Recensement : compter pour mieux gérer

sep article

REPORTAGE – L’Insee a publié ses chiffres : la France compte 66 millions d’habitants au 1er janvier 2014. Mais combien de Grenoblois parmi eux ? C’est ce qu’essaie de savoir une équipe d’une quarantaine d’agents chargés du recensement. Parmi eux, Jacqueline, qui parcourt la ville depuis le 16 janvier et ce pour cinq semaines.

 
 

 

Jacqueline agent recenseur Insee à Grenoble dans un hall d'immeuble à la porte d'un ascenseur

© Chloé Ponset – placegrenet.fr

Il est onze heure quand Jacqueline, la cinquantaine, commence sa tournée. Une heure tardive, qui se veut en accord avec le rythme de vie des sondés. « Il y a peu de chance de rencontrer des actifs à 9 heures du matin, assure-t-elle. Mes horaires sont flexibles, mais je préfère commencer vers 11h et continuer jusqu’à 14h30. Et puis je reviens vers 17h30 jusqu’à 20h. »
 
L’agent recenseur a cinq bâtiments à sa charge, comprenant chacun entre 25 et 90 appartements. « J’ai commencé le travail en repérant les appartements et les noms sur les portes. Je dois noter la position exacte de l’appartement et l’étage, afin d’avoir une vision très précise de la population » explique-t-elle.
 
 

“Ne vous inquiétez pas !”

 
 
Les bras surchargés de nombreuses feuilles à distribuer et de multiples documents administratifs, elle aborde les gens avec amabilité. Les questionnaires sont exhaustifs et peuvent sembler intrusifs. Aussi Jacqueline s’empresse-t-elle de préciser quand les sondés se questionnent : « Ne vous inquiétez pas ! Ces informations seront confiées à l’Insee seulement pour les statistiques ».
 
C’est en effet l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui organise le recensement de la population en partenariat avec les communes. Et Jacqueline aime à rappeler que ces données permettront de calculer si la zone étudiée a besoin de plus de crèches, de fonds pour améliorer l’espace public… Après cet effort pédagogique, l’accueil qui lui est réservé est en général agréable.
 
Jacqueline agent recenseur Insee à Grenoble remplit le questionnaire avec une personne âgée

© Chloé Ponset – placegrenet.fr

 
Jacqueline rencontre une première fois les habitants et leur transmet les fiches personnelles qu’ils doivent remplir. Elle doit ensuite les aider à leur remplissage, puis remettre ces informations à la mairie. Le recensement est un instantané qui nécessite de faire des opérations rapidement, en quelques semaines maximum.
 
Ces cinq semaines de travail sont les bienvenues pour elle, même si la rémunération est modeste, à raison de 1,20 euro par bordereau de logement et 1,50 euro par bulletin individuel. Après un récent licenciement, Jacqueline se trouve en effet « entre deux jobs ». Elle apprécie par ailleurs cette mission qui la pousse à aller au-devant de personnes très différentes et à faire des rencontres enrichissantes.
 
 
 
 
Cette année, l’Insee connaîtra la situation de 8 % de la population des villes de plus de 10 000 habitants. En effet, l’Institut a abandonné le recensement global en 1999. Les démarches étaient beaucoup trop lourdes pour les désormais 66 millions d’habitants de l’hexagone. La France est pionnière dans ce type de recensement nommé statistiques de sondages. Mais comment les États connaissaient leur population il y a dix, cent ou mille ans ? Cette chronologie vous en dit plus.
 
 
 
Jean-Baptiste Auduc
 
commentez lire les commentaires
1575 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.