Mireille d’Ornano : la révoltée chancelante

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

PORTRAIT INTERACTIF – Depuis 1995, le Front national grenoblois a disparu avec elle du paysage politique grenoblois. Dix-neuf ans plus tard, Mireille d’Ornano espère bien le ressusciter. Convaincue de sa présence au deuxième tour du scrutin, elle s’imagine en « résistante » face à l’insécurité et aux impôts locaux. Passée l’ardeur dont elle fait preuve sur ses sujets de prédilection, le tempérament et le discours se font plus hésitants sur les autres.

 
 
Les muni­ci­pales : un scru­tin de listes mais un bul­le­tin de cœur. Plus qu’une équipe, c’est sur­tout le nom d’un maire qui sera glissé dans l’urne les 23 et 30 mars pro­chains. Place Gre’net vous fait décou­vrir un des prin­ci­paux can­di­dats chaque dimanche jusqu’au pre­mier tour. Son par­cours poli­tique, mais aussi ses attaches per­son­nelles et son tem­pé­ra­ment pour faire votre choix avec conscience et convic­tion.
 
 

Passez votre sou­ris sur l’image et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Véronique Serre. Interactivité : Victor Guilbert © placegrenet.fr

 
 
Elle n’est pas encore dans le fau­teuil de maire que Mireille d’Ornano fait déjà des éco­no­mies bud­gé­taires. Pas de local de cam­pagne en rez-de-chaus­sée avec pignon sur rue, mais deux pièces louées pour les muni­ci­pales dans les bureaux dépar­te­men­taux du Front natio­nal, face au parc Paul Mistral. D’ici aussi, elle a des vues sur la mai­rie.
 
Aujourd’hui secré­taire dépar­te­men­tale en Isère du parti d’extrême droite, elle a quitté le bâti­ment du bou­le­vard Jean Pain en 1995, après un man­dat de conseillère muni­ci­pale d’opposition et une pre­mière can­di­da­ture aux muni­ci­pales récom­pen­sée par 8,47 % des voix. Changeant de ver­sant des Alpes pour s’investir davan­tage en poli­tique, Jean-Marie Le Pen lui confie « la terre de mis­sion » des Alpes de Haute-Provence, ne vou­lant pas gêner son mari qui occu­pait à l’époque la fonc­tion de secré­taire dépar­te­men­tal du Front natio­nal Isère.
  
© Nils Louna

© Nils Louna

Un temps conseillère muni­ci­pale à Manosque, Mireille d’Ornano conti­nue en paral­lèle de vivre et tra­vailler à Grenoble jusqu’en 2010, avant – usée par les kilo­mètres – de se fixer tota­le­ment en Isère en tant qu’é­lue conseillère régio­nale en Rhône-Alpes. « Je ne suis donc pas une para­chu­tée à Grenoble. La boucle est désor­mais bou­clée. Je ter­mi­ne­rai ma car­rière poli­tique ici », pré­sage-t-elle, avant de se féli­ci­ter de la pré­sence fron­tiste en Isère, « En 2008, il n’y avait aucune liste dans le dépar­te­ment. Aujourd’hui, il y en a six ! ».
 
Un père pié­mon­tais, une mère de l’hexagone. « Je me sens sur­tout fran­çaise », s’oblige-t-elle à choi­sir. La poli­tique, « c’est peut-être mon grand-père ban­quier engagé qui m’en a trans­mis le virus ». À 25 ans, elle adhère avec son mari au RPR pour que ses enfants aient « une vie meilleure », avant de rapi­de­ment délais­ser ce parti, refu­sant tout comme son mari « de voter Mitterrand pour blo­quer Giscard d’Estaing, comme les ins­tances du parti nous le deman­daient ».
 
 

La fierté familiale

 
 
Après cette rup­ture avec le RPR, l’époux – un aris­to­crate issu d’une grande famille corse « qui a servi la France depuis François 1er » – bifurque immé­dia­te­ment vers le Front natio­nal. Pour sa part, Mireille d’Ornano s’aiguille d’abord « vers l’engagement asso­cia­tif » tra­di­tio­na­liste du « Cercle natio­nal femmes d’Europe ». Une orga­ni­sa­tion affi­liée au FN et pré­si­dée par Martine Lehideux, dépu­tée euro­péenne fron­tiste, qui défend la famille, « socle de notre iden­tité et de notre ave­nir », et s’oppose à l’IVG et au Pacs.
 
La famille jus­te­ment, une fierté pour Mireille d’Ornano qui a donné nais­sance à cinq filles. Et qui adopte le même com­por­te­ment mater­nel et pro­tec­teur envers les autres can­di­dats inves­tis en Isère, dont le plus jeune âgé a 22 ans. « La vie poli­tique est dif­fi­cile à mener de pair avec la vie fami­liale et pro­fes­sion­nelle, mais j’ai réussi, notam­ment en met­tant les aînées à contri­bu­tion », explique la can­di­date, secré­taire médi­cale de pro­fes­sion et désor­mais res­pon­sable depuis plu­sieurs années d’un ser­vice de recou­vre­ment. Avant de tem­pé­rer quelque peu son pro­pos : « Mes enfants ont souf­fert de mon absence. Ça ne leur a pas donné envie de s’investir à leur tour ».
 
Passez votre sou­ris sur l’image et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Véronique Serre. Interactivité : Victor Guilbert © placegrenet.fr
 
 

« Les invectives décuplent mes forces »

 
 
Un oppo­sant lui recon­naît « une forme de poli­tesse bien­veillante, pro­ba­ble­ment héri­tée d’une édu­ca­tion de bonne famille. C’est d’autant plus sur­pre­nant quand le dis­cours devient sou­dain extrême et que tombent les masques ».
 
Au conseil régio­nal, cer­tains aime­raient la voir prendre ses dis­tances avec les frasques de son col­lègue Bruno Gollnisch, bais­sant son pan­ta­lon ou effec­tuant une “que­nelle” dans l’assemblée. « Ça n’engage que lui. Je n’ai pas à com­men­ter cela. Joker », se contente de répondre Mireille d’Ornano, visi­ble­ment embar­ras­sée.
 

 

© Nils Louna

© Nils Louna

La can­di­date n’a pas réponse à tout et n’hésite pas à l’admettre quand c’est le cas. Les récents débats contra­dic­toires l’ont encore démon­tré, quand – cha­hu­tée par ses adver­saires ou inter­ro­gée plus pré­ci­sé­ment sans pou­voir avoir recours à ses notes – les réponses se sont faites plus hési­tantes et mal­adroites.
 
« Ce n’est pas l’exercice que je pré­fère, sur­tout quand le public, sou­vent mili­tant, est éga­le­ment hos­tile », avoue-t-elle. En revanche, « les invec­tives décuplent mes forces car je suis quelqu’un de com­bat­tif ». Son cabas à rou­lette aux motifs treillis mili­taires en atteste.
 
Cette pug­na­cité cou­plée à la per­cée élec­to­rale du Front natio­nal – grâce notam­ment à l’abstention et aux votes contes­ta­taires – lui fait espé­rer un très beau score au pre­mier tour. « Nous avons les com­pé­tences pour gou­ver­ner cette ville. J’ai tou­jours été dans l’opposition. J’aimerais bien être dans la majo­rité pour mon­trer ce que l’on sait faire », s’impatiente-t-elle de cet autre côté du parc Paul Mistral.
 
Victor Guilbert
 
 
 
Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
6030 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Et sa tra­hi­son avec Megret, elle en parle jamais ?

    sep article
  2. j’ai bien aimé le ton de l’ar­ticle 😉
    Mme d’Ornano n’a pas tout com­pris à l’es­prit de Grenoble. La Résistance, ce n’est pas elle qui la repré­sente, c’est l’es­prit fron­deur des gre­no­blois, pour qui l’anti-racisme occupe une place d’hon­neur.
    Le seul pari que l’on peut prendre c’est sur la pré­sence ou non du FN au 2e tour. Perso, je parie plu­tôt un tout petit 9 % des voix.

    sep article