La Birmanie vue par un Grenoblois

sep article

ÉVÉNEMENT – « Birmanie, un pays en équilibre… » est une exposition photo à découvrir en ce moment à la galerie Hervé Pollini optique. Réalisée par le photographe Pierre Lamarca, elle nous fait voyager à travers la Birmanie. Un pays en pleine transition qui s’ouvre peu à peu sur le monde.

 
 
 
Pêcheur de la tribue Intha sur le lac Inlé en Birmanie Photographie

Pêcheur de la tribu Intha sur le lac Inlé © Karmin com­mu­ni­ca­tion pho­to­gra­phie

Petit fils d’immigré ita­lien et fils d’artiste, Pierre Lamarca a tou­jours été pas­sionné de voyages et de pho­to­gra­phie. Ce Grenoblois d’origine a fait ses pre­mières prises de vue dès l’âge de 12 ans. « C’était de simples pho­tos de cama­rades, lors des voyages sco­laires » explique-t-il.
 
Son DUT élec­tro­nique en poche, Pierre Lamarca intègre Merlin Gerin dans les années 80. C’est dans cette entre­prise gre­no­bloise, deve­nue Schneider Electric en 1992, qu’il fera toute sa car­rière. Et c’est en 2009, après y avoir passé vingt-huit ans, qu’il lan­cera sa société : Karmin com­mu­ni­ca­tion pho­to­gra­phie. « L’idée était de réunir le monde de l’industrie et de l’art à tra­vers cette entre­prise » indique-t-il. Une nou­velle aven­ture com­mence alors pour ce mordu de photo qui peut désor­mais vivre de sa pas­sion.
 
 
 
La Birmanie, un pays mis sous cloche
 

 

Deux pêcheurs mettent à l'eau leur barque dans le Golfe du Bengale Birmanie © Karmin Communication Photographie

Deux pêcheurs en train de mettre à l’eau une lourde barque dans le Golfe du Bengale  © Karmin com­mu­ni­ca­tion pho­to­gra­phie

Fin 2012, res­sen­tant le besoin de voya­ger pour se res­sour­cer, Pierre Lamarca et sa com­pagne partent pour la Birmanie. Un mois de voyage et de décou­verte les attend alors dans ce pays en pleine muta­tion.
 
A cette période, la Birmanie s’ouvre, en effet, au reste du monde. Les années de dic­ta­ture mili­taire sont en train de prendre fin. En témoigne la libé­ra­tion, en novembre 2010, après vingt ans pas­sés en rési­dence sur­veillée, d’Aung San Suu Kyi, figure fémi­nine de l’opposition non-vio­lente à la junte mili­taire.
 
« Nous avons eu envie de visi­ter ce pays, mis sous cloche pen­dant des années, et d’en savoir un peu plus sur son ouver­ture récente. Et cela a été une décou­verte totale » explique-t-il.
 
« D’habitude, nous aimons par­tir avec le sac à dos sur les épaules pour pou­voir mieux décou­vrir le pays où nous sommes. Mais cette fois, nous avons été obli­gés de pla­ni­fier un peu et d’adapter notre voyage en fonc­tion de l’ouverture des régions » ajoute Pierre Lamarca. « C’est un pays où les infra­struc­tures rou­tières ne sont pas for­cé­ment très bonnes. Nous avons donc été obli­gés de prendre l’avion à plu­sieurs reprises pour nous rendre d’une ville à une autre. Nous étions donc moins libres de nos mou­ve­ments ».
 
 
 
Des por­traits pris sur le vif
 
 
En vingt-huit jours de voyage, Pierre Lamarca pren­dra pas moins de 17 000 cli­chés. A tra­vers ses pho­to­gra­phies, on retrouve sa vision de la Birmanie : un pays en équi­libre, qui se cherche, entre moder­nité et expan­sion éco­no­mique, entre sacré et pro­fane.

 

Le Rocher d’or à Kyaik-Hti-Yo Birmanie © Karmin Communication Photographie

Le Rocher d’or à Kyaik-Hti-Yo © Karmin com­mu­ni­ca­tion pho­to­gra­phie

« Tout semble être une ques­tion d’équilibre instable. Jusqu’au monu­ment qui sym­bo­lise le plus sou­vent la Birmanie, le Rocher d’Or de Kyaik-Hti-Yo » pré­cise-t-il.
 
Ce gros rocher de six mètres de dia­mètre en forme de crâne, entiè­re­ment recou­vert de feuilles d’or, est main­tenu en équi­libre au bord d’une falaise, grâce à un che­veu de Bouddha placé dans le pago­don qui le cha­peaute. L’autre photo sym­bo­lique de cette expo­si­tion est ce pêcheur du lac Inlé, en par­fait équi­libre sur sa barque, à la fois mobile et immo­bile.
 
 
Outre les pay­sages, on peut aussi décou­vrir de nom­breux por­traits de Birmans pris sur le vif. « Aucune de ces per­sonnes n’a posé pour moi » tient tou­te­fois à sou­li­gner le pho­to­graphe. « Pour cer­tains, j’ai même à peine eu le temps de des­cendre du bus et de prendre la photo qu’ils retour­naient déjà à leurs acti­vi­tés. C’est d’ailleurs un peu ce qui s’est passé avec cette femme qui tient un crabe dans sa main. Je n’ai pas eu le temps de faire la mise au point sur son visage. »
Grâce à cette expo­si­tion, vous pour­rez ainsi décou­vrir la Birmanie sous un nou­veau jour, bien loin des cli­chés et des pré­ju­gés véhi­cu­lés sur ce pays.
 
Mailys Medjadj

 

 
 
Femme tenant un crabe Birmanie © Karmin Communication Photographie

Femme tenant un crabe © Karmin com­mu­ni­ca­tion pho­to­gra­phie

 
 
L’exposition pho­to­gra­phique « Birmanie, un pays en équi­libre… » de Pierre Lamarca est à décou­vrir jusqu’au 7 décembre, puis du 6 jan­vier au 8 février à la gale­rie Hervé Pollini optique. L’exposition est ouverte au public du lundi au ven­dredi, de 9H30 à 12H et de 14H à 19H, et le samedi de 9H30 à 19H.
 
Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4385 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Expo-Vente Photos sur la…
    « BIRMANIE, un pays en équi­libre… »
    Venez décou­vrir 90 Photographies grand for­mat sur Alu Dibond de Pierre Lamarca à la Galerie Hervé Pollini Optique, 22 Boulevard Edouard Rey à Grenoble jus­qu’au Samedi 7 Décembre 2013
    et du Lundi 6 Janvier au Samedi 8 Février 2014.
    Exposition ouverte au public du lundi au ven­dredi de 9H30 à 12H et de 14H à 19H et le samedi de 9H30 à 19H.
    Pour plus d’in­fos KARMIN Photographie info [at] karmin.fr 06 08 56 43 53

    sep article