Balades théâtralisées bientôt le dernier acte

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Depuis 2006, tout au long de la période estivale, l’Office de tourisme de Grenoble propose des balades théâtralisées retraçant l’histoire de la ville. Cette année encore, le public peut assister à trois spectacles explorant de manière ludique le patrimoine historique de la ville : L’étincelle de la Révolution, Le fantôme du parlement et un nouveau spectacle : Panique au téléphérique.

 
 
 
Vous avez peut-être déjà ren­con­tré en ville ce sans-culotte de la pre­mière heure. Sur la place aux Herbes ou place Notre Dame, juché sur un esca­beau, coiffé d’un bon­net phry­gien, il harangue un audi­toire visi­ble­ment conquis à la manière des révo­lu­tion­naires de l’an 1788 lors de la jour­née des Tuiles.
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pascal Servet, comé­dien, est l’homme-orchestre de ces balades théâ­tra­li­sées. Depuis 2006, l’Office de tou­risme lui confie la créa­tion et la mise en scène de ces par­cours his­to­riques très appré­ciés du public gre­no­blois.
 
Mais dépê­chez-vous ! Vous n’a­vez plus que jus­qu’au 30 août inclus pour en pro­fi­ter. Du par­vis du Musée au palais du Parlement en pas­sant par l’hô­tel Lesdiguières et le télé­phé­rique, ces lieux emblé­ma­tiques du patri­moine de Grenoble n’au­ront plus de secrets pour vous.
 
 
 
Réalisation JK Production
 
 

« A nous deux, on fait une troupe ! »

 
 
Pour autant, ce n’est pas un one man show. Maryse Michaud, éga­le­ment comé­dienne, donne la réplique à Pascal Servet dans les deux autres pièces. On doit notam­ment à cette der­nière de magni­fiques cos­tumes d’é­poque, ceux que l’on peut admi­rer dans Le Fantôme du Parlement.
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour mon­ter ces spec­tacles, il faut savoir tout faire : « À nous deux, on fait une troupe ! Nous fai­sons presque tout ! » confie Pascal Servet. « Nous nous occu­pons de la mise en scène ; par­fois nous fai­sons appel à un met­teur en scène exté­rieur. De mon côté, je tra­vaille un peu plus sur les textes ». Et d’a­jou­ter : « cette année, pour Panique au télé­phé­rique, nous avons tra­vaillé avec un vidéaste qui a conçu plein d’ef­fets spé­ciaux assez sym­pa­thiques ».
 
 
 

Un public essentiellement grenoblois

 

 

On aurait pu croire que ces repré­sen­ta­tions attirent plu­tôt des tou­ristes visi­tant Grenoble. Il n’en est rien. Maryse Michaud pré­cise : « Nous tou­chons un public essen­tiel­le­ment gre­no­blois, mais les Grenoblois amènent des amis, des tou­ristes qu’ils connaissent. Et nous avons énor­mé­ment d’ha­bi­tués qui nous suivent depuis 2006 ». A noter aussi cette année, une forte pré­sence d’en­fants puisque Panique au télé­phé­rique a été plus spé­cia­le­ment conçu pour eux.
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Alors pas d’hé­si­ta­tion ! Si la “grande his­toire” est expli­quée, la “petite his­toire” n’en est pas pour autant oubliée. Les comé­diens ont émaillé leurs textes d’a­nec­dotes savou­reuses et de détails d’é­poque sur la vie quo­ti­dienne. Ce qui n’é­tait pour cer­tains que des noms de rues deviennent, au fil des textes, des per­son­nages bien vivants. Là réside toute la magie de ces balades théâ­trales.
 
 
Joël Kermabon

 

 

Pour en savoir plus : le site de l’Office de Tourisme

 

 

 

 
 
 

 

 

commentez lire les commentaires
2697 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.