Matthieu Chamussy : l’opposant obstiné

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

PORTRAIT INTERACTIF – Le calme après la tempête. Durant les secousses qu’a connues dernièrement la droite grenobloise pour désigner sa tête de liste, Matthieu Chamussy a évité les excès de langage pour ne pas ajouter de tensions à la désunion. L’entente désormais retrouvée, le candidat de la droite (UMP-UDI), au tempérament prudent et mesuré, espère créer la surprise le 23 mars prochain, face à des gauches désunies, mais pas irréconciliables.

 
 
Les muni­ci­pales : un scru­tin de listes mais un bul­le­tin de cœur. Plus qu’une équipe, c’est sur­tout le nom d’un maire qui sera glissé dans l’urne les 23 et 30 mars pro­chains. Place Gre’net vous fait décou­vrir un can­di­dat chaque dimanche jusqu’au pre­mier tour. Son par­cours poli­tique, mais aussi ses attaches per­son­nelles et son tem­pé­ra­ment pour faire votre choix avec conscience et convic­tion.

 Passez votre sou­ris sur l’image et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Véronique Serre / Interactivité : Victor Guilbert © placegrenet.fr 

 

Place Jean Achard. Contrairement aux jours de visites de sou­tien de François Fillon, Jean-François Copé et Bruno Le Maire, le local de cam­pagne de Matthieu Chamussy paraît bien vide en ce matin plu­vieux. Dans son agenda ce jour-là, aucun repré­sen­tant natio­nal de l’UMP à accueillir pour por­ter sa can­di­da­ture.
 
Tout juste, dans la soi­rée, une réunion de pré­sen­ta­tion de son pro­jet dans le quar­tier Alliés qu’il a pri­vi­lé­giée au deuxième débat public de Place Gre’net et du Club de la presse. Une absence qui a sus­cité l’indignation des can­di­dats de la gauche : le socia­liste Jérôme Safar et l’écologiste Eric Piolle. Ce d’au­tant plus qu’il s’est fait repré­sen­ter par le numéro 9 de sa liste, Alain Carignon.
 
Réponses brèves et pudeur natu­relle. Matthieu Chamussy se confie peu. « S’il reste dis­cret sur son par­cours et sa vie per­son­nelle, il se montre net­te­ment plus loquace dès qu’il s’agit de poli­tique », rela­ti­vise un de ses colis­tiers.
 
 
« Une famille catho de gauche »
 
La poli­tique, il a bai­gné dedans depuis l’en­fance. Mais pas dans le cou­rant qu’il sou­haite por­ter à la tête de la ville où il a grandi. « À la mai­son, il y avait toutes les gauches repré­sen­tées. Ma famille est plu­tôt « catho de gauche », mais mon frère est passé par tous les par­tis d’extrême gauche ». De quoi ani­mer les repas de famille. « Je m’en sors bien parce qu’en géné­ral ils passent plus de temps à se taper des­sus mutuel­le­ment plu­tôt que sur moi ».
 
Au col­lège, le jeune Matthieu affine son posi­tion­ne­ment poli­tique. « J’avais déjà une pas­sion pour l’histoire. Je me sou­viens avoir fait un exposé sur Pierre Mendès-France quelques semaines après sa mort. J’ai ensuite décou­vert le par­cours du Général de Gaulle. C’est ce qui m’a engagé dans cette voie-là ». Sa ligne poli­tique est, depuis, res­tée inva­riable.
 
Après avoir par­couru l’Europe en train – un conti­nent qu’il consi­dère aujourd’hui comme « notre des­ti­née » et dont il s’emploie à faire décou­vrir chaque année une nou­velle ville à ses trois enfants – il s’engage dans le scou­tisme fran­çais en enca­drant les acti­vi­tés des plus jeunes. « Ce mou­ve­ment véhi­cule des valeurs fortes et saines. C’est impor­tant, sur­tout dans le monde actuel. Je suis heu­reux que mes enfants y soient enga­gés à leur tour aujourd’hui. »
 
 
« Un cos­tume trop grand pour lui »
 
Gaulliste depuis son ado­les­cence, c’est natu­rel­le­ment qu’il passe du mili­tan­tisme à une car­rière poli­tique. À 21 ans, il devient assis­tant par­le­men­taire du député Richard Cazenave, aujourd’hui en troi­sième posi­tion de sa liste. Il occu­pera ce poste durant sept ans.
 
Il décroche son pre­mier man­dat en 1998 à la région Rhône-Alpes et occupe, en paral­lèle, la fonc­tion de secré­taire dépar­te­men­tal du RPR en Isère. Quand Charles Millon, alors pré­sident de l’assemblée régio­nale, fait alliance avec le Front natio­nal pour conser­ver la majo­rité en Rhône-Alpes, Matthieu Chamussy consti­tue par oppo­si­tion un nou­veau groupe poli­tique avec quatre autres élus régio­naux. Aujourd’hui encore à Grenoble, il écarte toute alliance avec le parti d’extrême droite, mal­gré les mains ten­dues de ce der­nier.
 
Depuis 2001, il est conseiller muni­ci­pal d’opposition à Grenoble et conseiller com­mu­nau­taire de la Métro depuis 2009. « Une oppo­si­tion rigide », juge un adjoint de la majo­rité, pour qui « Matthieu Chamussy ne sait pas s’arrêter avant l’outrage. Son atti­tude peut le des­ser­vir ».
 
Ce n’est qu’en 2012 qu’il prend la pré­si­dence du groupe poli­tique de droite au conseil muni­ci­pal de Grenoble, suc­cé­dant à l’absentéiste Fabien de Sans Nicolas. « Matthieu Chamussy a voulu appa­raître comme le lea­der légi­time de la droite gre­no­bloise, mais le cos­tume est trop grand pour lui. Il n’a ni le cha­risme, ni la volonté de vic­toire », tacle un membre de sa famille poli­tique. « C’est ce qu’on disait de Gérard Collomb, Bertrand Delanoë et Alain Carignon avant qu’ils ne soient élus maires », répond l’intéressé.
 
Alors, l’activité poli­tique, une car­rière à plein temps et pour la vie ? Le can­di­dat dilue sa réponse. « Je n’ai pas de boule de cris­tal, mais le man­dat de maire est une acti­vité pleine et entière. Les enjeux sont suf­fi­sam­ment consi­dé­rables. C’est la rai­son pour laquelle je m’oppose au cumul des man­dats, y com­pris contre cer­tains de ma famille poli­tique ». Faute de réélec­tion à la région en 2004, il a d’ailleurs créé la même année son acti­vité de conseil en com­mu­ni­ca­tion de crise, « le troi­sième temps de (sa) vie pro­fes­sion­nelle ».
 
Passez votre sou­ris sur l’image et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Véronique Serre / Interactivité : Victor Guilbert © placegrenet.fr 
 
 
« Le chêne et le roseau »
 
L’année 2013 lui a per­mis de mettre en pra­tique ses connais­sances en la matière. Embourbé dans le chaos de la pri­maire de la droite gre­no­bloise, annu­lée puis avor­tée en rai­son de désac­cords internes sur le mode de scru­tin ; contraint par les ins­tances pari­siennes de l’UMP à réa­li­ser une liste d’union avec Alain Carignon, dont les par­ti­sans s’activent pour­tant à le décré­di­bi­li­ser, Matthieu Chamussy, de nature obs­ti­née, n’a rien lâché.
 
« Comme dans la fable de La Fontaine, je suis le roseau qui s’oppose au chêne. Je suis flexible mais je ne romps pas ! J’ai le sens du com­pro­mis, mais on ne m’oblige pas à faire ce que je ne veux pas », conclut la tête de liste.
 
Victor Guilbert
 
 
Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
4478 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Et entre 18 et 21 ans ? pas d’é­tudes, pas de diplôme ?

    Pourquoi ne revient-il pas sur son par­cours à la fac de droit de Grenoble ?

    sep article