Festivals : survivre malgré la crise

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

DECRYPTAGE – Les festivals n’ont pas fini de faire parler d’eux en Isère. Après l’annulation de Rocktambule, l’association Hadra a annoncé la semaine dernière qu’elle faisait face à de sérieuses difficultés financières. Et cette semaine, c’est Retour de scène et Dynamusic qui fusionnent leurs structures. Les festivals musicaux, grands évènements populaires, sont en proie au doute quant à leur avenir dans le paysage culturel isérois. Tour d’horizon et perspectives.

 
 
Festival Rocktambule annulation en Isère

Le fes­ti­val Rocktambule a été récem­ment annulé.

A qui la faute ? La ques­tion est pré­sente dans la tête de tous ceux qui atten­daient avec impa­tience le fes­ti­val Rocktambule. D’abord frus­trés à l’an­nonce faite fin sep­tembre du désis­te­ment du Wu Tang Clan, pour lequel la plu­part avaient payé leur place, les fes­ti­va­liers ont en effet appris, une semaine après, l’annulation totale de l’évènement. Grégory Signoret, direc­teur du fes­ti­val, explique le phé­no­mène : “Malheureusement aujourd’hui, c’est la tête d’affiche qui fait vendre les places’’.
 
L’arrivée de groupes moins connus n’aura donc pas suffi à sau­ver le fes­ti­val qui appuie ses finances à 90 % sur sa billet­te­rie. “En temps nor­mal, nous nous finan­çons à 70% par le biais de la billet­te­rie, mais avec la baisse des sub­ven­tions et l’absence totale de sou­tien des socié­tés civiles, il a fallu revoir nos objec­tifs de vente à la hausse” explique Grégory Signoret. Le coût d’organisation du fes­ti­val, délo­ca­lisé depuis l’année der­nière dans les friches indus­trielles de Pont-de-Claix, a aussi été un fac­teur clé de l’annulation.
 
HadraTranceFestivalPour l’association Hadra, la pro­blé­ma­tique est la même : 150 000 € manquent aujourd’hui à l’appel. “Les recettes de billet­te­rie repré­sentent 80% du finan­ce­ment du fes­ti­val’’ pré­cise Nicolas Forgeron, sala­rié de l’association. “Avec 1500 réser­va­tions en moins cette année, le choc est dur à tenir”.
 
D’autant que la liste des dépenses de l’Hadra Trance Festival s’est alour­die, la pré­fec­ture deman­dant un enca­dre­ment plus rigou­reux pour l’évènement. Nicolas Forgeron expose le pro­blème : “La vali­da­tion du ras­sem­ble­ment ne se fai­sait qu’à condi­tion d’augmenter les per­son­nels de sécu­rité et de secou­risme. Les mau­vais sou­ve­nirs météo­ro­lo­giques de l’an der­nier ont aussi amené le pré­fet à deman­der plus d’espaces cou­verts sur le site. Tout cela coûte beau­coup d’argent.
 
 
Un bud­get artis­tique en hausse
 
 
Cependant, les coûts d’organisation ne se limitent pas à l’aspect tech­nique. Pour beau­coup, le bud­get artis­tique s’é­lève à près de la moi­tié des dépenses totales. Jo Picollo, admi­nis­tra­trice du fes­ti­val Jazz à Vienne qui se déroule tous les étés, le confie : “Aujourd’hui, les cachets d’artistes repré­sentent 43% des dépenses du fes­ti­val. Il y a eu une aug­men­ta­tion ver­ti­gi­neuse du prix des repré­sen­ta­tions”. Selon elle, c’est la crise de l’industrie du disque qui pousse les artistes à haus­ser signi­fi­ca­ti­ve­ment leurs hono­raires. Grégory Signoret de Rocktambule va plus loin : “Aujourd’hui, nous sommes presque en pro­cès avec le Wu Tang ! Nous atten­dons tou­jours qu’ils nous rem­boursent ce que nous leur avions versé pour cette pres­ta­tion qui n’a jamais eu lieu.”
 
Fête du travailleur alpin 2013. © Nils Louna

Fête du tra­vailleur alpin 2013.
© Nils Louna

Certains s’adaptent cepen­dant aux finances com­pli­quées des fes­ti­vals qu’ils animent. A l’i­mage de Bernard Ferrari, l’un des orga­ni­sa­teurs de la Fête du tra­vailleur alpin. Celui-ci se féli­cite : “Si nous avons pu nous en sor­tir après l’annulation de la Fête, fin juin, ce n’est que parce que les Ogres de Barback ont accepté un arran­ge­ment”. De fait, le groupe a accepté de reve­nir en Isère pour le 30 octobre. Bernard Ferrari se dit ainsi opti­miste : “le défi­cit devrait se résor­ber à ce moment-là.

 

 
Peu de portes de sor­ties
 
 
Pour d’autres, l’avenir est moins radieux. Le Pôle musi­cal d’innovation, asso­cia­tion qui orga­nise le fes­ti­val Rocktambule, accuse aujourd’hui un défi­cit de 30 000 €. Plusieurs idées ont été pro­po­sées mais les orga­ni­sa­teurs res­tent pré­oc­cu­pés. Et Grégory Signoret ne cache pas le carac­tère d’ur­gence de la situa­tion : “Le 31 décembre, on a un exer­cice comp­table. Si nous sommes encore en défi­cit, alors l’association devra mettre la clé sous la porte”. Pour évi­ter une telle issue, un concert de sou­tien est en pré­pa­ra­tion. Avec l’es­poir de récol­ter des fonds et d’a­bor­der plus serei­ne­ment la 20ème édi­tion du fes­ti­val Rocktambule.
 
Autre solu­tion envi­sa­gée par les acteurs : unir leurs forces. Retour de scène et Dynamusic, deux asso­cia­tions très actives toute l’année pour sou­te­nir la scène gre­no­bloise, ont ainsi décidé de fusion­ner. Un moyen “de main­te­nir l’ensemble des acti­vi­tés de cha­cune”, expliquent-elles dans un com­mu­ni­qué de presse com­mun en date du 17 octobre. Et celles-ci de pré­ci­ser qu’elles per­çoivent leur fusion comme un moyen d’a­mé­lio­rer leur effi­ca­cité “auprès d’un public qui ne fait que subir les consé­quences d’un contexte éco­no­mique tendu.” C’est cette nou­velle struc­ture qui va ainsi orga­ni­ser le fes­ti­val Magic Bus en 2014, jusque-là en charge de Dynamusic.
 
Hadra Trance Festival : les festivals sont à la peine en Isère.

Hadra Trance Festival 2013, à Lans-en-Vercors. © Bobby C. Alkabes

De son côté, l’association Hadra assure res­ter confiante vis-à-vis de l’avenir. Une confiance que Nicolas Forgeron explique par la spé­ci­fi­cité de la musique pro­po­sée par le fes­ti­val. “L’avantage qu’on a par rap­port à Rocktambule, c’est qu’on pro­pose vrai­ment une musique de niche, avec une com­mu­nauté très res­ser­rée mais très enga­gée. Notre répu­ta­tion dans ce milieu est inter­na­tio­nale”.

 

C’est sur cette com­mu­nauté qu’Hadra mise pour une récolte de dons et d’autres moyens plus indi­rects. “Les dons ne pour­ront pas com­bler le trou de 150 000 € dans nos comptes” recon­naît Nicolas Forgeron. “Mais nous allons aussi mettre à dis­po­si­tion des lettres types que nos sym­pa­thi­sants pour­ront envoyer aux admi­nis­tra­tions pour les encou­ra­ger à nous sub­ven­tion­ner”.
 
 
“Envie de faire confiance aux poli­tiques”
 
 
C’est ainsi sur les fonds publics que mise l’ensemble des orga­ni­sa­teurs de fes­ti­vals pour sor­tir du marasme. Bien que la tota­lité des admi­nis­tra­teurs ait confié que la majo­rité de leurs recettes pro­ve­nait de la billet­te­rie, les sub­ven­tions des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales leur paraissent aujourd’hui inévi­tables pour la sur­vie des fes­ti­vals en Isère. Grégory Signoret est lucide sur la situa­tion : “Aujourd’hui, sans le sou­tien des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, nous n’y arri­ve­rons pas. On a envie de faire confiance aux poli­tiques mais la culture n’est pas for­cé­ment le champ d’action à la mode en ce moment…”.
 
Hadra Trance Festival : les festivals sont à la peine en Isère.

Hadra Trance Festival 2013, à Lans-en-Vercors. © Bobby C. Alkabes

Interrogée sur le sujet, Eliane Baracetti, adjointe à la culture de la ville de Grenoble, envi­sage pour sa part une réunion des dif­fé­rents orga­nismes de finan­ce­ment, “pour com­prendre quel est le pro­blème avec Rocktambule et Hadra et essayer d’y appor­ter la réponse la plus adap­tée”. Quant à Michel Destot, maire de Grenoble, il se serait mon­tré vive­ment agacé par l’annulation récente de Rocktambule, la ville ayant déjà contri­bué au finan­ce­ment de cette 19ème édi­tion. Le Conseil géné­ral et le Conseil régio­nal, joints par télé­phone, n’ont eux pas sou­haité s’exprimer sur le sujet. Du côté de Rocktambule, l’heure est désor­mais au volon­ta­risme. “On va tout faire pour fêter les 20 ans du fes­ti­val” assure Grégory Signoret.

 

 

Valentin Aigrault
 
 
 
MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
3163 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.