

 

Battle de break danse à La Bifurk - © Joël Kermabon - Place Gre'net

Battle de break danse à La Bifurk – © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le public, com­posé de connais­seurs, d’a­mis ou tout sim­ple­ment de badauds ne s’y est pas trompé, saluant par des applau­dis­se­ments nour­ris les per­for­mances des brea­kers. Une ambiance cha­leu­reuse a régné toute l’a­près-midi, bien loin de celle des joutes au cours des­quelles s’af­fron­taient les bandes des quar­tiers dif­fi­ciles du Bronx.

 

 

Se réapproprier l’espace public

 

 

Ce der­nier mardi 21 octobre, le fes­ti­val a réin­vesti la rue pour un apéro-col­lage place Sainte Claire, devant le bar A l’ouest. Le concept ? Se rap­pro­prier l’es­pace public en expo­sant des col­lages sur les murs avoi­si­nants, ce qui a débou­ché au fil des heures une œuvre née de l’éner­gie col­lec­tive.

 

SérieVEBU-7En paral­lèle, se dérou­lait une jam ses­sion impro­vi­sée entre dan­seurs hip-hop et musi­ciens. Et aussi, ados­sées à cet apéro-col­lage, deux expo­si­tions urbaines : un retour en image sur l’é­di­tion 2013 du fes­ti­val par la pho­to­graphe Nathalie Granger-Pacaud et, sur les murs de la halle, une fresque de plus de six mètres créée par le jeune artiste gre­no­blois Patrick Garbit.

 

Le fes­ti­val se ter­mine dimanche pro­chain. Serez-vous, à votre tour, bien urbains ?

 

Joël Kermabon

 

 

La suite du pro­gramme sur le site web de Vous êtes bien Urbain

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1994 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.