Retour sur un chemin de mémoire et d’accueil

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

Bruits de bottes dans les urnes, bruits d’obus sur les écrans. Plus que jamais portons l’attention à la Vie. A la Paix, entre les hommes et les femmes, de tous les pays et de toutes les nationalités, cultures et religions. C’est la raison d’être de ce million de « pas » offerts cet été entre Drancy et Izieu puis Pont-de-Beauvoisin. Ce n’est qu’une contribution, certes, mais parmi d’autres, dédiée aux enfants du monde à venir.

 
 
 
Phrase culte de John Donne, choisie par Sabine Zlatyn inscrite au pied du monument à Izieu - Bregnier-Cordon © André Weill

Phrase culte de John Donne, choi­sie par Sabine Zlatyn ins­crite au pied du monu­ment à Izieu – Bregnier-Cordon © André Weill

Un che­min de mémoire

 
 
Cette marche fut tout sauf une aven­ture indi­vi­duelle. Mais au contraire une expé­rience com­mune dédiée à ce qu’il est convenu d’appeler « la Mémoire ». Ce fut moins la marche du sou­ve­nir que celle du « reve­nir ». Faire reve­nir la mémoire des enfants de Drancy à Izieu ; la mémoire de Fernand Weill de Drancy à Pont-de-Beauvoisin. Une mémoire pour le temps pré­sent : ceux qui vont à l’école, qui vivent avec nous, au milieu de nous. Ceux qui construisent le monde de deux mains.
 
La mémoire n’est pas un concept, mais un souffle. Elle pro­vient des inson­dables confins de l’humanité. Elle construit l’enfance bien au-delà de ce que l’on peut ima­gi­ner. Aucun homme n’existerait sans mémoire. Personne ne vit séparé, isolé de l’humanité. « Aucun homme n’est une île, un tout, com­plet en soi ; tout homme est un frag­ment du conti­nent, une par­tie de l’ensemble. » [1]
 
La mémoire est ce ciment, ce filet de conten­tion qui, d’une simple liste à la Schindler, fait une huma­nité.
 
 
Un pont entre Drancy et Izieu, entre hier et demain © André Weill

Un pont entre Drancy et Izieu, entre hier et demain © André Weill

 
 

Une posture « ici et maintenant »

 
 
Ce fut une marche, une pas­se­relle dans le temps et dans l’espace. Une pos­ture adulte, déter­mi­née, ferme et douce. Un pont, sans ambigüité, sans conces­sion, sans agres­si­vité. Une marche en France, ici et main­te­nant. Une pré­sence de 701 km qui « crache à la gueule » [2] de tous les Klaus Barbie et de tous leurs héri­tiers mas­qués qui aujourd’hui ins­tru­men­ta­lisent la nation, qui font com­merce de la reli­gion, de la race, de la dif­fé­rence.
 
Non, la bête immonde, n’est pas « que » dans les cours d’histoire, au Moyen-Age et à l’autre bout du monde. C’est main­te­nant, ici en France, à Paris, au pays des droits de l’Homme.

 

 

 

28 juin 2014. Sous la pluie, une lecture lente et à voix haute de chaque prénom, nom, âge et pays d'origine © André Weill

28 juin 2014. Sous la pluie, une lec­ture lente et à voix haute de chaque pré­nom, nom, âge et pays d’o­ri­gine © André Weill

 

 

Une réappropriation

 
 

 

  Contre la misère, priorité au travail français  Les siècles passent, la xénophobie reste.      © André Weill - Affiche oct. 1941. Musée de la Résistance à Pont-de-Beauvoisin.

Les siècles passent, la xéno­pho­bie reste. © André Weill – Affiche d’oc­tobre 1941. Musée de la Résistance à Pont-de-Beauvoisin.

Quitter Drancy, renier la bar­ba­rie renais­sante. S’associer, se réunir, publi­que­ment dire non, stop, ça suf­fit. Arrêter le cau­che­mar, faire demi-tour. Revenir au cœur, chez soi, à Izieu, à Pont-de-Beauvoisin. Se mettre debout. Avec l’écharpe de la République. Prendre la parole. Photographier. Contribuer à ne pas lais­ser le silence tra­hir la mémoire.
 
Revenir chez soi, retrou­ver la Source. Dénier le crime natio­na­le­ment, reli­gieu­se­ment cor­rect. Revenir sur les lieux pour confor­ter les arti­sans de mémoire, donc de paix. Non, l’oubli n’aura pas lieu. Ni pour Fernand, arrêté pour seule cause d’identité reli­gieuse le 20 mai 1944 à Pont-de-Beauvoisin, exter­miné à Auschwitz. Ni pour les 44 enfants d’Izieu et leurs sept accom­pa­gna­teurs, arrê­tés le 6 avril 1944. Des dizaines de mil­liers de Fernand furent expul­sés hors des fron­tières fran­çaise par une légis­la­tion xéno­phobe, votée par des élus en appe­lant au patrio­tisme et aux valeurs mil­lé­naires de l’Europe. Puis fina­le­ment exter­mi­nés dans le silence géné­ra­lisé. No com­ment.
 
 
 
 
Un che­min d’ac­cueil
 
 

A chaque jour sa route, à chaque nuit son lit : tente, chambre d’hôtes, petits hôtels, gites d’étapes, accueil pèle­rins, accueil chré­tiens. Un iti­né­raire d’un mois, ça fait beau­coup d’hébergements et de ren­contres.
 

 

    Sur le chemin d'Assise, Rolande, hospitalière à St-Pierre -de-Varennes, accueille les pèlerins © André Weill

Sur le che­min d’Assise, Rolande, hos­pi­ta­lière à St-Pierre ‑de-Varennes, accueille les pèle­rins © André Weill

Voici Rolande Charleux. A 84 ans, cette hos­pi­ta­lière de Saint-Pierre-de-Varennes pra­tique « l’accueil pèle­rin » dans sa mai­son de 62 mètres car­rés. Elle fait visi­ter le vil­lage, son église. Elle nous pré­sente au seul com­mer­çant. Elle parle de sa vie avec sim­pli­cité, de son mari, de son métier. C’est en quelque sorte l’icône du che­min.
 
Et pour­tant. Ses enfants et son entou­rage ont peur ; ils lui disent de ne plus rece­voir, comme ça, des incon­nus dans sa mai­son. Que c’est devenu trop dan­ge­reux de nos jours d’ouvrir sa porte à des étran­gers. Et qu’il fau­drait pen­ser à dés­in­fec­ter la douche régu­liè­re­ment. Une pèle­rine l’a sur­nom­mée « Même pas peur ». La ren­contre avec Rolande m’a fait pleu­rer. A l’image de François d’Assise, cette femme per­son­ni­fie la sim­pli­cité et l’évidence de l’amour. Inoubliable ! Longue vie à toi Rolande. Et, quand le croque-mort t’emportera, qu’il te conduise à tra­vers ciel, au père éter­nel.
 
 
 

Un chemin de rencontres, de partage, de gratitude

 
 

Si la marche est un acte indi­vi­duel, celle-ci fut vou­lue comme une aven­ture humaine : faire, faire savoir, reve­nir, ren­con­trer la mémoire ancienne, créer des liens, dis­cu­ter, ras­sem­bler et échan­ger, des avis pour dia­lo­guer.
- Une com­pagne de vie qui « accom­pagne » le temps de ses vacances d’été. Joie, res­pect et gra­ti­tude.
- Une asso­cia­tion inter­na­tio­nale de pèle­rins – Compostelle Cordoue – atten­tive et soli­daire tout le temps du par­cours : avant, pen­dant, après.
- Une asso­cia­tion pèle­rine en Rhône-Alpes - les amis de saint Jacques – qui relaie l’information. Ultreïa !
- Un acquies­ce­ment média­tique : longue inter­view radio ; deux articles majeurs dans la presse écrite [3] ; plu­sieurs annonces locales ; un blog… ici même à Place Gre’net ; de nom­breux relais réseaux sociaux.
- Un ami qui mani­feste son désac­cord avec cette démarche et qui, les larmes aux yeux, se retire. Merci à lui d’avoir osé le contre-pied. Respect !
- Trois élus de la République per­son­nel­le­ment impli­qués : deux dépu­tés de l’Isère et un maire adjoint.
- Quatre per­sonnes sac au dos, sur une ou deux étapes. Bravo.
- Sept mar­cheurs, célèbres et ano­nymes, ensemble lors de la der­nière éta­pede Izieu à Pont-de-Beauvoisin.
- Seize amis sous capuche et para­pluie entre Drancy et Paris. Notamment une nièce, un beau-frère, une cou­sine, un cou­sin. Quelques fortes lec­tures de mémoires.
- Trente hos­pi­ta­liers accré­di­tant la démarche sur la cré­den­tial.
- Trente cinq per­sonnes pour un excep­tion­nel temps de visite à la Maison d’Izieu. Accueil, com­pé­tences péda­go­giques, recueille­ments, convi­via­lité, lec­ture, réso­nance d’âme.
- Quelques émou­vantes sur­prises venues de loin.
 
    Arrivée le 2 aout 2014 à Pont-de-Beauvoisin, Place de la République, lieu d'arrestation de Fernand Weill le 20 mai 1944 © ANACR Pont-de-Beauvoisin

Arrivée le 2 aout 2014 à Pont-de-Beauvoisin, Place de la République, lieu d’ar­res­ta­tion de Fernand Weill le 20 mai 1944 © ANACR Pont-de-Beauvoisin

 
- Quarante cinq per­sonnes place de la République à Pont-de-Beauvoisin, dont Raymonde, 84 ans, qui, à l’âge de 12 ans, assis­tait à la rafle de Fernand. Une grande mani­fes­ta­tion de la dignité et de la mémoire, avec de très nom­breuses asso­cia­tions locales : Résistance, Vivre Ensemble, Mémoire, Solidarité, etc.
- Cent dix mails de sou­tien au départ et pen­dant le tra­jet.
 
 
 

Une Mémoire à venir

 
 
Nous oublions trop sou­vent cette vérité, l’humain est fabri­qué pour vivre sur deux pieds. Vivre debout pour ins­tal­ler la conscience, donc la mémoire, dans le corps. Les pèle­rins du monde entier peuvent en témoi­gner : la marche pro­voque l’ou­ver­ture du cœur.
 

 

    L'ouverture du cœur est le défi planétaire. Alors les murs tomberont. © André Weill

L’ouverture du cœur est le défi pla­né­taire. Alors les murs tom­be­ront. © André Weill

Ouverture du cœur. C’est là le vrai défi pla­né­taire des décen­nies à venir. Alors les murs tom­be­ront.
Les géné­ra­tions à venir n’auront pas le choix. Elles ne pour­ront, comme nous l’avons fait, s’abriter der­rière les murs de la peur. Cela fut une étape, peut-être néces­saire hier, mais obso­lète demain, compte tenu de l’évolution des com­mu­ni­ca­tions, des savoirs et des consciences. Il fau­dra néces­sai­re­ment vivre la mai­son ouverte, la main ouverte, le cœur ouvert. De fait, citoyens d’un seul monde, nos enfants sont condam­nés. A vivre ensemble.
 
 
 

 Mes chers amis,

 
 
Geneviève Erramuzpé, directrice, évoque pour les marcheurs et visiteurs la mémoire des enfants d'Izieu © Maison d'Izieu - Dénissa Baudouin

Geneviève Erramuzpé, direc­trice, évoque pour les mar­cheurs et visi­teurs la mémoire des enfants d’Izieu © Maison d’Izieu – Dénissa Baudouin

La Mémoire à venir sait qu’il n’y a pas de choc de civi­li­sa­tion ; mais seule­ment des chocs de non-civi­li­sés.
La Mémoire à venir sait très bien que ce n’est pas parce qu’ils étaient juifs, chré­tiens ou musul­mans que les hommes se sont exter­mi­nés. Mais que, jus­te­ment, c’est parce qu’ils ne l’étaient pas. [4]
 
 
André Weill
 
 
 
 
[1] John Donne. Citation sur le mur de la Maison d’Izieu.
[2] « Danser en temps de guerre, c’est comme cra­cher à la gueule du diable. » Hafid Aggoune
[3] Lettre 3593 TC du 26 juin 2014 et DL du 28 juin 2014.
[4] Fondation « Hommes de Parole. Congrès mon­dial des imams et rab­bins pour la paix.
 

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4209 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Merveilleux André,mon ami,

    Combien j’au­rai aimé mettre mes pas dans les tiens,comme vous l’a­viez fait,Élisabeth et toi,sur notre Chemin de Rome,en 2006,dans le Lubéron…un tête contre tête inou­bliable au moment de nous sépa­rer pour ouvrir nos cœurs à l’a­mour qui cou­lait en nous…cet Amour qui devra cou­ler dans le cœur de cha­cun et qui sau­vera l’humanité..Merci pour cette marche pour la Paix.…Paix dans le cœur de chacun…Ponts entre les hommes…Amour qui ren­ver­sera les murs que cer­tains veulent tou­jours construire …et pourtant.nous avons bien vécu la des­truc­tion d’un mur…l
    André encore merci poue ces preuves d’a­mour.
    « Sois heureux,et rends les autres heu­reux ! »
    Bien fra­ter­nel­le­ment
    Daniel Paul Lahlou

    sep article