L'écrivain Nicolas Clément à la librairie La Dérive à Grenoble : photo de Yann Montigné

Nicolas Clément : des livres pour se hisser

Nicolas Clément : des livres pour se hisser

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nicolas Clément est né à Bourgoin-Jallieu. Il a trait les vaches dans la ferme de son arrière-grand-mère à Biol-le-haut. Cela ne fait pas de lui un écrivain des bêtes, même si l’animalité a sa part dans son premier roman Sauf les fleurs. Il enseigne la philosophie en terminale et en classe préparatoire. Il était invité récemment à la librairie La dérive. Récit d’une rencontre autour de la force des mots.

 
 
 
L'écrivain Nicolas Clément à la librairie La Dérive à Grenoble : photo de Yann Montigné

L’écrivain Nicolas Clément à la librai­rie La Dérive à Grenoble. © Yann Montigné

 

On saura peu de choses de Nicolas Clément, en dehors de ces rares détails bio­gra­phiques dont l’un – la traite des vaches – fut lancé à la fois comme une bou­tade et une fierté de quasi Parisien que l’é­table habite tou­jours. Le nom fait de deux pré­noms est de plume, his­toire de faire la part entre la vie de prof et l’i­den­tité littéraire.
 
Parlons alors plu­tôt de Marthe, la nar­ra­trice de ce court et dense pre­mier roman, Sauf les fleurs. Le titre vient de Beckett : « Je m’en vais tout effa­cer sauf les fleurs. »* De fait, Marthe a été réduite au silence. Elle note ainsi au début de son récit qu’il lui reste « peu de mots ».
 
La vio­lence du père – « Papa qui fauche notre enfance, fouette nos lèvres » – mar­ty­rise les corps et mas­sacre aussi le lan­gage, efface la parole. « Papa ne pro­nonce plus nos pré­noms, se jette sur le verbe, phrases courtes sans adjec­tif, sans com­plé­ment, seule­ment des ordres et des mar­ti­nets. »
 
 
 

Des béquilles contre la violence meurtrière

 
 
Marthe, dont la voix s’est impo­sée peu à peu à l’au­teur, vit dans une ferme, entre les coups du père et l’a­mour infini qu’elle voue à sa mère et à son petit frère Léonce. C’est à ce der­nier qu’elle écrit, qu’elle s’a­dresse pour témoi­gner de son his­toire – de leur his­toire, depuis un lieu que le lec­teur découvre peu avant la fin du roman, et dont je ne dirai rien.
 
L'écrivain Nicolas Clément avec un verre à pied à la librairie La Dérive à Grenoble : photo de Yann Montigné

L’écrivain Nicolas Clément à la librai­rie La Dérive à Grenoble. © Yann Montigné

Quant à la mère, elle a beau en cou­vrir les cica­trices par les vête­ments qu’elle coud pour elle, Marthe ne pourra rien contre les coups meur­triers du père. Exit la mère donc, qui meurt un jour­nal fourré dans la bouche… Mais bien­ve­nue à l’a­mour, une des béquilles que l’a­do­les­cente puis jeune femme s’in­vente, pour sur­vivre, sous les traits de Fabien.
 
Quand Marthe s’en va à Baltimore, en com­pa­gnie de son amou­reux musi­cien, on pour­rait voir dans Sauf les fleurs un roman de rési­lience. On aurait envie de croire que cette his­toire finira bien. Il n’en est rien. Ce livre se révèle à la fois léger et impla­cable. Léger par l’aé­rienne et ban­cale poé­sie qui habite la langue de Marthe.
 
Connectée aux ani­maux, à l’herbe, aux nuages, celle-ci use en effet d’i­mages impro­bables, où se téles­copent des ondes étranges. Et fina­le­ment pleines de sens. « Ce que j’aime dans un nom, c’est trou­ver un toit. » Ou, plus loin, « je n’ai pas d’autre choix que ma vie soi­gnée par le désert. » Et tant d’autres que le lec­teur s’empresse de sou­li­gner pour en savou­rer l’in­tense scintillement.
 
 
 

Sous le signe d’Eschyle

 
 
S’il est en même temps impla­cable, le roman l’est en effet par l’en­chaî­ne­ment des faits où la ren­contre avec un cer­tain livre par­ti­cipe de l’en­gre­nage. Ce livre, c’est L’Orestie, d’Eschyle, que la nar­ra­trice découvre grâce à son ins­ti­tu­trice. D’abord, elle confond avec échelle, « qui sert à se his­ser ». Non contente d’a­voir un jour entre les mains ce texte presque sacré – puisque Mademoiselle Nathalie le lit à la récréa­tion –, Marthe s’emploie bien­tôt à apprendre le grec pour pou­voir tra­duire Eschyle !
 
L'écrivain Nicolas Clément : photo Héloïse Jouanard

© Héloïse Jouanard

Si Nicolas Clément l’a­vait voulu, Marthe aurait pu conti­nuer à se his­ser, elle serait peut-être deve­nue une fameuse tra­duc­trice, hono­rée par ses pairs, elle aurait de nom­breux élèves, « pour faire leurs preuves ». C’est le sou­hait qu’elle exprime à un moment, mais l’au­teur en décide autrement…
 
A moins que la fin ouverte du roman laisse ima­gi­ner qu’un jour, mal­gré tout, ces rêves deviennent réa­lité ? Merci à Nicolas Clément de ne pas rétré­cir l’es­pace fic­tif du lec­teur, de tendre son texte comme une pro­po­si­tion, un pos­sible. Et de faire scin­tiller, dans l’ombre d’une his­toire vio­lente, l’é­clat de mille sen­tences poé­tiques, riches d’es­pé­rance… « Lire, écrire, tra­duire, écrit Marthe, c’est refor­mer le sein, aérer le fumier d’où sor­ti­ront les fleurs der­rière chaque tort redressé ». Nicolas Clément est un fameux jardinier.
 
Danielle Maurel
 
 
* in Têtes mortes, édi­tions de Minuit, 1972
 
 

Couverture de l'ouvrage Sauf les fleurs de l'écrivain Nicolas Clément paru chez Buchet ChastelA vos agendas

 
Nicolas Clément est l’in­vité de la biblio­thèque de Chavanoz le 11 avril pro­chain à 19h30.
 
Sauf les fleurs fait, par ailleurs, par­tie de la sélec­tion du pro­chain Festival du pre­mier roman de Chambéry, qui a lieu du 22 au 25 mai.

 

 

 
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

D. Maurel

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Yves Baruffaldi de la librairie grenobloise La Dérive qui fête ses 40 ans en 2018. © Alain Fischer - Gremag Tous droits réservés
La librairie indépendante La Dérive franchit le cap des quarante ans à Grenoble

EN BREF - Plus ancienne librairie indépendante et généraliste de Grenoble, La Dérive, située sur la place Sainte-Claire, a quarante ans. Et a prévu de Lire plus

La librairie Chemain de Voiron placée en liquidation judiciaire, une pétition engage ses signataires à acheter local. Voire plus...
Une pétition pour sauver la librairie Chemain de la liquidation judiciaire

Un collectif citoyen voironnais a lancé une pétition en ligne pour tenter de sauver la librairie Chemain à Voiron, placée en liquidation judiciaire par le Lire plus

Laurence Mani-Ponset, à la librairie Chemain à Voiron. La librairie fait appel à Ulule et au financement participatif pour maintenir son activité. Photo Patricia Cerinsek pour placegrenet.fr
Ulule au secours des librairies indépendantes en Rhône-Alpes

FOCUS - Les libraires indépendants sont sur la corde raide. En Rhône-Alpes, quatre d'entre eux font appel au financement participatif pour ne pas baisser le Lire plus

Rue des écoles reprend Arthaud

ÉVÉNEMENT - En désignant l’éditeur Rue des écoles comme repreneur, le tribunal de commerce de Paris a mis fin, le 10 février, aux craintes du Lire plus

Reprise d’Arthaud : Muriel Bignon marque un point

Ce vendredi 7 février, les différentes propositions de reprise de la librairie Arthaud de Grenoble ont été soumises au vote lors du Comité d’entreprise. Une Lire plus

La vitrine de la librairie Arthaud à Grenoble le 9 janvier 2014 avec le nombre de signatures pour la pétition de soutien
La librairie Arthaud en voie d’être sauvée

ÉVÉNEMENT - Trois offres de reprise d’Arthaud ont été dévoilées ce 31 janvier, dont deux sont susceptibles d’aboutir. De quoi certainement permettre à la librairie Lire plus

Flash Info

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin