Corinne Bernard : “Le Lyon-Turin ne verra jamais le jour”

sep article
ENTRETIEN – Peser de l’intérieur : tel est l’objectif des éco­lo­gistes au gou­ver­ne­ment, comme au conseil régio­nal de Rhône-Alpes. Une posi­tion tou­te­fois incon­for­table quand les dos­siers diver­gents s’accumulent, ce qui est aujourd’hui le cas aux deux éche­lons. S’appuyant sur l’actualité du Lyon-Turin, Corinne Bernard, conseillère régio­nale éco­lo­giste, défend un trans­port fer­ro­viaire du quo­ti­dien, éman­ci­pant et éco­nome.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

À 43 ans, Corinne Bernard est une novice en poli­tique. Son pre­mier man­dat, conquis en 2010 au conseil régio­nal de Rhône-Alpes, s’inscrit dans la conti­nuité de ses enga­ge­ments pré­cé­dents. D’abord pos­tière puis gui­che­tière dans le Trièves, elle devient syn­di­ca­liste du mou­ve­ment Sud PTT, après avoir été enga­gée en 2006 comme contrac­tuelle à la SNCF, en qua­lité de chef de gare. Elle adhère alors natu­rel­le­ment à l’antenne Sud Rail car « c’est un syn­di­cat qui défend les citoyens au-delà du milieu de tra­vail, en s’impliquant dans la lutte fémi­niste et contre le racisme ». Depuis sa gare de Clelles, elle réclame un meilleur ser­vice pour les usa­gers de la ligne Grenoble-Gap. C’est le conseiller régio­nal éco­lo­giste Gérard Leras, élu du Trièves, qui la convainc, lors d’une ren­contre, de s’engager en poli­tique pour défendre le déve­lop­pe­ment fer­ro­viaire en zone rurale.
 
 
Les dépu­tés ont approuvé, cette semaine, l’accord franco-ita­lien du 30 jan­vier 2012 « pour la réa­li­sa­tion et l’exploitation d’une nou­velle ligne fer­ro­viaire Lyon-Turin ». Les oppo­sants, dont les éco­lo­gistes, ont-ils perdu le bras de fer dans ce dos­sier ?
 
Cette ligne ne verra jamais le jour, même si l’Union euro­péenne s’est enga­gée à finan­cer 40% du pro­jet. Tant qu’une oppo­si­tion exis­tera, il res­tera des recours. Dernièrement, un recours gra­cieux a ainsi été déposé auprès du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour contes­ter la décla­ra­tion d’utilité publique. Les 27 conseillers régio­naux éco­lo­gistes de Rhône-Alpes sont signa­taires parmi les 530 requé­rants.
 
Une seconde ver­sion, por­tée par le Grenoblois Raymond Avrillier, est prête à être dépo­sée auprès du Conseil d’Etat. Elle pointe du doigt les pro­blèmes de léga­lité interne et externe. Par exemple, le pre­mier accord de rati­fi­ca­tion pré­voyait la satu­ra­tion de la ligne exis­tante. Une condi­tion qui a été évin­cée du nou­veau pro­jet.
 
De nom­breux autres aspects de ce pro­jet sont contes­tables et per­met­tront de faire bar­rage. C’est le cas du risque de pol­lu­tion pesant sur la nappe phréa­tique ou de la plainte contre X pour mise en dan­ger de la vie d’autrui, déjà dépo­sée en décembre der­nier par des dépu­tés éco­lo­gistes. Son objec­tif est d’a­ler­ter sur les dan­gers de la pol­lu­tion liée au tra­fic rou­tier dans les Alpes – res­pon­sable de 16.000 morts par an – et d’aug­men­ter la part de fret dans les trans­ports trans­al­pins.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

Alors que le Lyon-Turin est jus­ti­fié notam­ment par un report modal du trans­port de mar­chan­dise, le dos­sier brû­lant de la sus­pen­sion de l’écotaxe s’est invité dans le débat par­le­men­taire. Le gou­ver­ne­ment tient-il, selon vous, un dis­cours contra­dic­toire ?
 
Le gou­ver­ne­ment est per­suadé de l’utilité de ce pro­jet, perçu seule­ment à tra­vers le prisme de la crois­sance et des 10.000 créa­tions d’emplois. C’est une vision d’un autre âge. Le Lyon-Turin ne créera pas de l’emploi mais de la pré­ca­rité, car ce sont des emplois « déta­chés » qui ver­ront le jour. Des tun­ne­liers « polo­nais » seront assu­jet­tis aux charges sociales de leur pays d’origine, avec les salaires cor­res­pon­dants. Quant aux che­mi­nots de Réseau ferré de France (RFF) ou de la SNCF, ils ne seront pas embau­chés sur ce pro­jet.
 
En Bretagne, le mou­ve­ment d’opposition à l’écotaxe, sou­tenu par la FNSEA et le Medef, s’est exprimé plus fort que les autres. Il est par­venu à faire recu­ler le gou­ver­ne­ment. C’est une nou­velle fois les contri­buables qui devront prendre en charge les 800 mil­lions d’euros de fonc­tion­ne­ment alloués par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment au par­te­naire privé Ecomouv’, ges­tion­naire du dis­po­si­tif et des infra­struc­tures de l’écotaxe. Pour l’instant, il ne s’a­git que d’une sus­pen­sion. J’espère que le gou­ver­ne­ment reverra sa copie et négo­ciera avec les oppo­sants pour par­ve­nir à un accord et ainsi relan­cer cette mesure. La fis­ca­lité éco­lo­gique est un enga­ge­ment de François Hollande. Il devra s’y atte­ler.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

Pourquoi les éco­lo­gistes, ini­tia­le­ment favo­rables au pro­jet Lyon-Turin, sont-ils deve­nus ses plus farouches oppo­sants ?
 
D’abord, il faut rap­pe­ler que c’est grâce aux éco­lo­gistes que ce pro­jet est passé du simple trans­port de voya­geurs à un trans­port mixte, mêlant fret et per­sonnes. Nous sou­hai­tions mettre les camions sur les rails pour limi­ter la pol­lu­tion insou­te­nable dans les val­lées alpines. Mais le pro­jet a ensuite été à nou­veau détourné, car rien d’incitatif ou de contrai­gnant n’est prévu pour encou­ra­ger les trans­por­teurs à uti­li­ser le fret.
 
Par ailleurs, il y a moins de trans­port de mar­chan­dises trans­al­pin aujourd’hui qu’il y a vingt ans. Le pro­jet et la situa­tion ont changé. Notre posi­tion aussi. Nous sou­hai­tons désor­mais amé­lio­rer la ligne exis­tante et la satu­rer avant d’envisager toute nou­velle infra­struc­ture.
 
La ligne actuelle est uti­li­sée à seule­ment 17% de sa capa­cité. En construire une nou­velle dans ces condi­tions serait inad­mis­sible et scan­da­leux.
 
 
© Veronique Serre / placegrenet.fr

© Veronique Serre / placegrenet.fr

Localement, la dési­gna­tion de Michel Destot comme rap­por­teur du pro­jet Lyon-Turin accen­tue-t-il les anta­go­nismes que les éco­lo­gistes entre­tiennent avec lui ?
 
C’était pour lui une aubaine. Cependant, la posi­tion de la ville de Grenoble a tou­jours été ambi­guë sur ce pro­jet, comme sur tous les autres gros pro­jets d’infrastructures. Tout comme le Conseil géné­ral de l’Isère, elle est tou­jours favo­rable, mais rare­ment prête à les finan­cer. Jean-Jack Queyranne, le pré­sident socia­liste de la région Rhône-Alpes, a au moins la cohé­rence de ses enga­ge­ments puis­qu’il pré­voit de mettre 900 mil­lions d’euros sur la table pour le Lyon-Turin.
 
Justement, si le Lyon-Turin se fai­sait, le pro­jet cap­te­rait tous les inves­tis­se­ments fer­ro­viaires de la région et le reste du réseau serait mis en stand-by. L’argent public ne se dépense qu’une seule fois. Les Rhônalpins ont-ils davan­tage besoin pour leur quo­ti­dien d’une ligne grande vitesse (LGV) Lyon-Turin sous-uti­li­sée ou d’investissements sur leurs lignes quo­ti­diennes ? Je penche davan­tage pour la deuxième pos­si­bi­lité.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

Le conseil régio­nal, sous l’im­pul­sion des éco­lo­gistes, a voté la semaine der­nière la sur-modu­la­tion de la taxe sur les car­bu­rants (TICPE, ex-TIPP). Elle s’élèvera à un cen­time d’euro par litre, en moyenne. N’est-ce pas une nou­velle taxe qui pèsera sur les ménages à l’heure d’une « satu­ra­tion fis­cale » ?
 
Bien sûr que c’est une nou­velle taxe. Inutile de men­tir. En revanche, celle-ci est émi­nem­ment juste et éco­lo­giste. Elle répond au prin­cipe de pol­lueur-payeur et ramè­nera 66 mil­lions d’euros par an, dédiés à l’investissement fer­ro­viaire. Participer à cet effort, c’est par­ti­ci­per aux tra­vaux sur les infra­struc­tures du quo­ti­dien.
 
Les pre­miers pro­jets ne concernent pas l’Isère pour l’instant. Il s’a­git d’abord de la réou­ver­ture fer­ro­viaire de la rive droite du Rhône, du déve­lop­pe­ment des TER en Ardèche – où plus aucun train ne cir­cule – et, à long terme, d’un tram-train reliant Grenoble à Vizille, voire à Bourg‑d’Oisans.
 
Développer les trans­ports en com­mun, c’est rendre du pou­voir d’achat aux ménages. Cela doit leur per­mettre d’abandonner, par exemple, leur deuxième voi­ture qui est sou­vent un gouffre finan­cier, ou mieux, de se pas­ser tota­le­ment de voi­ture, pour les foyers les plus proches de leur lieu de tra­vail.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

Comment sou­hai­te­riez-vous voir évo­luer le réseau fer­ro­viaire ?
 
Notre enga­ge­ment de cam­pagne était de four­nir à tous les Rhônalpins un mode de trans­port en com­mun à moins de cinq minutes d’accès pour les zones urbaines et à moins de dix minutes pour les zones rurales. Nous esti­mons qu’il est inutile de conti­nuer de déve­lop­per les infra­struc­tures rou­tières, avec comme prisme de lec­ture, des éner­gies fos­siles en abon­dance.
 
92% des voi­tures cir­culent avec une seule per­sonne à bord alors que cela coûte le même prix d’en trans­por­ter cinq. C’est une aber­ra­tion ! Mais pour se pas­ser de sa voi­ture, il faut des trans­ports en com­mun effi­caces, propres, sûrs, régu­liers et ponc­tuels. C’est le tra­vail de l’action publique et poli­tique.
 
Aujourd’hui, cer­tains reviennent au volant car les retards leur posent des pro­blèmes pro­fes­sion­nels. Nos oppo­sants s’indignent que les trains soient pleins. C’est un bon signal. La réponse, c’est davan­tage de wagons et de voies, pas plus de routes.
 
Enfin, nous sommes par­ve­nus – après deux ans de tra­vail – à réduire de 75% à 90% le tarif des béné­fi­ciaires de la carte illico soli­daire (deman­deurs d’emploi, béné­fi­ciaires du RSA, adultes han­di­ca­pés, deman­deurs d’asiles, etc.). Il faut aujourd’hui réflé­chir à la gra­tuité. C’est encore un gros mot pour cer­tains élus, même dans notre famille poli­tique. J’y suis favo­rable pour les plus défa­vo­ri­sés.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

Autre mesure votée lors de la der­nière ses­sion plé­nière du conseil régio­nal, l’aide de 25 mil­lions d’euros accor­dée au pro­jet Crolles 2017, porté par ST Microelectronics. Les éco­lo­gistes ont voté contre alors que le sec­teur emploie 40.000 per­sonnes en Isère. Pourquoi ?
 
L’aide publique doit être réser­vée aux sec­teurs qui peinent à être ren­tables, à déve­lop­per des filières de proxi­mité ou à créer des emplois. Ce n’est pas le cas des nano­tech­no­lo­gies. Cette sub­ven­tion cor­res­pond à 3000 euros par mois et par emploi. Nous n’étions pas fon­da­men­ta­le­ment oppo­sés à cette sub­ven­tion mais nous récla­mions des contre­par­ties de la part des entre­prises. La déli­bé­ra­tion tient sur trois pages et le béné­fi­ciaire de cet argent n’est même pas clai­re­ment indi­qué !
 
Nous sou­hai­tions éga­le­ment inter­dire le ver­se­ment de divi­dendes aux action­naires, car si de l’argent public est versé, c’est pour déve­lop­per la filière. De plus, le finan­ce­ment de la région repré­sente seule­ment 1% du bud­get total. C’est de l’argent qui aurait pu être alloué à des pro­jets plus durables.
 
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

L’écotaxe, le Lyon-Turin, Crolles 2017… Êtes-vous de ceux qui estiment qu’une sor­tie des éco­lo­gistes du gou­ver­ne­ment doit être envi­sa­gée ?
 
C’est de l’intérieur que nous fai­sons chan­ger les choses. Plutôt qu’une sor­tie du gou­ver­ne­ment, je sou­haite que celui-ci devienne vrai­ment socia­liste et applique une poli­tique de gauche.
 
Il serait plus facile pour les éco­lo­gistes d’être en dehors du gou­ver­ne­ment car notre élec­to­rat ne com­prend pas tou­jours notre soli­da­rité gou­ver­ne­men­tale. Mais dans le même temps il est conscient que nous sommes inutiles à l’extérieur des majo­ri­tés.
 
Cécile Duflot réa­lise un tra­vail excep­tion­nel sur les loyers et a obtenu une belle vic­toire sur la loi Alur (ndlr : loi pour l’ac­cès au loge­ment et un urba­nisme rénové). Ce que fait Pascal Canfin est encore moins visible et média­tique, mais est tout aussi remar­quable. Vivement que François Hollande devienne un homme de gauche !
 
 
Propos recueillis par Victor Guilbert
Photos de Véronique Serre
 
 
L’entretien a été réa­lisé le jeudi 31 octobre au café « Les copains d’a­bord », 35 Rue Lesdiguières à Grenoble. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture.
 
 
 
Extrait d’ouvrage choisi par Corinne Bernard
 
© Véronique Serre / placegrenet.fr

© Véronique Serre / placegrenet.fr

« Petit cours d’au­to­dé­fense intel­lec­tuelle » de Normand Baillargeon :

 
« Ma deuxième pré­oc­cu­pa­tion est poli­tique et concerne l’ac­cès des citoyens des démo­cra­ties à une com­pré­hen­sion du monde dans lequel nous vivons, à une infor­ma­tion riche, sérieuse et plu­rielle qui leur per­mette de com­prendre ce monde et d’a­gir sur lui. »
 
La convic­tion qu’elle en tire
 
Aujourd’hui tout est opaque. L’exercice de la démo­cra­tie est com­pli­qué. Informer, être claire, simple et trans­pa­rente. C’est comme cela que je per­çois mon man­dat poli­tique. J’essaye d’ac­cé­der aux infor­ma­tions et de les com­prendre pour les voter en connais­sance de cause. Cet ouvrage per­met d’é­vi­ter les pon­cifs de cer­tains médias et de com­prendre les conflits d’in­té­rêts de cer­tains d’entre eux. Il pose les ques­tions essen­tielles à l’u­sage de la démo­cra­tie.
 
 
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net.  
 
 
Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
6317 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Bonjour Corinne,

    Je vou­drais avoir une copie de ton inter­view mais je ne trouve pas de case « impri­mer »
    [NOTE DE LA REDACTION] Pour impri­mer l’article, vous pou­vez faire depuis votre cla­vier la com­bi­nai­son de touches [CTRL] + [P]
    Je suis retraité de la SNCF depuis août 2003 et j’ai tra­vaillé à la Rotonde de CHAMBERY
    de 1966 à 2003.
    J’étais dans l’é­quipe de créa­tion de SUD RAIL CHAMBERY en février 2006.
    Nous étions 22 adhé­rents.
    Depuis, le col­lec­tif a grandi : 420 adhé­rent-es et le débat sur le Lyon-Turin n’a pas avancé.
    Nous avons tra­vaillé avec Daniel IBANEZ, que tu dois connaitre pas au niveau de Sud Rail.mais
    plu­tôt de Solidaires Savoie..
    La Fédération n’a pas beau­coup avancé si ce n’est par la Commission Economique du CCE qui est pour le pro­jet ! (com­po­si­tion très res­treinte à 4 membres)

    Je suis en contact per­ma­nent avec Daniel qui m’en­voie les infor­ma­tions et le recours fait auprès du 1er Ministre
    Je vais envoyer ma contri­bu­tion à Sud Rail Chambéry.
    Tous les adhérent-es.sont « invité-es » à le faire.(mais très peu moti­vés !)

    J’étais aux Brotteaux le 3 décembre 2013 où nous avons subi « une garde à vue col­lec­tive » par la Police toute la journée.Lesz Italiens de NO TAV ont subi plu­sieurs contrôles d’i­den­tité pour venir à LYON !
    Nous avons écrit à la Ligue Européenne des Droits de l’homme, à HOLLANDE et VALLS, au Préfet de Région. Seul ce der­nier nous a répondu !
    Pour dénon­cer ces méthodes poli­cières.

    Je reste à ta dis­po­si­tion si besoins.
    A bien­tôt et bon cou­rage dans ton tra­vail !

    sep article
  2. quand je lis : « Par ailleurs, il y a moins de trans­port de mar­chan­dises trans­al­pin aujourd’hui qu’il y a vingt ans. Le pro­jet et la situa­tion ont changé. Notre posi­tion aussi. Nous sou­hai­tons désor­mais amé­lio­rer la ligne exis­tante et la satu­rer avant d’envisager toute nou­velle infra­struc­ture. La ligne actuelle est uti­li­sée à seule­ment 17% de sa capa­cité. En construire une nou­velle dans ces condi­tions serait inad­mis­sible et scan­da­leux. »

    Je ne peux qu’être contre le per­ce­ment d’un nou­veau tun­nel qui, d’ailleurs et ce n’est pas dit, va com­plè­te­ment détruire le côté ita­lien et les Italiens se mobi­lisent aussi.
    Pourquoi un nou­vel équi­pe­ment si l’exis­tant ne fonc­tionne qu’à 17 % ? pour­quoi ne pas sim­ple­ment le moder­ni­ser ?

    sep article
    • Les Suisses construisent tout seuls l’é­qui­valent du Lyon-Turin (Gothard, etc…) pour dimi­nuer de moi­tié leur tra­fic poids-lourds. Et en France, des « magi­ciens » sau­raient faire autre­ment ?
      Quant à la ligne his­to­rique, il faut que EELV38 montre l’exemple pour les pro­chaines élec­tions : deman­dez la mul­ti­pli­ca­tion par 5 des trains de mar­chan­dises ( 10 MT) dans Grenoble.

      sep article
  3. Les suisse, pour dimi­nuer le nombre de poids-lourds de moi­tié, réa­lisent 3 tun­nels ana­logues au Lyon-Turin. Et en France, on gar­de­rait une ligne du 19° siècle ?
    De qui se moque t‑on ?
    Il n’y a qu’un béné­fi­ciaire aujourd’­hui de ce dis­cours :les socié­tés d’au­to­routes qui conti­nuent à élar­gir, contour­ner, dou­bler les tun­nels.
    Voir le dos­sier de l’acac73 : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/57/80/16/ACAC20102013.pdf
    EELV 38 n’a rien d’autre à pro­po­ser que vou­loir récu­pé­rer et déna­tu­rer le com­bat contre l’aé­ro­port de Notre Dame des Landes ?

    sep article
  4. Lorsque j’ha­bi­tais dans le sud du dépar­te­ment de l’Ain il y a une ving­taine d’an­nées, j’adhé­rais à une asso­cia­tion éco­lo­giste qui mili­tait avec ardeur et argu­ments en faveur de la créa­tion de la ligne fer­ro­viaire Lyon-Turin pour trans­por­ter les camions venant de dif­fé­rents pays du Nord de l’Europe à des­ti­na­tion de l’Italie … Aujourd’hui (et 20 ans ne sont rien par rap­port au coût d’in­ves­tis­se­ment pour la créa­tion de lignes de voies fer­rées), vous mili­tez dans le sens contraire ! Cela demeure incom­pré­hen­sible pour un citoyen lambda comme moi ! Je serais tenté par­fois de m’en­ga­ger à vos côtés (mou­ve­ments éco­lo­gistes), mais il règne tel­le­ment de contra­dic­tions entre vous qu’il est dif­fi­cile de vous suivre. Cela dit, je salue la force de vos enga­ge­ments et de vos recherches qui jus­ti­fient votre pré­sence dans les dif­fé­rentes ins­tances poli­tiques locales, régio­nales et natio­nales à mon sens. Bravo pour votre par­cours. Michel.

    sep article