Petits arrangements entre élus à Saint-Ismier

sep article



ENQUÊTE – Geneviève Picard, élue d’opposition centriste à la municipalité de Saint-Ismier, vient de déposer plainte contre X au parquet pour prise illégale d’intérêts et trafic d’influence. Elle entend ainsi “faire bouger les choses”, suite à la reprise de la cave coopérative entachée, selon elle, d’irrégularités de la part de la majorité en place.

 

 

Prise illégale d'intérêts et trafic d'influence à Saint-Ismier près de Grenoble (Isère).

Geneviève Picard, élue d’op­po­si­tion cen­triste à Saint-Ismier, sa plainte contre X à la main.
© Muriel Beaudoing

Difficile de pré­dire de quoi sera fait l’a­ve­nir à Saint-Ismier, mais une chose est sûre : le conseil muni­ci­pal de ce lundi 30 sep­tembre pro­met d’être gla­cial. C’est en effet à cette occa­sion, ce soir-là à 18h30, que Geneviève Picard expli­quera aux élus qui l’i­gnorent encore les rai­sons de sa plainte contre X pour prise illé­gale d’in­té­rêts et tra­fic d’in­fluence.
 
« Voilà main­te­nant plus de deux ans que je pose des ques­tions au sujet de la reprise de la cave coopé­ra­tive de Saint-Ismier et dénonce une situa­tion inad­mis­sible, tant juri­di­que­ment que poli­ti­que­ment », s’in­surge Geneviève Picard. « Et voilà plus de deux ans que l’on me répond qu’il s’a­git d’une affaire pri­vée et que tout va bien. J’entends donc faire enfin bou­ger les choses avec cette plainte. » Une plainte qui vise clai­re­ment Lucile Ferradou, maire divers droite de Saint-Ismier, ainsi que deux élus de la majo­rité direc­te­ment impli­qués dans la reprise et, désor­mais, dans la ges­tion de cette cave.
 
 

Une reprise qui fait débat

 
Bref rap­pel des faits : tout débute en mars 2010 suite à la mise en liqui­da­tion de la fameuse cave. Un appel à pro­jets est alors lancé auprès de tous les agri­cul­teurs situés sur le ter­ri­toire de la com­mu­nauté de com­munes du Pays du Grésivaudan. L’objectif affi­ché par les coopé­ra­teurs, la com­mune de Saint-Ismier et la com­mu­nauté de com­munes est clair : conser­ver la voca­tion agri­cole de ce bâti­ment spa­cieux en don­nant toute leur place à la vigne et au vin en son sein. Sept por­teurs de pro­jets se montrent inté­res­sés et se posi­tionnent.
 

 

Prise illégale d'intérêts et trafic d'influence à Saint-Ismier près de Grenoble (Isère).

Extrait du registre des déli­bé­ra­tions du Conseil de la com­mu­nauté de com­munes du Pays du Grésivaudan, du 8 avril 2013, concer­nant la reprise de la cave coopé­ra­tive de Saint-Ismier.

Finalement, le bureau com­mu­nau­taire de la com­mu­nauté de com­munes retient le pro­jet défendu par neuf agri­cul­teurs asso­ciés. Et vote, le 8 avril 2011, une sub­ven­tion de 15 000 euros pour finan­cer une étude de pro­gram­ma­tion en vue de qua­li­fier et d’es­ti­mer les tra­vaux d’a­mé­na­ge­ments. Une aide qui sera sui­vie d’une seconde bien plus impor­tante. Le 9 février 2012, la région Rhône-Alpes vote en effet l’oc­troi d’une sub­ven­tion de 200 000 euros pour créer un point de vente met­tant en rela­tion pro­duc­teurs et consom­ma­teurs.
 
Problème : Bernard Jay, qui s’est for­te­ment impli­qué dans la reprise et fait par­tie du pro­jet retenu, n’est pas un simple agri­cul­teur. « Monsieur Jay se révèle être à la fois auto­rité de sur­veillance et béné­fi­ciaire d’une opé­ra­tion dans laquelle des fonds publics ont été inves­tis, notam­ment en tant que coopé­ra­teur et admi­nis­tra­teur de la coopé­ra­tive », pré­cise Geneviève Picard. Adjoint chargé des tra­vaux à la mai­rie de Saint-Ismier, il est éga­le­ment, entre autres, élu au sein de la com­mu­nauté de com­munes en tant que membre de la com­mis­sion agri­cul­ture. A ce titre, il a donc pris part au vote qui a choisi le pro­jet retenu et voté une sub­ven­tion… dont il a direc­te­ment béné­fi­cié. Un mélange des genres inac­cep­table pour Geneviève Picard.
 
 

Conflit d’intérêts ?

 

 

Prise illégale d'intérêts et trafic d'influence à Saint-Ismier près de Grenoble (Isère).

Geneviève Picard, élue d’op­po­si­tion cen­triste à Saint-Ismier.
© Muriel Beaudoing

« Ce qui est grave, c’est que les autres élus com­mu­nau­taires de Saint-Ismier, à com­men­cer par le maire Madame Ferradou, ont voté cette déli­bé­ra­tion, lais­sant ainsi pas­ser un conflit d’in­té­rêts. »
Ni Lucile Ferradou, ni Bernard Jay n’ont donné suite à nos demandes d’in­ter­views. Pas plus qu’Isabelle Charpin, conseillère muni­ci­pale, qui – outre la coor­di­na­tion du jour­nal local de Saint-Ismier – assure avec son mari la ges­tion du res­tau­rant de la cave coopé­ra­tive.
 
« Lors du conseil muni­ci­pal du 10 juin der­nier, un des coopé­ra­teurs, qui depuis a pris la pré­si­dence de la coopé­ra­tive, a déclaré qu’il n’y avait aucun pro­blème, que je blo­quais l’ac­ti­vité éco­no­mique et que c’é­tait un scan­dale », rap­porte Geneviève Picard. « Mieux, il a pré­cisé que Monsieur Jay et lui-même avaient tra­vaillé seuls et porté tout le pro­jet depuis le début. A mes yeux, ils se sont tirés une balle dans le pied tous seuls, ce jour-là. »
 
 

Un spa qui divise

 

 

Prise illégale d'intérêts et trafic d'influence à Saint-Ismier près de Grenoble (Isère).

Geneviève Picard, élue d’op­po­si­tion cen­triste à Saint-Ismier montre l’emplacement de la cave coopé­ra­tive sur le cadastre de Saint-Ismier.
© Muriel Beaudoing

L’élue d’op­po­si­tion pointe, par ailleurs, “une cir­cons­tance aggra­vante” qui figure dans sa plainte. Bernard Jay a en effet déposé, pour le ter­rain de la cave coopé­ra­tive, une décla­ra­tion préa­lable de divi­sion par­cel­laire, accep­tée par la mai­rie le 4 mai 2012. Dans la fou­lée, un per­mis de construire était déposé pour la construc­tion d’un spa, relié par une pas­se­relle au res­tau­rant de la coopé­ra­tive.
 
« Pourquoi la muni­ci­pa­lité de Saint-Ismier a‑t-elle accepté la divi­sion par­cel­laire sol­li­ci­tée par Monsieur Jay, puis un per­mis de construire pour l’é­di­fi­ca­tion d’un spa, sans que le conseil muni­ci­pal – qui a voté un nou­veau PLU [ndlr : plan local d’ur­ba­nisme] dans la fou­lée – n’en ait été informé ? » s’in­ter­roge Geneviève Picard, qui dénonce une ges­tion anti­dé­mo­cra­tique.
 
 
 
 
De son côté, Francis Gimbert, actuel pré­sident de la com­mu­nauté de com­munes du Pays du Grésivaudan qui a suc­cédé à François Brottes, a indi­qué dans un cour­rier à l’é­lue que tout avait été fait dans les règles et sans favo­ri­tisme, ni prise illé­gale d’in­té­rêts de la part de Monsieur Jay. Une posi­tion sur laquelle il n’a pu s’ex­pli­quer, n’ayant pas répondu à nos mul­tiples sol­li­ci­ta­tions.
 
Geneviève Picard attend désor­mais la réponse de la jus­tice et pré­vient d’ores et déjà : « Si les choses n’ont pas bougé d’ici trois mois, je sai­si­rai le doyen des juges d’ins­truc­tion qui sera obligé de don­ner une réponse. »
 
Paul Turenne
 
 

Bernard Jay débouté de ses demandes à l’encontre de Place Gre’net

 
Suite à la paru­tion de cet article, Monsieur Bernard Jay a fait assi­gner au tri­bu­nal de grande ins­tance de Grenoble pour atteinte à la pré­somp­tion d’in­no­cence Paul Turenne, en tant que jour­na­liste, Muriel Beaudoing, en tant que direc­trice de publi­ca­tion, et l’association des Amis de Place Gre’net, en tant qu’é­di­teur.
 
L’ancien adjoint aux tra­vaux de Saint-Ismier deman­dait notam­ment la somme pro­vi­sion­nelle de 10 000 euros en répa­ra­tion de son pré­ju­dice et le paie­ment de la somme de 5 000 euros sur les fon­de­ments de l’article 700 du Code de pro­cé­dure civile.
 
Il a été débouté de ses demandes à l’en­contre de Place Gre’net, comme pré­cisé dans l’or­don­nance de référé ren­due le 12 février 2014.
 
Plus d’in­for­ma­tions sur le blog de la rédac­tion.
 
 
 
Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
9951 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Un Spa sur saint ismier?? Moi je dis toooppppp.
    Il n y avait rien dans cette val­lée du gre­si­vau­dan. Ça va même crée de l emploi et du bien être pour tous ces stres­sés.. Moi je vote­rai pour que le patron de ce Spa offre gra­cieu­se­ment un super soin de relaxa­tion à Mme picard.…
    A tra­vers de petits faits divers comme ça, qui est pure­ment poli­tique à quelques mois des élec­tions muni­ci­pales , nous appre­nons une ouver­ture d une telle acti­vité sur cette com­mune qui a un maire très dyna­mique et qui fait beau­coup pour la com­mune.
    Moi je dis bravo et féli­ci­ta­tions a cette pro­chaine ouver­ture!!! Je tra­vaille à Grenoble et c’est avec un immense plai­sir que tous mes col­la­bo­ra­teurs se join­dront à moi pour décou­vrir cet endroit qui j espère sera une vraie réus­site !

    sep article
  2. Bravo,
    très bon papier.… mais pas exclu­sif. France-Bleu-Isère a sorti l’info le 13 sep­tembre 😉

    sep article
    • PT

      27/09/2013
      20:57

      Trop fort France Bleu ! 😉
      J’ai eu beau cher­cher un peu par­tout pas de trace de cette actu sur FBI ou sur le net. Je suis pre­neur si tu as le lien.

      La pro­chaine fois, je vous appelle his­toire d’être sûr ! ^^

      sep article
      • Plus on est de jour­na­listes, mieux on est informé.
        Mais, le 13 sep­tembre, les 100.000 audi­teurs de FBI ont bien entendu cette info.

        sep article