Marion Bisiaux, une scientifique grenobloise qui brise la glace

sep article



Lors d’une mission scientifique sur un glacier canadien à carotter la glace, la Grenobloise Marion Bisiaux a rédigé un journal de bord qui permet de partager avec humour le quotidien des glaciologues. Le livre, prévu pour l’automne 2014, doit réunir 4 000 euros pour pouvoir être tiré à 1 500 exemplaires.

 
 
 
Vingt-sept jours sur un gla­cier cana­dien à forer et extraire des carottes de glace… De cette expé­di­tion scien­ti­fique, la Grenobloise Marion Bisiaux a fait un livre. Un “car­net glacé” à six mains puisqu’il est illus­tré par la plas­ti­cienne sté­pha­noise Maude Marchal et conçu par la gra­phiste lyon­naise Pauline Chaffard.
 
 

 

Photos et illus­tra­tions tirées du livre
 
 
Un livre scien­ti­fique ? Plutôt un jour­nal de bord qui décrit avec humour le quo­ti­dien des cher­cheurs, per­chés à 3 000 mètres d’altitude en Colombie bri­tan­nique, à grat­ter la glace quelles que soient les condi­tions météo­ro­lo­giques.
 
 
Rêve d’en­fant
 
 
Que fait-on à part pré­le­ver 250 carottes de glace d’un mètre de long sur le gla­cier du col du Combatant pen­dant près d’un mois ? Marion Bisiaux, alors en thèse de gla­cio­lo­gie, l’a vécu à l’été 2010. Et le raconte, entre récit et anec­dotes. 
 
Cette expé­di­tion fut la concré­ti­sa­tion d’un rêve d’enfant pour l’étudiante en sciences de la terre et de l’environnement à l’université Joseph-Fourier, et l’occasion d’en savoir plus sur le chan­ge­ment cli­ma­tique. Mais pas seule­ment : elle a aussi connu la vie à douze dans un espace par­fois confiné, l’art de cui­si­ner en milieu extrême ou les nuits à comp­ter les mou­tons quand la tem­pête fait rage.
 
Ce livre, pour l’heure encore à l’é­tat de pro­jet, est actuel­le­ment sou­mis aux contri­bu­tions des kiss­ban­kers sur la plate-forme de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif KissKissBankBank. Objectif : atteindre les 4 000 euros, afin de sou­te­nir la paru­tion, à l’automne 2014, de 1 500 exem­plaires aux édi­tions lyon­naises Libel. A quelques jours de la fin de la cam­pagne (le 26 mai), le pro­jet, cré­dité de 3 100 euros col­lec­tés, est sur la bonne voie.
 
Pour suivre le pro­jet, ren­dez-vous sur leur page Facebook.
 
 
Patricia Cerinsek
 
 
 
Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3194 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.