Intermittents et précaires solidaires

sep article

REPORTAGE VIDEO – Grenoble a suivi la journée de mobilisation, ce vendredi 4 juillet, dans le cadre d’un appel national à la grève par les coordinations des intermittents et des précaires (CIP). Retour sur ce mouvement de protestation qui se prolonge.

 
 
Assemblée générale en plein centre-ville, actions collectives de sensibilisation, happenings, débat sur les conséquences de la nouvelle convention Unedic… La journée a été longue et bien remplie ce vendredi 4 juillet pour les intermittents et précaires isérois mobilisés contre la nouvelle réforme d’assurance chômage.
 
A l’occasion de cette journée nationale d’action et de grève contre la nouvelle convention Unedic, plusieurs dizaines d’entre eux se sont ainsi mobilisés à Grenoble, comme partout en France. Alors même que les spectacles d’ouverture du festival d’Avignon étaient annulés.
 
Réalisation : JK Production.
 
 
Cabaret Frappé, Eté Oh! Parc, Divercities, Rocktambule… Autant d’événements culturels grenoblois auxquels participent des intermittents du spectacle. A l’occasion de cette journée, le Festival du Film Court en Plein Air de Grenoble a remplacé par solidarité la projection en plein air de 22 h, place Saint André, par un temps d’échange avec les intermittents et précaires du CIP-38.
 
 
Guillaume Poulet, directeur de la cinémathèque de Grenoble, explique pourquoi l’équipe du festival a décidé de soutenir ce mouvement.
 
Réalisation : JK Production.
 
 

Un combat soutenu par l’équipe municipale

 
 
Eric Piolle, le maire de Grenoble, a, à plusieurs reprises, affirmé le soutien de la nouvelle majorité aux intermittents, qu’il juge « légitimement mobilisés pour le droit de travailler dans de bonnes conditions ».
 

 

Coordination des précaires et des intermittents du spectacle de l'Isère en pleine action à Grenoble contre la convention Unedic

© Joël Kermabon – placegrenet.fr

Le maire et son adjointe aux Cultures, Corinne Bernard, ont même écrit au Premier ministre, Manuel Valls, et à la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, afin de leur demander de ne pas agréer en l’état l’accord inter-syndical du 14 mai 2014 et de « réunir une nouvelle fois autour de la table tous les partenaires sociaux concernés, afin de co–construire avec eux les équilibres qui assureront la viabilité durable du statut d’intermittent ».
 
Une délégation d’intermittents du spectacle a par ailleurs pu expliquer les motifs de leur mobilisation, en ouverture de conseil municipal de la ville de Grenoble, le 30 juin dernier. L’occasion pour Eric Piolle de rappeler une nouvelle fois son engagement à leur côté : « la culture est trop importante pour notre société pour que ses acteurs soient maltraités. La ville permettra donc aux intermittents de s’exprimer chaque fois que nécessaire cet été : dans ses festivals, sur les places publiques… ».
Les intermittents n’ont donc pas fini de s’exprimer sur la scène grenobloise.
 
 
Paul Turenne
 
 
Pour suivre l’actualité sur Grenoble et les manifestations, vous pouvez consulter le site de la coordination des précaires et intermittents de l’Isère, ou sa page Facebook
 
 
commentez lire les commentaires
2110 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.