Coup de pression des “nationalistes”

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

COMPTE-RENDU – Le Comité de liaison et d’aide aux nationalistes (Clan) organisait, ce samedi 28 septembre, un rassemblement non ouvert au public et dans un endroit tenu secret à Grenoble. L’occasion pour cette frange dure de l’extrême droite de faire entendre sa voix et de dénoncer la répression dont elle et des mouvements similaires en Europe seraient victimes.
 
 

 

Extrême-droite et nationalistes avec Alexandre Gabriac à Grenoble.

Affiche de propagande de l’Œuvre française, mouvement d’extrême-droite dissout.

« Ils ne nous arrêteront pas ! », « Dissolution ? Non ! Révolution nationale ! » ou bien encore « S’ils touchent à l’un d’entre nous, ils touchent à nous tous ! »… Voilà le genre de slogans que les militants nationalistes grenoblois ont pu entendre samedi soir, à l’occasion du rassemblement organisé par le Clan. Impossible toutefois de vérifier le chiffre annoncé de cent personnes présentes, aucun “éléments extérieurs” n’ayant été invités à cette grand-messe nationaliste qui s’est déroulée dans un endroit tenu secret.
 
Les organisateurs ont, en revanche, tenu une conférence de presse au préalable, en compagnie d’Yvan Benedetti, ex-président de l’Œuvre française (dissoute depuis cet été), d’Alexandre Gabriac, conseiller régional d’extrême droite, ex-président des Jeunesses nationalistes (également dissoutes) et de Pierre-Marie Bonneau, avocat au barreau de Toulouse.
 
Extrême-droite et nationalistes avec Alexandre Gabriac à Grenoble.

Logo des Jeunesses nationalistes, mouvement d’extrême-droite dissout.

 
“Forfaiture”
 
 
Ils entendaient ainsi protester contre la décision, prise le 24 juillet dernier par décret présidentiel, de dissoudre l’Œuvre française et les Jeunesses nationalistes, suite à la mort du militant d’extrême gauche Clément Méric.

 

« Cette forfaiture a eu lieu après une procédure dite contradictoire, organisée par la direction dite des libertés publiques qui dépend du ministère de l’Intérieur » dénonce Yvan Benedetti. Et de s’insurger contre la “répression” s’accélérant à l’égard des “nationalistes” français et européen de manière générale.
 
Extrême droite à Grenoble avec Alexandre Gabriac fondateur des Jeunesses nationalistes.

Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti, le samedi 28 septembre à Grenoble.
© Véronique Serre / placegrenet.fr

 
Soutien à Aube dorée
 
 
Une position bien évidemment partagée par Alexandre Gabriac. Le conseiller régional, officiellement exclu du Front national pour avoir été photographié en train de faire un salut nazi, portait un t-shirt à l’effigie du parti néo-nazi grec Aube dorée. Manière pour lui de protester contre les arrestations, ce samedi, de Nikos Michaloliakos, chef historique du parti et de plusieurs députés de ce mouvement proche des Jeunesses nationalistes.
 
S’il a déclaré qu’il n’avait pas l’ambition de se présenter aux prochaines élections municipales de Grenoble, Alexandre Gabriac a laissé échapper dans un lapsus que son mouvement, bien qu’officiellement dissout, était plus que jamais présent dans la ville…
 
 
 
Paul Turenne
 
commentez lire les commentaires
6992 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sur la photo, Benedetti semble compter combien ils sont : « 2 nous sommes 2, Gabriac et moi  »
    Prochaine réunion dans une cabine téléphonique ?
    :-)))))

    sep article
  2. Qu’espère Gabriac et son salut nazi ? figurer quand même sur la liste du FN, Mme d’Ornano semble avoir excusé son geste …
    Si les nazillons étaient si bien implantés à Grenoble, ils n’auraient pas fait tout ce cirque parfaitement ridicule : « cachons-nous, pas de réunion publique » … Ils se croient dans une cour d’école primaire ?
    Allez, petit Gabriac, allez porter votre bonne parole à vos amis assassins d’Aube Dorée. Ici, nous nous passerons très bien de vous.

    sep article
  3. Wouafff ! Un peu de mémoire que diable ! Le discours franchouillard de ceux qui se cachent derrière l’étiquette « nationaliste » est exactement le même que le discours de ceux qui furent les premiers à collaborer avec l’ennemi envahisseur en 1940.

    sep article