Le darwinisme dans un tube à essai

sep article



Une expérience en laboratoire a récemment révélé son lot de surprises. Des scientifiques grenoblois ont découvert pour la première fois l’apparition de plusieurs lignées cellulaires à partir d’une seule et même bactérie. Des résultats qui viennent confirmer la théorie de Darwin.

 
 
 
Erlenmeyer experience laboratoire 25 ans livre Darwin

CR Madeleine Lenski – CNRS

Darwin avait rai­son ! Une expé­rience de labo­ra­toire menée à Grenoble depuis 26 ans vient de four­nir des résul­tats confir­mant la théo­rie du célèbre natu­ra­liste anglais Charles Darwin, pré­sen­tée en 1859 dans son ouvrage « De l’o­ri­gine des espèces ». A savoir que toutes les espèces vivantes sont le fruit de l’é­vo­lu­tion et de l’a­dap­ta­tion de leurs ancêtres.
 
Une cel­lule unique d’Escherichia coli (appe­lée « l’ancêtre ») a été uti­li­sée pour ini­tier douze popu­la­tions culti­vées nuit et jour depuis 1988 dans douze tubes à essai, avec le glu­cose comme seule source nutri­tion­nelle. Or sur les douze échan­tillons, un tube a fait naître deux types de lignées bac­té­riennes. L’une d’entre elles est consti­tuée de grandes cel­lules et l’autre de petites, les grandes cel­lules pro­dui­sant acti­ve­ment des méta­bo­lites que les petites cel­lules uti­lisent comme source nutri­tive.
 
C’est ce que vient de décou­vrir l’équipe de Dominique Schneider du Laboratoire adap­ta­tion et patho­gé­nie des microor­ga­nismes (CNRS/Université Grenoble), en col­la­bo­ra­tion avec le pro­fes­seur Richard Lenski, bio­lo­giste de l’évolution à l’université d’État du Michigan.
 
 

Décongeler “l’ancêtre”

 
 
Richard Lenski Dominique Schneider boîte de Pétri bactéries gâteau d'anniversaire 25 ans experience laboratoire Darwin

CR Madeleine Lenski/CNRS

Les cher­cheurs gre­no­blois n’en reviennent tou­jours pas ! Après avoir réa­lisé cette décou­verte, ils ont réussi à iden­ti­fier trois types de muta­tions géné­tiques néces­saires à l’ap­pa­ri­tion de la seconde lignée bac­té­rienne. Pour véri­fier ces résul­tats, les scien­ti­fiques ont décon­gelé “l’an­cêtre” et y ont intro­duit dans l’ordre les trois muta­tions géné­tiques. “L’ancêtre” s’est alors trans­formé en cel­lules plus petites, avec toutes les carac­té­ris­tiques de la nou­velle lignée.
 
Cette étude, publiée dans le maga­zine Science, montre tech­ni­que­ment que deux nou­velles lignées bac­té­riennes peuvent émer­ger à par­tir d’un ancêtre com­mun, puis coexis­ter. Une nou­velle page de l’his­toire de l’é­vo­lu­tion vient donc d’être écrite.
 
 
 Étienne Chaudagne
 
 
Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2183 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.