Alain Carignon : « En 19 ans, Grenoble est restée immobile »

sep article



ENTRETIEN – C’est une semaine intense qui s’est ache­vée pour Alain Carignon. À peine ren­tré d’Arcachon, où se tenait lundi la réunion de l’association « Les amis de Nicolas Sarkozy », l’ancien maire de Grenoble a remis en cause sa par­ti­ci­pa­tion à la pri­maire ouverte de la droite en vue des muni­ci­pales de 2014, irrité par la tour­nure que pre­naient les évé­ne­ments. Alors que l’UMP38 a confié ven­dredi au pré­sident du parti Jean-François Copé la mis­sion de tran­cher sur l’a­ve­nir de ce pro­ces­sus de dési­gna­tion, celui qui s’estime comme l’homme pro­vi­den­tiel de la droite locale pré­cise sa posi­tion et dresse le tableau d’une ville qui n’aurait pas changé depuis son départ.
 
 
© Nils LounaEngagé en poli­tique en 1968, « au moment où le géné­ral de Gaulle était impo­pu­laire » et où son jeune âge – il avait à peine 19 ans – lui était plu­tôt pré­ju­di­ciable, Alain Carignon voyait chez le pre­mier pré­sident de la cin­quième République « le héros de l’indépendance de la France et le repré­sen­tant des valeurs morales ».
 
C’est sous éti­quette du RPR qu’Alain Carignon rem­por­tera ses suc­cès élec­to­raux. Elu conseiller géné­ral de l’Isère à 27 ans, il devien­dra suc­ces­si­ve­ment maire de Grenoble (de 1983 à 1995), ministre délé­gué à l’Environnement du gou­ver­ne­ment Chirac et ministre de la Communication du gou­ver­ne­ment Balladur, de 1993 à sa démis­sion. Il est condamné en 1996 pour cor­rup­tion, abus de biens sociaux et subor­na­tion de témoins. Il effec­tuera 29 mois de déten­tion, le record pour un homme poli­tique en France.
 
Aujourd’hui « retraité de l’assemblée natio­nale », il est éga­le­ment « consul­tant pour plu­sieurs entre­prises ».
 
 
Vous avez qua­li­fié cette semaine la pri­maire de la droite gre­no­bloise de « com­bat de per­dants », envi­sa­geant même de ne plus y par­ti­ci­per. Jetez-vous l’éponge ?
 
Je n’ai jamais dit que j’abandonnais. Je fais le constat que cette pri­maire est deve­nue un jeu de quille, durant lequel les can­di­dats, décla­rés ou non, s’agressaient mutuel­le­ment au lieu de faire un front com­mun contre la muni­ci­pa­lité actuelle. Je me retire de ce pro­ces­sus des­truc­teur, mais s’ils veulent faire gagner la droite, je suis là. Ils peuvent comp­ter sur moi car je suis dis­po­nible. Ce n’est pas le pro­ces­sus qui importe, c’est la volonté de gagner et l’unité.
 
© Nils LounaLe pro­blème des bureaux de vote a été évo­qué pour jus­ti­fier la sus­pen­sion de la pri­maire mais c’est le mode de dési­gna­tion qui semble désor­mais poser pro­blème au « comité des sages de la pri­maire » qui n’a pas réussi à conve­nir d’une posi­tion una­nime sur la ques­tion. Comment l’expliquez-vous ?
 
En choi­sis­sant la pri­maire ouverte, le parti socia­liste pour­rait l’influencer par les urnes en faus­sant le résul­tat et en choi­sis­sant le can­di­dat qu’elle sou­haite affron­ter. Dans une élec­tion pri­maire fer­mée, les autres can­di­dats m’accuseraient de bidouillage. Et si c’est fina­le­ment la com­mis­sion natio­nale d’investiture qui est rete­nue, le choix serait, selon eux, for­cé­ment en ma faveur puisque j’en suis membre, même si je me déporte ce jour-là ou que je démis­sionne de cette struc­ture. En défi­ni­tif, quel que soit le mode de dési­gna­tion évo­qué, des can­di­dats le contestent avec sus­pi­cion, en me met­tant en cause, mais des per­sonnes qui n’ont rien obtenu de leur vie par les urnes n’ont aucune leçon à me don­ner. 
 
Mais c’est vous qui aviez sou­haité une élec­tion pri­maire ouverte. Pourquoi la remettre en cause aujourd’hui ?
 
C’est la muni­ci­pa­lité Destot qui a blo­qué la situa­tion en ne répon­dant pas aux sol­li­ci­ta­tions de l’UMP38 pour l’organisation du vote, alors qu’elle le fait volon­tiers quand le parti socia­liste orga­nise ses scru­tins. Si l’UMP avait réussi cette cam­pagne de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive, cela aurait révélé un contraste ter­rible avec cette muni­ci­pa­lité qui n’a pas mis en place un seul réfé­ren­dum en dix-neuf ans sur des dos­siers majeurs tels que le béton­nage de la ville ou la mise en place de nou­veaux axes de com­mu­ni­ca­tion. Elle a d’abord essayé d’empêcher ces pri­maires. Pourquoi n’influencerait-elle pas le vote ? Le conseil des pri­maires doit répondre à une ques­tion : est-ce que nous per­met­tons au parti socia­liste de prendre part au vote et de choi­sir le can­di­dat qu’il espère affron­ter ?
 
© Nils Louna

© Nils Louna

 
Vous sen­tez-vous la cible d’un front uni de la part des autres figures de la droite gre­no­bloise ?
 
C’est jus­te­ment l’unité qui manque. Je constate une absence de volonté et de stra­té­gie com­munes, mais l’existence de plu­sieurs stra­té­gies indi­vi­duelles. La droite gre­no­bloise souffre d’un manque de matu­rité, d’expérience et de hau­teur de vue. Les Grenoblois attendent que nous répon­dions à leurs pro­blèmes quo­ti­diens, pas que nous nour­ris­sions les colonnes des jour­naux. Si les can­di­dats ne deviennent pas plus rai­son­nables, c’est un com­bat perdu d’avance.
 
Vous choi­sis­sez de deve­nir « un réser­viste » ?
 
Je suis tou­jours libre et déter­miné. Je suis mobi­lisé par la situa­tion de Grenoble et prêt à par­ti­ci­per à un com­bat vic­to­rieux pour la mai­rie, pas à un com­bat secon­daire.
 
 
po13-grenet-carignon-nl-013Avez-tou­jours « envie de Grenoble », comme vous l’avez affirmé à de nom­breuses reprises depuis l’hiver der­nier ?
 
Ce n’est plus une envie, c’est désor­mais un devoir. Les dif­fi­cul­tés qui attendent Grenoble sont telles que je ne peux le conce­voir autre­ment. 
 
C’est votre troi­sième retour suc­ces­sif sur la scène poli­tique locale. Des retours tou­jours chao­tiques. La droite n’a‑t-elle pas les forces vives néces­saires pour pou­voir se pas­ser de vous ?
 
Je n’ai pas de cri­tique à faire des autres can­di­dats en lice. Je suis en revanche le plus légi­time face au suf­frage uni­ver­sel car je suis le seul à avoir battu Hubert Dubedout et Louis Mermaz. J’apporte ma contri­bu­tion, je par­ti­cipe au débat pour faire savoir aux habi­tants de cette ville qu’ils ne sont pas condam­nés à l’immobilité.
 
© Nils LounaPlus que la légi­ti­mité, la confiance des élec­teurs est éga­le­ment néces­saire. Les Grenoblois pour­raient-ils vous faire à nou­veau confiance mal­gré les condi­tions de votre départ en 1995 ?
 
Ils peuvent faire confiance à ce que j’ai réa­lisé à Grenoble pen­dant douze ans. Du tram­way aux musées, d’Europole au Synchrotron, des des­sertes rou­tières aux quar­tiers nou­veaux, j’ai trans­formé la ville. C’est à eux d’en déci­der. Mais je suis libre et apaisé aujourd’hui.
 
Parlons de l’avenir. Quelles sont les « dif­fi­cul­tés qui attendent les Grenoblois » que vous esti­mez être le seul à pou­voir contre­car­rer ?
 
L’ampleur de la tâche qui attend la pro­chaine équipe muni­ci­pale est énorme. La situa­tion finan­cière de la ville, par son niveau d’impôts consi­dé­rable et la dette exis­tante, ne laisse aucune marge de manœuvre. L’urgence est de por­ter le pro­jet de nou­velles infra­struc­tures rou­tières. Depuis dix-neuf ans, il n’y a pas eu une voi­rie sup­plé­men­taire dans la ville, alors que Lyon vient d’obtenir de nou­veaux contour­ne­ments dans les débats natio­naux. La com­mu­nauté d’agglomération n’a pas saisi la loi métro­pole pour sup­pri­mer l’échelon du dépar­te­ment dans l’agglomération, tout en le main­te­nant en rura­lité. C’est pour­tant une néces­sité pour concen­trer les pou­voirs et gagner en frais de fonc­tion­ne­ment. Grenoble est res­tée tota­le­ment immo­bile. La muni­ci­pa­lité n’a fait que gérer les affaires cou­rantes.
 
© Nils LounaLa com­mis­sion mobi­lité 21 a reporté le rac­cor­de­ment de l’A51 avec Sisteron à après 2050. Quel recours pou­vez-vous repré­sen­ter dans ces condi­tions ?
 
Le pro­blème de l’accès à Grenoble est un nœud com­plexe. Mettre en place le rac­cor­de­ment Grenoble-Sisteron implique d’agrandir l’A480, puisqu’il s’agit d’une tra­ver­sée Nord-Sud. C’est une négo­cia­tion glo­bale avec l’Etat qu’il s’agit de mener. J’ai su le faire à d’autres périodes, y com­pris quand la gauche était au pou­voir. J’ai gagné le Synchrotron et le musée de Grenoble sous Mitterrand. J’ai obtenu l’autoroute Grenoble-Valence, alors que la gauche était contre. On peut gagner les batailles en pré­sen­tant des dos­siers solides, des plans glo­baux, des solu­tions et des bud­gets pré­cis.
En matière de dépla­ce­ment, il faut avoir une vue d’ensemble, trou­ver des idées nou­velles, avec dif­fé­rents finan­ce­ments publics-pri­vés et deman­der à l’Etat une par­ti­ci­pa­tion. Mais je ne vois pas qui pour­rait actuel­le­ment à Grenoble avoir la capa­cité de faire ce tra­vail.
 
Vous avez choisi de réa­li­ser cette inter­view dans le quar­tier de l’Esplanade. Pour quelle rai­son ?
 
C’est le sym­bole de la béto­ni­sa­tion de la muni­ci­pa­lité Destot. La gauche uti­lise l’étalement urbain pour jus­ti­fier cela. Mais les Grenoblois ne veulent pas vivre dans la concen­tra­tion. De Villeneuve au Polygone, c’est la même poli­tique : celle de la sur­charge. Nous ne pou­vons pas impo­ser ce mode de vie à nos conci­toyens. Il faut orga­ni­ser des pôles de déve­lop­pe­ment qui per­met­tront à des petites et moyennes villes de se déve­lop­per en les rac­cor­dant par des modes de trans­ports rapides et régu­liers. Cette ville étri­quée fait fuir les entre­prises et donc les emplois. Les caté­go­ries sociales pro­fes­sion­nelles moyennes et aisées quittent celle ville com­pacte et sont rem­pla­cées par des habi­tants de condi­tions modestes, voire pauvres. La den­si­fi­ca­tion pau­pé­rise la ville. L’Insee dis­tingue Grenoble par le cumul des signes de pré­ca­rité et aucun quar­tier n’est épar­gné.
 
Rien ne jus­ti­fie cette poli­tique en réa­lité, si ce n’est un enjeu élec­to­ral. Dans cer­tains bureaux de vote de la Villeneuve, socia­listes et éco­lo­gistes tota­lisent 89 % des voix ! C’est une situa­tion anor­male en démo­cra­tie qui cache un fonc­tion­ne­ment clien­té­liste pré­ju­di­ciable.
 po13-grenet-carignon-nl-021
 
Vous étiez lundi à Arcachon pour la réunion de l’association « Les amis de Nicolas Sarkozy ». Quel est le rôle de cette struc­ture, à l’heure où le droit d’inventaire du « sar­ko­zysme » est réclamé par plu­sieurs cadres de votre parti ?
 
La pre­mière réunion, celle de 2012, était nos­tal­gique car nous venions de perdre la pré­si­den­tielle. La deuxième, celle de cette année, était tour­née vers l’espoir qui est revenu très vite. Un an seule­ment après l’élection de François Hollande, c’est son camp qui est aujourd’hui dans la nos­tal­gie face aux pro­messes non tenues. Le rôle de cette asso­cia­tion est de por­ter de la recon­nais­sance à ce que Nicolas Sarkozy a fait par le passé et de l’espoir pour l’avenir.
 
Pendant que Les amis de Nicolas Sarkozy main­tiennent ce sou­ve­nir, le cou­rant de l’UMP de la droite forte – que vous sou­te­nez – n’est-il pas en train de pré­pa­rer le ter­rain d’une droi­ti­sa­tion du parti ?
 
C’est la thèse média­tique. Nicolas Sarkozy a fait recu­ler le Front National, contrai­re­ment à la gauche aujourd’hui. Nous n’avons aucune leçon à rece­voir, mais plu­tôt cer­taines à don­ner. La droite forte est por­tée par des jeunes cadres du parti qui ont des idées et qui posent de vraies ques­tions. La coexis­tence de plu­sieurs cou­rants est dans la nature même de l’UMP. Cela évite de res­ter immo­bile.
 
Propos recueillis par Victor Guilbert    
Photos par Nils Louna
 
 
L’entretien a été réa­lisé le mer­credi 4 sep­tembre au café La Tonnelle, dans le quar­tier de l’Esplanade à Grenoble. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture mais a été com­plété à plu­sieurs reprises par télé­phone au cours de la semaine en rai­son des nou­velles actua­li­tés. Alain Carignon s’est pré­senté au ren­dez-vous en com­pa­gnie de Michel Tavelle, le chargé de com­mu­ni­ca­tion de l’UMP38. 
 
 

Extrait d’ouvrage choisi par Alain Carignon 

 

 

naissance 2« Naissance » de Yann Moix chez Grasset :

 

« Toute nais­sance est devant soi. C’est la mort qui est der­rière ».

 

 

 

La convic­tion qu’il en tire 
 
 L’avenir est tou­jours devant soi, créa­tif comme mon tem­pé­ra­ment. C’est la route qu’il faut regar­der, pas le rétro­vi­seur du passé.
 
 
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net. 
 
 
 
 
 
Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
4864 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Deux lignes de tram, l’ex­ten­sion d’une troi­sième, un stade, cinq pro­jets de réno­va­tion urbaine majeurs, un pro­jet de requa­li­fi­ca­tion des quais et du centre ville, la réus­site éco­no­mique de la pénin­sule dans le cadre de GIANT, une ville phare en terme de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive etc… Ce mon­sieur Carignon souffre cer­tai­ne­ment de quelque sou­cis de mémoire, ou serait ce plu­tôt une grosse mau­vaise fois …

    sep article
  2. Je ne suis plus de Grenoble depuis 12 ans, je manque donc de recul pour por­ter un juge­ment sur les attentes des gre­no­blois pour le deve­nir de leur ville et les atouts de Monsieur CARIGNON pour les satis­faire, mais j’ose espé­rer que les gre­no­blois n’ap­por­te­ront pas de cré­dit à un homme poli­tique qui a abusé illé­ga­le­ment à des fins per­son­nelles des fonc­tions et du pou­voir confiés par les élec­teurs. A lire l’at­mo­sphère qui règne dans son propre parti poli­tique sur le plan local et le rejet de celui-ci à son égard, il sem­ble­rait qu’il n’ait pas retiré les ensei­gne­ments sur son passé condamné par la jus­tice durant son temps d’in­car­cé­ra­tion. Allez, un peu de dignité Monsieur CARIGNON … tout comme Monsieur CAHUZAC !

    sep article
  3. M. Carignon n’a pas com­pris que la majo­rité des gre­no­blois ne veut pas de son retour ? En empê­chant la tenue de pri­maires à Grenoble (car la mai­rie a déblo­qué des salles), il espère bien être nommé par Copé ?
    C’est le meilleur moyen pour que l’UMP fasse un tout petit score, comme lors de l’é­lec­tion légis­la­tive de 2007 dans la 1ère cir­cons­crip­tion, où Mme Fioraso l’a lar­ge­ment emporté
    http://www.rue89.com/2007/06/12/a‑grenoble-carignon-se-qualifie-dans-un-climat-deletere

    Faire des choses qui seront défaites par un tri­bu­nal (comme la pri­va­ti­sa­tion de l’eau), ce n’est pas faire avan­cer la ville.
    Il y a quelques avan­tages pour les villes > 150 000 habi­tants, ce serait donc dom­mage de faire par­tir trop de gre­no­blois vers l’ex­té­rieur et l’Esplanade est amé­na­geable sans la béton­ner com­plè­te­ment.

    Bref, que M. Carignon se pré­sente aux muni­ci­pales, puisque c’est son ambi­tion per­son­nelle. Il divi­sera l’UMP38 et lais­sera un bou­le­vard à la vraie gauche, sans glou­bi­goulba

    sep article