“Le ciel dans la peau” : trop pour une actrice

sep article



CRITIQUE – La compagnie Les Montures du temps interprète au Théâtre de Poche Le ciel dans la peau, texte poétique d’Edgard Chias, dénonçant le féminicide au Mexique. Après deux représentations jeudi 7 et vendredi 8 novembre, la dernière de cette coproduction du Tricycle – Grenoble aura lieu ce samedi à 20h30.

 
 
Le ciel dans la peau au théâtre le Tricycle de Edgar Chias par la Compagnie Les Montures du Temps

© Théâtre Le Tricycle – Tous droits réser­vés

Odille Lauria est seule sur scène, schi­zo­phrène dans les mul­tiples rôles qu’elle inter­prète. Seule dans un bus ima­gi­naire, elle incarne une jeune fille mexi­caine, Esther. Le per­son­nage prin­ci­pal est suivi par un homme. Une menace pèse sur elle. Esther s’interroge. Cet inconnu est-il un amou­reux timide ? Un tueur ? Tout en réflé­chis­sant, elle lit une his­toire. Celle d’une prin­cesse, durant l’époque de Salomon. Une dis­cus­sion est cen­sée s’engager entre la Mexicaine d’aujourd’hui et la prin­cesse de jadis. Cependant, l’échange ne fonc­tionne pas. Le pré­sent lit le passé. La com­mu­ni­ca­tion est ver­ti­cale et gêne le dia­logue. Elle s’enserre dans les pages du livre et n’arrive pas à s’en défaire.
 
Puis Odille Lauria se pré­ci­pite au milieu du public, criant « l’Amérique latine est fes­tive, non ? » en dis­tri­buant des canettes de bières. Puis s’en ren­verse une sur le corps en décri­vant un viol. 
« Le ciel dans la peau dénonce le phé­no­mène du fémi­ni­cide au Mexique » d’après la des­crip­tion du feuillet. Certes, la cri­tique est forte. Mais l’accroche du spec­ta­teur est vul­gaire. Une véri­table harangue sous cou­vert de l’impliquer dans la pièce.
 
Dans “Le ciel dans la peau”, l’auteur Edgar Chias dévoile un texte d’une grande finesse. Il est inci­sif et rapide. La dénon­cia­tion du fémi­ni­cide est mar­quante. Mais l’actrice, seule, prend toutes les formes. Si elle se donne à la scène, sou­vent, les per­son­nages sonnent faux. Parfois, elle incarne Esther, par­fois elle cari­ca­ture la jeune prin­cesse. Ainsi, la comé­dienne donne-t-elle un style clow­nesque au scribe ou au roi de l’époque de Salomon. Des cari­ca­tures. Odille Lauria n’arrive à déta­cher les dif­fé­rents rôles qu’avec des gri­maces. Le mono­logue semble être une tâche trop lourde sur ses épaules.
 
Car la pièce dénonce mais manque d’engagement. Sur le fond, tout d’a­bord : le fémi­nisme est très pré­sent mais trop léger. Elle harangue avec force, prend le visage de la révolte. Mais elle se répète, la ren­dant tapa­geuse et creuse. Sur la forme, ensuite : dans l’ajout de vidéo qui n’est pas mis en valeur. Et dans le sable qui tombe du pla­fond. Une chute de poudre fine, comme un rêve qui coule, appa­ri­tion cepen­dant trop ful­gu­rante. Enfin, les chœurs montrent la volonté de faire, une fois encore, par­ti­ci­per le spec­ta­teur. Mais pour quelques pauvres minutes. Comme un alibi, plu­tôt qu’une réelle démarche.
 
Jean-Baptiste Auduc
 
 
Le ciel dans la peau
D’Edgar Chias – Trad. Boris Schoemann –
Compagnie Les Montures du Temps
 
 

 

 
Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2929 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.