Les sapeurs-pompiers encore et toujours mobilisés

sep article



La colère ne cesse pas du côté des sapeurs-pompiers. Après s’être mobilisés à Fontaine, Bourgoin-Jallieu et lors du conseil communautaire de la Métro, ils étaient près de 150 à s’être invités au conseil municipal de Saint-Étienne-de-Crossey ce lundi 20 janvier.

 

 

Badge résistance des Sapeurs pompiers du Sdis 38 en conflit avec leur direction

Le badge des contes­ta­taires. DR

Depuis quelques semaines, les sapeurs pom­piers isé­rois ne cessent d’in­ter­pel­ler leur direc­tion et de l’ap­pe­ler à la démis­sion. Sont ainsi visés Jean-François Gaujour, pré­sident du Service dépar­te­men­tal d’incendie et de secours (Sdis), et le colo­nel Hervé Enard, direc­teur dépar­te­men­tal du Sdis. Le pre­mier est aussi maire de Saint-Étienne-de-Crossey. D’où cette mobi­li­sa­tion.
 
« Jean-François Gaujour n’a ouvert aucun dia­logue et est resté dans son rôle de maire », résume Manuel Coullet, repré­sen­tant Sud du Sdis 38. Pas de dia­logue, mais une prise de parole de la part des sapeurs-pom­piers qui ont ainsi pu lire des décla­ra­tions aux élus pré­sents.
 
« Nos reven­di­ca­tions n’ont pas changé », affirme de son côté Thierry Granger de l’intersyndicale CGT Syndicat auto­nome Sdis 38. Parmi celles-ci : « un sou­tien à Quentin et assu­rer son ave­nir pro­fes­sion­nel au sein des sapeurs-pom­piers pro­fes­sion­nels, le retrait des 1607 heures, l’absence de sanc­tion suite au mou­ve­ment social engagé, la nomi­na­tion d’un média­teur et le départ de la direc­tion géné­rale ».
 
 
Sapeurs pompiers du Sdis 38 au conseil municipal de Saint-Etienne-de-Crossey le 20 janvier 2014 avec un portrait de Quentin

La colère ne fai­blit pas. DR

 
Pour le moment, la mobi­li­sa­tion conti­nue. « La seule avan­cée qu’on a obte­nue, c’est la ren­contre avec André Vallini, qui nous a pro­posé d’être le média­teur entre la direc­tion et les orga­ni­sa­tions syn­di­cales » note Thierry Granger. La média­tion par le pré­sident du conseil géné­ral aura ainsi lieu le lundi 27 jan­vier.
 
A défaut d’obtenir la démis­sion de la direc­tion, les pom­piers étaient pré­sents ce 20 jan­vier pour « deman­der à l’élu de faire un geste fort pour faire avan­cer la dis­cus­sion et les négo­cia­tions » ajoute-t-il. Car le dia­logue est au point mort. « On est un tou­jours dans le mépris. Aujourd’hui, il n’y a pas de négo­cia­tions ».
 
Alors, ils entendent bien per­sé­vé­rer et ne pas en res­ter là. Le 25 jan­vier pro­chain, auront lieux les vœux de Jean-François Gaujour. Un second voyage à Saint-Étienne-de-Crossey est d’ores et déjà prévu. « On main­tient la pres­sion pour mon­trer aux popu­la­tions qui sont vrai­ment les élus à la tête de leurs com­munes et com­ment ils traitent des pom­piers » conclut Manuel Coullet.
 
 
Guillaume Rantet
 
 
Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3584 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.