Huit jeunes grimpeurs à l’assaut de l’Écosse

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

Dans les pas de l’alpiniste anglais Chris Bonington, huit jeunes grimpeurs âgés de 15 à 18 ans se préparent à entreprendre l’ascension des montagnes d’Écosse. Emmenés par l’école d’aventure du Club alpin français Grenoble-Isère, ces quatre garçons et quatre filles peaufinent leur préparation, tant physique que logistique. En attendant le grand saut, en août 2014, rendez-vous aux Rencontres du cinéma de montagne de Grenoble du 18 au 22 novembre 2013.

 
 
 
 

 

Emmenés par l'école d'aventure du Club alpin français Caf Grenoble-Isère, huit jeunes grimpeurs vont partir à la découverte de l'escalade en Écosse.

Huit jeunes de l’é­cole d’a­ven­ture du Caf Grenoble Isère vont mar­cher sur les traces de l’al­pi­niste anglais, Chris Bonington. © Julien Chaussidon

Ils sont huit jeunes grim­peurs de l’é­cole d’a­ven­ture du Club alpin fran­çais (Caf) Grenoble-Isère. Quatre gar­çons et quatre filles âgés de 15 à 18 ans qui se pré­parent à se frot­ter au rocher écos­sais.
Le fil conduc­teur qui les mènera au pied des tours de grès marines comme dans les mon­tagnes de l’île de Skye ?
Chris Bonington, célèbre alpi­niste anglais qui a réa­lisé des pre­mières en Écosse dans les années 60 et qui est notam­ment l’au­teur de la pre­mière ascen­sion du pilier cen­tral du Freney,dans le mas­sif du Mont-Blanc. 
 
 
Un an de pré­pa­ra­tion
 
 
Au pro­gramme : dix jours de grimpe, du 11 au 20 août 2014 mais pas seule­ment. Car le pro­jet, enca­dré par deux pro­fes­sion­nels de la mon­tagne et deux béné­voles du Caf, s’ap­pa­rente à une mini-expé­di­tion
 
Une année de pré­pa­ra­tion est néces­saire pour mener à bien le voyage.
Aux clas­siques séances d’en­traî­ne­ment au mur et sur les falaises de la région vient se gref­fer l’ap­pren­tis­sage des tech­niques d’as­su­rage et de pro­tec­tion propres à ce type de grimpe qu’est le ter­rain d’a­ven­ture. Au pro­gramme éga­le­ment, connais­sance du milieu mon­ta­gnard, orga­ni­sa­tion logis­tique, recherche de finan­ce­ments, actions à mettre en œuvre pour se faire connaître…
 
 

 
 
Rendez-vous aux Rencontres du cinéma de mon­tagne
 
 
Il y a donc une vie avant la grimpe. Et ça aussi, cela s’ap­prend. Les jeunes se relaie­ront ainsi, toute la semaine, pour par­ler de leur pro­jet et vendre des gâteaux sur le stand du bureau des guides et accom­pa­gna­teurs de Grenoble, à l’oc­ca­sion des Rencontres du cinéma de mon­tagne du 18 au 22 novembre 2013 au Summum de Grenoble. 
 
Emmenés par l'école d'aventure du Club alpin français Caf Grenoble-Isère, huit jeunes grimpeurs vont partir à la découverte de l'escalade en Écosse.

Séances sur le mur, en falaise et connais­sance de la mon­tagne sont au pro­gramme. ©Julien Chaussidon

Implication et moti­va­tion de rigueur ! Quand bien même cer­tains d’entre eux affichent déjà un solide bagage tech­nique – 6b, 6c voire 7a en falaise – ils vont devoir apprendre à com­po­ser avec le pro­fil et les contraintes de l’es­ca­lade à l’an­glo-saxonne.
 
 
Place au ter­rain d’a­ven­ture
 
 
En Écosse, le point culmi­nant, qui est aussi le plus haut som­met du Royaume-Uni, c’est le Ben Nevis et ses 1344 mètres. Évidemment, vu des Alpes, pas de quoi don­ner le ver­tige. Mais les appa­rences peuvent être trom­peuses…
 
Là, pas de cal­caire gre­no­blois ni de solide gra­nite cha­mo­niard. Place aux tours de grès les pieds dans l’eau et leur cor­tège de mouettes, pas tou­jours sym­pa­thiques. Place aux embruns et à une météo pas sou­vent conci­liante. Et gare aux incon­nues qui peuvent sur­gir, comme ces essaims de mou­che­rons que l’on dit par­ti­cu­liè­re­ment agres­sifs.
 
Là, pas de jolies lignes régu­liè­re­ment spit­tées, enten­dez jalon­nées de pro­tec­tions fixes et soli­de­ment ancrées dans le rocher. Place au ter­rain d’a­ven­ture et à l’es­prit anglais ! Ici, c’est le grim­peur qui place et enlève ses pro­tec­tions, décou­vrant et lais­sant der­rière lui, une nature à peu près vierge.
 
 
« Il fau­dra explo­rer »

 

 

Emmenés par l'école d'aventure du Club alpin français Caf Grenoble-Isère, huit jeunes grimpeurs vont partir à la découverte de l'escalade en Écosse.

Mais aussi décou­verte de l’é­thique bri­tan­nique, au tra­vers du ter­rain d’a­ven­ture. © Benoît Chanal

Les jeunes vont devoir apprendre à mani­pu­ler « friends » (coin­ceurs méca­niques) et autres coin­ceurs pour pou­voir s’as­su­rer durant leur ascen­sion. Ils vont devoir aussi apprendre à lire le rocher.
 
« Dans les Alpes, quand on grimpe sur coin­ceurs, on va à Chamonix, où l’on trouve de belles fis­sures bien visibles », explique Julien Chaussidon, bre­vet d’État esca­lade et canyon et ini­tia­teur du pro­jet, aux côtés du guide de haute mon­tagne Benoît Chanal*. « En Écosse, il fau­dra explo­rer et être plus ima­gi­na­tif sur la façon de pla­cer les pro­tec­tions. »
 
Les jeunes vont apprendre à décou­vrir une autre façon de grim­per, mais aussi une autre façon de voir la mon­tagne. Car l’é­thique bri­tan­nique, c’est une grimpe avec peu d’é­qui­pe­ments en place, voire sans. Éthique, esthé­tique… C’est aussi un entraî­ne­ment à la mon­tagne. « Ce n’est pas le même jeu », conti­nue Julien Chaussidon. « L’itinéraire, ce n’est pas for­cé­ment la ligne droite ! »
 
Les jeunes grim­peurs vont décou­vrir un autre ter­rain de jeu, fait de tours rocheuses et de courses d’a­rêtes. Le voyage les emmè­nera sur les Sea stacks (écueils rocheux) des côtes du nord de l’Écosse, mais aussi dans les répu­tées mon­tagnes de l’île de Skye et sur l’in­con­tour­nable Ben Nevis.
 
En point d’orgue : l’es­ca­lade de « Old man of Hoy », la plus haute tour marine du Royaume-Uni. Cent trente sept mètres de ter­rain d’a­ven­ture cotés 6a+ et 6b, où la météo a vite fait de faire grim­per les cota­tions. 47 ans après Chris Bonington, les Français n’ont pas choisi les parois les plus hautes. Mais pas les plus acces­sibles non plus.
 
Patricia Cerinsek 
 
 
* Élisabeth Renard, res­pon­sable esca­lade au Caf Grenoble, et Alexandre Quelin, grim­peur au Caf, com­plètent l’en­ca­dre­ment de façon béné­vole.
 
Retrouvez le groupe sur leur blog : cafgi-jeunes.overblog.com/sur-les-traces-de-chris-bonington
 
 
 
Chris Bonington, de l’Écosse à l’Himalaya 
 
Écrivain, pho­to­graphe, confé­ren­cier, Chris Bonington est avant tout un alpi­niste reconnu par ses pairs pour ses nom­breuses ascen­sions et son enga­ge­ment en mon­tagne. Auteur de la pre­mière ascen­sion bri­tan­nique de l’Eider, il fut le chef d’ex­pé­di­tion de la pre­mière ascen­sion de la face sud de l’Annapurna, à l’é­poque consi­dé­rée comme la plus dif­fi­cile en Himalaya. A son actif éga­le­ment, la pre­mière ascen­sion de la face sud-ouest de l’Everest en 1975, le som­met de l’Everest dix ans après, ou bien encore la Tour cen­trale du Paine en Patagonie. Et, à bien­tôt 80 ans, il conti­nue d’en­fi­ler ses chaus­sons… d’es­ca­lade
 
 
 
MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4252 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.