Le darwinisme dans un tube à essai

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

Une expérience en laboratoire a récemment révélé son lot de surprises. Des scientifiques grenoblois ont découvert pour la première fois l’apparition de plusieurs lignées cellulaires à partir d’une seule et même bactérie. Des résultats qui viennent confirmer la théorie de Darwin.

 
 
 
Erlenmeyer experience laboratoire 25 ans livre Darwin

CR Madeleine Lenski – CNRS

Darwin avait raison ! Une expérience de laboratoire menée à Grenoble depuis 26 ans vient de fournir des résultats confirmant la théorie du célèbre naturaliste anglais Charles Darwin, présentée en 1859 dans son ouvrage « De l’origine des espèces ». A savoir que toutes les espèces vivantes sont le fruit de l’évolution et de l’adaptation de leurs ancêtres.
 
Une cellule unique d’Escherichia coli (appelée « l’ancêtre ») a été utilisée pour initier douze populations cultivées nuit et jour depuis 1988 dans douze tubes à essai, avec le glucose comme seule source nutritionnelle. Or sur les douze échantillons, un tube a fait naître deux types de lignées bactériennes. L’une d’entre elles est constituée de grandes cellules et l’autre de petites, les grandes cellules produisant activement des métabolites que les petites cellules utilisent comme source nutritive.
 
C’est ce que vient de découvrir l’équipe de Dominique Schneider du Laboratoire adaptation et pathogénie des microorganismes (CNRS/Université Grenoble), en collaboration avec le professeur Richard Lenski, biologiste de l’évolution à l’université d’État du Michigan.
 
 

Décongeler “l’ancêtre”

 
 
Richard Lenski Dominique Schneider boîte de Pétri bactéries gâteau d'anniversaire 25 ans experience laboratoire Darwin

CR Madeleine Lenski/CNRS

Les chercheurs grenoblois n’en reviennent toujours pas ! Après avoir réalisé cette découverte, ils ont réussi à identifier trois types de mutations génétiques nécessaires à l’apparition de la seconde lignée bactérienne. Pour vérifier ces résultats, les scientifiques ont décongelé “l’ancêtre” et y ont introduit dans l’ordre les trois mutations génétiques. “L’ancêtre” s’est alors transformé en cellules plus petites, avec toutes les caractéristiques de la nouvelle lignée.
 
Cette étude, publiée dans le magazine Science, montre techniquement que deux nouvelles lignées bactériennes peuvent émerger à partir d’un ancêtre commun, puis coexister. Une nouvelle page de l’histoire de l’évolution vient donc d’être écrite.
 
 
 Étienne Chaudagne
 
 
commentez lire les commentaires
1668 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.