Café vélo : “5 € les deux bières et 2 € les freins”

sep article



REPORTAGE – Ils sont sept associés à avoir ouvert, en janvier dernier, le Café vélo dans le quartier Berriat. L’originalité du lieu ? Un bar collé à l’atelier permet de réparer son vélo, tout en buvant une bière ou en mangeant bio et local à moindre prix.

 
 

 

Moment de partage au comptoir du café-vélo de Grenoble

© Jean-Baptiste Auduc – placegrenet.fr

La rue est morne, comme le bâti­ment qui abrite le café. Les lieux sont presque déserts. Pas de quoi enle­ver le sou­rire à Jessy. Cheveux longs atta­chés et petites lunettes, celui-ci s’entretient avec Jean-Noël, seul client ce soir.
 
Ce der­nier raconte sa décou­verte. « J’ai trouvé ce lieu dans le jour­nal. Je fais 15 km par jour et mon vélo a des pro­blèmes de freins. Je n’avais pas envie de le répa­rer moi-même. Donc je suis venu ici. » Il regarde sa note et sou­rit. « Là, j’ai payé cinq euros pour deux bières et deux euros pour mes freins », se réjouit-il avant de repar­tir, conquis.
 

 

Le gérant du café-vélo de Grenoble derrière son comptoir

 
Jessy tra­vaille au poly­gone scien­ti­fique et vient don­ner un coup de main pour faire tour­ner le tout nou­veau café. Accessoirement, il répare une machine à café qui fait des siennes. Il pré­sente les pièces défec­tueuses à son amie, près du bar. « Il aime bien la méca­nique », lance-t-elle, un brin moqueuse.
 
Tous deux appar­tiennent au groupe de sept asso­ciés qui ont monté le café vélo avec 24 000 euros et après dix mois de réflexion. « On savait que le local allait se libé­rer. Comme le loyer n’est pas élevé, on en a pro­fité pour lan­cer ce café ». Avant, le res­tau­rant Les bas côtés habi­tait les lieux. Des réunions poli­tiques alter­na­tives y étaient orga­ni­sées. « Il y avait une épi­ce­rie bio et une biblio­thèque » se sou­vient Jessy.

 

 
Nourriture bio et locale
 
 
Un vélo sous forme de pièces détachées au mur du café-vélo de Grenoble

© J‑B Auduc

Tous pas­sion­nés de vélos, ils ont fait le café vélo à leur image. Une bicy­clette rouge comme enseigne, un deux roues éclaté au mur, des toi­lettes pour le moins aty­piques. Et un ate­lier accolé au bar.
 
Les asso­ciés sont des proches de l’association Un p’tit vélo dans la tête. Mais dans cet ate­lier, ce sont les gérants qui réparent. Le client ne peut pas tou­cher seul son bicycle.
 
 
 
 
Stockage de cycles au café-vélo de Grenoble réparation de bicyclettes et café à la fois

© Jean-Baptiste Auduc – placegrenet.fr

« Ceux qui veulent répa­rer leur vélo tout seuls, on les envoie au P’tit vélo dans la tête. Et par­fois, ce sont eux qui nous envoient des clients. » Bien qu’il n’y ait qu’un diplômé du cycle parmi les fon­da­teurs des lieux, Jessy l’affirme « fina­le­ment, nous sommes tous capables de régler les petits sou­cis des vélos. »
 
Cadre avec une notice explicative de montage de bicyclette au café-vélo de Grenoble

© Jean-Baptiste Auduc – placegrenet.fr

Le café vélo reste un café. Mais les gérants tentent de pro­po­ser des pro­duits en accord avec leurs valeurs. « La nour­ri­ture ser­vie est bio et locale » explique Sylvain, l’un des asso­ciés. Le midi, c’est un repas à 10 euros. « Je ne crois pas qu’on trouve ça ailleurs à Grenoble » s’amuse Jessy. « On vise des prix bas. Notre tech­ni­cien a regardé les prix de la concur­rence et il a estimé qu’il pou­vait les divi­ser par deux. C’est pareil pour la nour­ri­ture », conti­nue-t-il, avant de conclure : « Bon, c’est vrai que notre chiffre d’affaires est faible mais on va trou­ver des solu­tions. »
 
Le but serait non pas d’aug­men­ter les prix, mais le nombre de clients. Alors les asso­ciés essaient d’i­ma­gi­ner de nou­velles acti­vi­tés. « On veut faire des expo­si­tions cen­trées autour du cycle » évoque Jessy. Des expo­si­tions artis­tiques donc, mais aussi com­mer­ciales. Un concept à creu­ser.
Un client demande en coup de vent : « On peut ame­ner ses propres pièces ? ». « Bien sûr » répond Jessy. Même si, à terme, les asso­ciés aime­raient vendre des pièces de rechange et même des bicy­clettes. Une autre piste de déve­lop­pe­ment pour ces créa­teurs pleins d’i­dées.
 
 
Jean-Baptiste Auduc
 
 
 
Jessy nous raconte pour­quoi il a eu envie de lan­cer ce concept.
 
 
 
 
Café vélo, au 59 rue Nicolas Chorier
Ouverture du mardi au ven­dredi : 9h – 14h30 puis 17h30 – 21h
Samedi : 9h – 19h
Téléphone : 09 84 15 23 25
 

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
4120 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.