La mission locale de Grenoble au coeur des remous

sep article



RÉACTIONS – La mission locale de Grenoble semble plus que jamais tiraillée, une partie des salariés dénonçant les dysfonctionnements en interne, tandis que les autres se montrent plus frileux. Le tout sous couvert d’anonymat. État des lieux.

 
 

 

Mission locale de Grenoble

Mission locale de Grenoble. DR

La mis­sion locale de Grenoble est tou­jours au cœur de la tour­mente. Suite à la paru­tion de l’article « Missions locales les rai­sons de la colère », le 29 mars der­nier sur placegrenet.fr, nous avons reçu le 10 avril der­nier un mail d’une sala­riée de la mis­sion locale de Grenoble.
 
Celle-ci indi­quait que 14 sala­riés de cette struc­ture tenaient à pré­ci­ser : « Les pro­pos rap­por­tés n’é­tant pas tou­jours en lien avec le contenu de ce texte, l’ar­ticle publié ne reflète fina­le­ment pas l’es­prit col­lec­tif de cette motion. » Une réac­tion qui nous a poussé à en savoir plus sur l’au­teur…
 
[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5879 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « La mis­sion locale de Grenoble au coeur des remous » … cer­tai­ne­ment parce que c’est la plus grosse … Mais les dif­fi­cul­tés que ren­contrent les conseillers sont les mêmes par­tout … Ont-ils ailleurs des oreilles direc­to­riales plus atten­tives ? Pas sûr du tout, vu que, à ma connais­sance, les direc­tions sont assez for­ma­tées.
    Il n’y a pas de bou­lot … que dire aux jeunes ? que leur faire faire ? Les conseillers sont-ils tou­jours jugés d’a­près le nombre de jeunes pla­cés (en for­ma­tion ou en emploi) ? La situa­tion de devrait pas les rendre malades et se poser la ques­tion de leur « uti­lité » ? Ne sont-ils qu’un cau­tère sur une jambe de bois ?
    Tant que les sala­riés, les direc­teurs et les pré­si­dents n’a­gi­ront pas ensemble pour une autre poli­tique éco­no­mique qui ne laisse pas les jeunes sur le bord de la route, le malaise per­sis­tera dans les mis­sions locales, inutile que cer­tain joue les éton­nés et que d’autre conti­nue à jeter de l’huile sur le feu d’une manière ano­nyme. Le malaise s’est accen­tué, mais il date de très nom­breuses années et aucun poli­tique (pré­sident) n’a voulu le prendre en compte.

    sep article