Bleu profond, la couleur de Fabienne Swiatly

sep article



Depuis quelques années, je croise régulièrement Fabienne Swiatly sur ma route de lectrice, sans jamais me lasser de sa voix singulière. Actuellement en résidence à la Maison de la poésie Rhône-Alpes, elle poursuit un chemin littéraire où le travail tient une place insistante. Le boulot, le cambouis, l’usine… tout ce à quoi elle donne une couleur bleue, d’un bleu profond et tenace.

 
 
 

 

Gagner sa vie - Fabienne Swiatly

Gagner sa vie – Fabienne Swiatly

Fabienne Swiatly… ce fut d’a­bord un nom repéré ici ou là, sur des sites lit­té­raires, sans doute d’a­bord remue.net. Puis une curio­sité aigui­sée qui abou­tit à une ren­contre à la librai­rie La Dérive, à Grenoble. Et des lec­tures, sou­vent recom­men­cées.
 
Je reviens en effet régu­liè­re­ment à la plu­part de ses textes, qui m’ap­pa­raissent comme des cairns, bali­sant le che­min à la fois fer­me­ment et sim­ple­ment. Je me rends sou­vent sur son site La trace bleue, je la suis dans ses ate­liers d’é­cri­ture, ses recherches pho­to­gra­phiques, j’aime chez elle un mélange de doute et d’éner­gie.
 
 
 
Ils ont répondu ges­tion-com­merce

 

 

Gagner sa vie, le pre­mier texte paru aux édi­tions La Fosse aux ours, déplie un par­cours pro­fes­sion­nel à la manière d’un anti-CV. Quelques courts cha­pitres comme autant de cailloux dans la forêt dou­teuse des jobs sans fierté, des bou­lots à deux balles, d’une place que la jeune femme quitte parce qu’elle a sur­pris la patronne du res­tau­rant en train de lui voler un billet de pour­boire. Le tra­vail déshu­ma­ni­sant qui isole, et dès le départ « l’i­dée ter­rible de ne pas faire mieux que ses parents ».
 
Fabienne Swiatly vient de la Lorraine des usines, d’une vie où cha­cun est tôt assi­gné. « J’ai dit lit­té­ra­ture, ils ont répondu ges­tion-com­merce ». Comment peu à peu, elle a échappé à un des­tin, c’est ce que raconte ce livre à la rigueur iri­sée d’hu­mour et d’é­mo­tion, juste comme il faut. C’est bien la jus­tesse en effet qui rend à mes yeux cette écri­ture impec­cable et fra­ter­nelle.
 
 

 

bleu de travail par Fabienne Swiatly

© Fabienne Swiatly

Une éthique de l’é­cri­ture

 

 

L’auteure se dit volon­tiers « res­ca­pée du zéro en ortho­graphe ». Elle dit s’être arra­chée à une autre fata­lité, celle de la langue qui tra­hit et conduit à la faute. « Ce mot de faute qui fait honte et me rap­pelle d’où je viens. Le père et la mère qui parlent mal le fran­çais.  Famille qui ne semble pas venir d’un pays mais du plus sombre de la mine, là où le grand-père pous­sait les wagons. »
 
De cette langue pour­tant conquise, elle a appris à se méfier, à la tenir à dis­tance, et sur­tout à évi­ter les mots qui ne sont pas à l’in­té­rieur d’elle-même. Si elle reven­dique la leçon de Barthes sur l’a­na­mnèse – retrou­ver sans l’a­gran­dir ni le faire vibrer la ténuité d’un sou­ve­nir* – elle s’ins­crit aussi à mes yeux dans la lignée d’une autre trans­fuge sociale, Annie Ernaux, dont l’é­thique d’é­cri­ture me semble proche de la sienne.
 
 

Travailler le bleu

 

 

Le gris de l’u­sine et le bleu du tra­vail, Fabienne Swiatly y revient sans cesse, dans la pho­to­gra­phie d’a­bord, où elle sai­sit de pré­fé­rence un monde presque entiè­re­ment dis­paru. Friches, bâti­ments délais­sés, pauvres traces…ƒ Elle y revient actuel­le­ment à l’oc­ca­sion de sa rési­dence à la Maison de la poé­sie Rhône-Alpes, qu’elle a inti­tu­lée jus­te­ment « Au bou­lot ! ». Pour un pro­jet d’ex­po­si­tion, elle récolte en ce moment des bleus de tra­vail (il est tou­jours pos­sible de lui en faire par­ve­nir**).
 
Elle s’é­tonne que la lit­té­ra­ture, et la poé­sie en par­ti­cu­lier, nous laisse pré­ci­sé­ment si peu de traces du monde ouvrier, de ses espaces, de ses émo­tions. Et de citer, a contra­rio le Journal d’un manœuvre du regretté Thierry Metz, ou À vrai dire, jour­nal de tra­vail d’Antoine Emaz. Avec la volonté sans fin d’être « avec ceux qui se taisent ou qui sont réduits au silence »***. Elle nous pro­met pour dans quelque temps une res­ti­tu­tion de cette quête d’un peu de bleu pro­fond entre les plis de la lit­té­ra­ture.
 
 
 

Malgré le ricanement des oracles

 
 
La Fulgurance du geste

La Fulgurance du geste

J’aime aussi dans l’é­cri­ture de Fabienne Swiatly sa sou­ve­raine apti­tude à pas­ser d’un genre à l’autre, à se moquer des caté­go­ries, à n’en faire sou­vent figu­rer aucune sur la cou­ver­ture du livre. Roman, récit, théâtre, poé­sie, c’est tout un. Son der­nier texte, La Fulgurance du geste est paru récem­ment aux édi­tions L’Amourier : c’est à la fois un récit, voire un récit de fait divers tra­gique – le geste d’un homme qui « s’est appuyé sur sa colère pour tout quit­ter » – une prose ten­due et un poème d’a­mour qui ose offrir les plaies et les plai­sirs de sa mémoire « mal­gré le rica­ne­ment des oracles ».
 
Et si le monde appa­raît par­fois comme « un amas d’in­cer­ti­tudes » avec « la peur pour unique ren­gaine », res­tent la joie de l’a­mour, celle qui éta­blit « l’ad­di­tion des jours heu­reux dont il fau­dra se sou­ve­nir. »
 
Danielle Maurel
 
 
* Roland Barthes par Roland Barthes, Œuvres com­plètes IV, éd. Eric Marty, Paris, Seuil, 2002, p. 685.
** Maison de la poé­sie Rhône-Alpes : 04 76 03 16 38 et 09 66 87 16 38
cour­riel : maison.poesie.rhone.alpes@orange.fr
*** Antoine Emaz sur le site remue.net
 
 
Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2431 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.