Loyers : “la réquisition est une solution”

sep article



ENTRETIEN – Christine Garnier, vice-pré­si­dente de la Métro à l’habitat, au loge­ment et à la poli­tique fon­cière, pré­cise les dif­fé­rentes pistes de tra­vail étu­diées pour bais­ser le coût du loge­ment, qu’elle estime exces­sif, dans l’agglomération gre­no­bloise.
 
 
 
 
Le pré­sident de la Métro, Christophe Ferrari, et le maire de Grenoble, Eric Piolle, ont pris posi­tion pour expé­ri­men­ter l’encadrement des loyers. Cette mesure était pré­vue par la loi Duflot dans 38 agglo­mé­ra­tions fran­çaises mais le Premier ministre Manuel Valls a pro­posé de la limi­ter à Paris. Pourquoi jugez-vous l’expérimentation gre­no­bloise impé­ra­tive ?
 
[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
3530 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. D’après Médecins du Monde, il doit y avoir envi­ron 2 000 per­sonnes à la rue dans Grenoble, qui dorment dans des voi­tures, sur les bancs des parcs ou d’a­bris de for­tune, entre ceux qui ne peuvent plus payer leur loyer, les étran­gers en demande de papiers que l’é­tat ou le Conseil Général (pour les familles) devraient loger et ne logent pas, ceux qui sont virés de leur loge­ment sans qu’une autre solu­tion ne leur soit pro­po­sée. Il y a des céli­ba­taires, mais il y a des familles avec enfants, par­fois des tout petits, des femmes enceintes, des gens malades …
    Alors, oui, la réqui­si­tion de loge­ments vacants est une néces­sité. C’est même une urgence.
    La déci­sion et son appli­ca­tion sont atten­dues avec impa­tience.

    sep article