« L’alternance, ce sont les écologistes »

sep article



ENTRETIEN – Eric Piolle ne croit plus en la crois­sance et le fait savoir. Que ce soit à Fontaine ce samedi 31 août pour la ren­trée poli­tique dépar­te­men­tale des éco­lo­gistes ou la semaine pré­cé­dente à Marseille pour les jour­nées d’été du parti Europe Ecologie Les Verts (EELV), le co-pré­sident du groupe éco­lo­giste au conseil régio­nal de Rhône-Alpes, est inter­venu dans des débats sur la mort de cette notion éco­no­mique et les consé­quences des poli­tiques d’austérité. Il revient dans cet entre­tien sur la méthode poli­tique de son parti à toutes les échelles de déci­sions et pose volon­tiers les contours d’une ville sous exé­cu­tif éco­lo­giste.
 
 
© Véronique Serre

© Véronique Serre

Basco-béar­nais d’origine, Eric Piolle est depuis vingt ans un Grenoblois d’adoption. Diplôme d’ingénieur de l’INPG en poche, il a inté­gré à 27 ans le comité de direc­tion d’une usine de 300 per­sonnes de la région. Dix ans plus tard, c’est dans un grand groupe infor­ma­tique amé­ri­cain for­te­ment pré­sent à Grenoble et en Isère qu’il exer­çait encore récem­ment en qua­lité de cadre-diri­geant.
 
S’il tire le lea­der­ship de son acti­vité pro­fes­sion­nelle, son enga­ge­ment poli­tique vient d’ailleurs. Père de quatre enfants et parent d’élève réfé­rent, il défend la sco­la­ri­sa­tion des enfants sans papiers à tra­vers le Réseau édu­ca­tion sans fron­tière (RESF) et lutte contre le chô­mage depuis les années 1990 aux cotés de Pierre Larouturou.
 
C’est éga­le­ment avec lui et, entre autres, Edgar Morin, Stéphane Hessel et Susan George qu’il a fondé en 2012 le col­lec­tif Roosevelt. Un mou­ve­ment citoyen pro­mou­vant quinze pro­po­si­tions éco­no­miques et sociales pour sor­tir de la crise. Elu au conseil régio­nal en 2010, après avoir « envoyé CV et lettre de moti­va­tion » au parti EELV qui s’ouvrait à la société civile, il est aujourd’hui le co-pré­sident du deuxième groupe poli­tique de la région comp­tant 37 élus.
 
 
Les jour­nées d’été d’EELV ne sont pas pas­sées inaper­çues la semaine der­nière avec plu­sieurs annonces de ministres par­ti­ci­pants. Les mili­tants qui s’interrogeaient sur la place de votre for­ma­tion au gou­ver­ne­ment ont-ils tou­jours des rai­sons d’a­voir des doutes ?
 
 
La loi por­tée par Cécile Duflot sur le loge­ment sera un évé­ne­ment mar­quant déjà salué par les asso­cia­tions tra­vaillant sur la ques­tion, même si une mise en route plus rapide et effi­cace par les ser­vices de l’Etat est néces­saire. Nous avons de la por­tée dans le gou­ver­ne­ment, par la voix des ministres éco­lo­gistes mais pas seule­ment. L’annonce faite à Marseille par Philippe Martin, le ministre socia­liste de l’Ecologie, d’une contri­bu­tion cli­mat sera un point fort de la fis­ca­lité éner­gé­tique à venir. La fis­ca­lité éco­lo­gique et l’effort sur la réno­va­tion ther­mique des bâti­ments seront deux leviers créa­teurs d’emplois durables qui per­met­tront de lut­ter contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.
 
 
Eric Piolle, co-président du groupe rassemblant les écologistes au conseil régional de Rhône-AlpesN’est-ce fina­le­ment pas une posi­tion confor­table que de faire par­tie de la majo­rité pour faire pro­gres­ser ses idées, sans pour autant être le parti majo­ri­taire et devoir ainsi assu­mer l’intégralité du bilan ?
 
 
Ce n’est pas notre voca­tion. Peut-être que cer­tains appré­cient cette pos­ture mais, pour ma part, j’ai tou­jours été plu­tôt un lea­der dans mes enga­ge­ments asso­cia­tifs et pro­fes­sion­nels. C’est aux manettes que je suis le plus à l’aise. Les éco­lo­gistes ne sont pas des sup­plé­ments d’âme. Ils n’ont pas non plus de posi­tions de prin­cipe mais amorcent des arbi­trages, avec un pied dans les res­pon­sa­bi­li­tés poli­tiques pour bous­cu­ler les choses et le second dans la société civile pour per­ce­voir les besoins. C’est le cas autant au gou­ver­ne­ment qu’au conseil régio­nal.
 
 
Où s’arrête la soli­da­rité gou­ver­ne­men­tale et où com­mence la capa­cité de révolte ?
 
 
Alors que sous la pré­si­dence de Nicolas Sarkozy, les citoyens étaient mon­tés les uns contre les autres, le gou­ver­ne­ment a déjà changé l’atmosphère du pays. Il cherche aujourd’hui l’apaisement et nous saluons cet effort. Peut-être que les socia­listes ont espéré que cet apai­se­ment suf­fi­rait à relan­cer le modèle, mais on ne peut pas se conten­ter de gérer l’effondrement. Les poli­tiques d’austérité mises en œuvre n’ont aucun effet puisque la dette conti­nue de galo­per. Il y a des alter­na­tives por­tées par le col­lec­tif Roosevelt et par d’autres dans la société civile. Il faut désor­mais trans­for­mer la société par la soli­da­rité et l’emploi et pour la tran­si­tion éner­gé­tique et la pros­pé­rité de cha­cun. En 1944, les diri­geants esti­maient que la pau­vreté était une atteinte à la pros­pé­rité de tous. Elle l’est encore aujourd’hui. Nous sol­li­ci­tons, nous approu­vons par­fois mais nous nous indi­gnons quand il le faut. Le trai­te­ment des sans papiers par Manuel Valls est notam­ment une des actions gou­ver­ne­men­tales qui nous révolte parmi d’autres.
 
 
Quelles mesures por­tées par le col­lec­tif Roosevelt pour­raient chan­ger la donne ?
 
 
L’axe majeur est de remettre le monde de la finance à sa place. La cupi­dité est conta­gieuse, il faut donc impo­ser des règles à la finance pour qu’elle serve l’activité humaine et non l’inverse. Le gou­ver­ne­ment a oublié cette pro­messe et c’est désor­mais la même chose dans les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales. Cela fait six mois que nous inter­pel­lons Jean-Jack Queyranne, le pré­sident du conseil régio­nal, pour qu’il mette en œuvre la déli­bé­ra­tion à ce sujet, adop­tée en juillet 2010 par les socia­listes, les éco­lo­gistes et le Front de gauche. Le pro­gramme porté par le col­lec­tif Roosevelt est à la conver­gence de l’emploi, de l’économie et de l’environnement, trois axes imbri­qués où se trouvent les solu­tions. La tran­si­tion éner­gé­tique est un vivier d’emplois. La loi Duflot sur la réno­va­tion ther­mique des bâti­ments mon­trera le che­min. Le déve­lop­pe­ment de l’agriculture bio­lo­gique éga­le­ment, qui n’attend qu’une volonté poli­tique. Alors que l’Italie en est à 20% de pro­duc­tion bio­lo­gique, nous pei­nons à atteindre les 2% en France. Le ser­vice à la per­sonne, troi­sième sec­teur créa­teur d’emplois, doit aussi être dyna­misé. Par ailleurs, l’autre mesure phare por­tée par le col­lec­tif Roosevelt est la créa­tion d’emplois par le par­tage des gains de pro­duc­ti­vité. Keynes et Einstein esti­maient que la réduc­tion du temps de tra­vail était inexo­rable. Or si le temps de tra­vail a été divisé par deux entre la fin du 19ème siècle et les années 70, les gains de pro­duc­ti­vité ne sont aujourd’­hui plus par­ta­gés. C’est ce qui a par­ti­cipé à l’explosion du chô­mage, met­tant ainsi en dan­ger des pans entiers de la société.
 
 
À l’heure du « tra­vailler plus pour gagner plus » et de l’allongement de la durée de coti­sa­tion avant le départ à la retraite, dimi­nuer son temps de tra­vail pour créer des emplois est-il un mes­sage audible par la société fran­çaise ?
 
 
Les citoyens ont conscience que leur qua­lité de vie ne tient pas seule­ment à l’ac­cu­mu­la­tion de tou­jours plus de biens. Le sous-emploi frappe 7 mil­lions de per­sonnes ; 5,4 mil­lions de chô­meurs sont ins­crits à Pôle Emploi, aux­quels s’ajoutent un mil­lion de per­sonnes qui per­çoivent le RSA sans être ins­crites à Pôle Emploi et un mil­lion de jeunes dans la même situa­tion, ins­crits dans les mis­sions locales. Le chô­mage frappe tous nos foyers, que ce soit direc­te­ment ou par nos proches. Ce n’est pas en péda­lant plus vite que cela va s’arranger. Le par­tage du temps de tra­vail rebon­dit aujourd’hui en Belgique et en Allemagne, où Angela Merkel a ins­ti­tué les 30 heures d’activité par semaine durant la crise. Nous devons conti­nuer de le faire vivre en France car le défi de notre temps est que cha­cun trouve sa place dans l’activité de la société.
 
 
© Véronique SerreLa tran­si­tion éner­gé­tique créa­trice d’emplois que vous décri­vez pourra-t-elle absor­ber ceux qui dis­pa­raî­tront dans le sec­teur du nucléaire ou des éner­gies fos­siles ?
 
 
Un euro investi dans les éner­gies renou­ve­lables crée six fois plus d’emplois que le même euro investi dans le nucléaire. Dans l’agriculture bio­lo­gique, c’est 30% de tra­vail humain sup­plé­men­taire qui est néces­saire. La ten­dance que nous défen­dons est de nous recen­trer sur nos besoins fon­da­men­taux que sont le loge­ment, la santé, les trans­ports, l’é­du­ca­tion, la sécu­rité et la culture. C’est là-des­sus que nous devons concen­trer nos efforts, ainsi que sur les éco­no­mies d’énergie et de matières pre­mières. Tout cela n’est pas seule­ment un dis­cours mili­tant. Nous le tra­dui­sons par des actes au niveau local. Un amen­de­ment éco­lo­giste déposé dans le bud­get 2013 et adopté par la majo­rité pré­voit ainsi la réno­va­tion ther­mique des lycées, la pose de pan­neaux pho­to­vol­taïques sur les toits des éta­blis­se­ments et un pro­gramme d’économies d’énergie. L’embauche des tech­ni­ciens qui ont été employés à cette occa­sion sera amor­tie en deux ans grâce aux éco­no­mies réa­li­sées. Nous avons éga­le­ment déposé et voté un amen­de­ment sur la tari­fi­ca­tion sociale des TER qui sont les trains du quo­ti­dien.
 
 
L’autorité de sûreté du nucléaire a publié cette semaine une note s’inquiétant de la sécu­rité des cen­trales fran­çaises face au risque d’incendie. Un tel inci­dent s’est d’ailleurs récem­ment pro­duit à la cen­trale du Bugey. Quelle action menez-vous dans la région la plus nucléa­ri­sée de France ?
 
 
C’est une inquié­tude pour cha­cun de nous qui vivons à proxi­mité de sites comme celui-ci. C’est un dan­ger qui n’est pas pal­pable au quo­ti­dien, comme celui de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. Mais Fukushima, Three miles island et Tchernobyl, trois acci­dents majeurs en moins de trente ans, ont démon­tré que le dan­ger était réel. Il y a eu des efforts fran­çais sur la sécu­rité du nucléaire mais cela reste une éner­gie dan­ge­reuse et l’information est mas­quée, comme au Japon où nous com­pre­nons que la situa­tion n’est pas sous contrôle. Les éco­lo­gistes siègent dans les conseils locaux d’information. C’est le cas d’Olivier Bertrand à Saint-Alban. Notre tra­vail est d’interpeller régu­liè­re­ment les res­pon­sables pour mettre à jour et faire encore pro­gres­ser la sécu­rité nucléaire. À une échelle de vingt ans, nous pou­vons mon­ter en charge concer­nant les efforts en termes de sobriété, d’efficacité éner­gé­tique et d’énergies renou­ve­lables afin de pou­voir nous pas­ser tota­le­ment du nucléaire.
 
 
© Véronique SerreLe jour­nal Libération publiait éga­le­ment cette semaine un dos­sier sur les dépu­tés nucléo­crates. Dans le sec­teur, la ministre Geneviève Fioraso et le député François Brottes sont poin­tés du doigt. Cela vous sur­prend-il ?
 
 
Rien de nou­veau sous le soleil. Le CEA court devant et Geneviève Fioraso der­rière. Cela était déjà le cas à l’époque des élec­tions légis­la­tives de Michel Destot, consi­déré comme l’un des lob­byistes du nucléaire. Le député-maire de Grenoble est d’ailleurs tout autant fan du nucléaire que des grands pro­jets. Il a été le rap­por­teur du Lyon-Turin et un fervent défen­seur des Jeux olym­piques et de la rocade nord. C’est son état d’esprit. Plutôt que de s’intéresser aux pro­blèmes du quo­ti­dien des habi­tants, il pense aux grandes infra­struc­tures et à l’innovation tech­no­lo­gique.
 
 
Les tra­vaux d’accès au chan­tier du Lyon-Turin ont été décla­rés d’utilité publique cette semaine. Le groupe éco­lo­giste avait quitté l’hémicycle du conseil régio­nal au moment du débat en juillet. Vous récla­mez davan­tage de fret, tout en vous oppo­sant au Lyon-Turin. Comment expli­quer cette posi­tion d’apparence contra­dic­toire ?
 
 
Notre posi­tion est claire. Les échanges de mar­chan­dises entre la France et l’Italie sont en baisse depuis une tren­taine d’année et la ligne de fret actuelle est uti­li­sée à seule­ment 25% de ses capa­ci­tés. L’argument de l’emploi ne doit pas prendre le des­sus sur celui de l’utilité de l’infrastructure. De l’emploi peut être créé dans des sec­teurs à haut degré de ser­vice. La ligne actuelle a la capa­cité suf­fi­sante pour absor­ber un report modal que nous sou­hai­tons aujourd’hui et non pas dans trente ans, quand le tun­nel sera percé. La situa­tion des val­lées fran­çaises, comme celle de la Maurienne, démontre que cela est néces­saire. Cela ne s’arrangera pas, par ailleurs, avec l’autorisation de cir­cu­la­tion dans ce cou­loir des 44 tonnes qui endom­magent les routes plus rapi­de­ment et néces­sitent des inves­tis­se­ments publics sup­plé­men­taires. Pour amé­lio­rer la situa­tion, trois autres mesures sont impé­ra­tives : empê­cher le tra­fic des camions vides, mettre en œuvre une taxa­tion inci­ta­tive pour encou­ra­ger le fret et favo­ri­ser un report du tra­fic entre l’Espagne et l’Italie vers le fret mari­time.
 
 
Mardi, les éco­liers gre­no­blois pren­dront le che­min de l’école avec un modi­fi­ca­tion de leur emploi du temps puisque la ville a entre­pris la réforme du rythme sco­laire. À tra­vers votre enga­ge­ment de parent d’élèves, com­ment per­ce­vez-vous cette mesure et son appli­ca­tion ?
 
 
C’est une réforme posi­tive mais mal­heu­reu­se­ment bâclée. Nous ne pou­vons abor­der la ques­tion de l’école uni­que­ment par le temps sco­laire. Il faut se sou­cier éga­le­ment du contenu et c’est un oubli. Ce qui nous est vendu comme une loi de refon­da­tion de l’école est une loi de répa­ra­tion. Le véri­table effort d’embauche de Vincent Peillon, que nous saluons, com­pense les réduc­tions d’effectifs des années pré­cé­dentes.
Concernant l’application de cette réforme, la ville de Grenoble recherche tou­jours 200 ani­ma­teurs sur les 350 néces­saires à sa mise en œuvre. Nous avons par ailleurs décou­vert avec les parents d’élèves que, lors­qu’une école se mobi­li­sait pour obte­nir davan­tage de moyens, on lui attri­buait ceux de l’école voi­sine. Cela étant, cette réforme nous a donné l’opportunité de tra­vailler avec les parents d’élèves pour pré­pa­rer le tableau de bord d’une ges­tion col­lec­tive des écoles gre­no­bloises et ainsi évi­ter, par exemple, qu’une école ne désha­bille sa voi­sine. Nous avons passé six mois à inter­ro­ger la muni­ci­pa­lité, sans réponse. Les inquié­tudes demeurent. Nous serons donc par­ti­cu­liè­re­ment atten­tifs à la mise en œuvre.
Je crois que nous avons raté une oppor­tu­nité d’effectuer un tra­vail citoyen avec les parents et j’espère que les temps extra-sco­laires qui fai­saient his­to­ri­que­ment la qua­lité de la poli­tique édu­ca­tive de Grenoble ne seront pas tou­chés. Il faut éga­le­ment entendre la mobi­li­sa­tion du col­lec­tif « Pour un col­lège de proxi­mité » qui a réussi à arra­cher des pré­fa­bri­qués à l’école Jean Macé – sacri­fiant au pas­sage de l’espace com­mun pour y mettre des classes dans l’urgence – et un enga­ge­ment sur une nou­velle école dans le quar­tier Berriat-Ampère. Cette situa­tion résulte de la poli­tique d’urbanisme actuelle de la ville qui ne tient en fait pas de l’urbanisme mais de l’immobilier. Les écoles en souffrent et étouffent. Elles sont satu­rées. Je m’en rends compte quo­ti­dien­ne­ment avec mes quatre enfants.
 
 
© Véronique SerreCertains can­di­dats de la pri­maire de la droite gre­no­bloise dénon­çaient la même situa­tion la semaine der­nière, ten­tant ainsi sans doute de faire oublier leurs dis­sen­sions internes à l’oc­ca­sion de cette élec­tion. Que révèle, selon vous, ce com­bat des chefs à droite ?
 
 
Je suis arrivé à Grenoble en 1993, au début des affaires Carignon qui ont pro­vo­qué sa condam­na­tion pour cor­rup­tion. Il est tou­jours sur la photo depuis trente ans. Son ombre pla­nante dis­qua­li­fie l’ensemble de la droite. On ne peut pas être un citoyen poli­tique engagé, un hon­nête homme ou une hon­nête femme et accep­ter de tra­vailler avec Alain Carignon. Cela empêche la droite gre­no­bloise de construire un pro­jet poli­tique cohé­rent. Par ailleurs, depuis les élec­tions de 2008, le rap­port de force entre les socia­listes et les éco­lo­gistes d’un coté et la droite de l’autre est de deux tiers contre un tiers. Sur les can­to­nales de 2011, la droite n’avait même pas un can­di­dat qua­li­fié au second tour sur trois can­tons. L’alternance à Grenoble, ce n’est pas la droite, ce sont les éco­lo­gistes. Voilà la réa­lité poli­tique actuelle.
 
 
On parle de vous comme tête de liste d’un ras­sem­ble­ment qui se struc­ture en oppo­si­tion à la poli­tique muni­ci­pale…
 
 
… Nous ne serons pas en oppo­si­tion. Nous sou­hai­tons un ras­sem­ble­ment posi­tif. Notre liberté n’est pas d’associer des oppo­si­tions mais de pro­po­ser un pro­jet, une méthode et des hommes et femmes de carac­tère qui ont une vision pour la ville, des hommes et des femmes d’action qui ont construit des choses. Il faut que la ville de demain soit pro­tec­trice mais éga­le­ment qu’elle libère les éner­gies et les ini­tia­tives de ses habi­tants.
 
 
Quel en est le calen­drier ?
 
 
Le prin­temps était un temps de ren­contre très riche avec les col­lec­tifs et les asso­cia­tions gre­no­bloises et la société civile non orga­ni­sée. L’automne sera un temps de res­pi­ra­tion pen­dant lequel nous devrons lais­ser aux citoyens le temps de reprendre leur rythme et de s’intéresser dou­ce­ment aux débats muni­ci­paux. Cela nous per­met­tra de fina­li­ser la liste et le ras­sem­ble­ment. Nous serons prêts à lan­cer une cam­pagne de ter­rain très active et de repré­sen­ta­tion citoyenne cet hiver.
 
 
© Véronique SerreReprenons : serez-vous tête de liste de ce ras­sem­ble­ment ?
 
 
Il est trop tôt pour le dire. Il y aura un choix à faire entre des per­sonnes de carac­tère. Ce ne sera pas un choix poli­tique puisque le pro­jet n’est pas construit uni­que­ment par des orga­ni­sa­tions poli­tiques. Pour ma part, je réflé­chis, je me pré­pare, je me sens capable et cela m’intéresse. J’ai un amour pour cette ville, ses dif­fé­rents quar­tiers, son envi­ron­ne­ment et son his­toire.
 
 
Le parti de gauche tenait à Saint-Martin‑d’Hères sa ren­trée poli­tique la semaine der­nière. Jean-Luc Mélenchon a laissé pla­ner le doute d’alliances pos­sibles avec les éco­lo­gistes pour les muni­ci­pales. Est-ce que ce sera le cas à Grenoble ?
 
 
J’étais aux esti­vales du Front de gauche samedi der­nier. Nous devons dis­cu­ter de pro­po­si­tions, de méthode et de style poli­tique. Nous avons une volonté de renou­vel­le­ment de la classe poli­tique. C’est le désa­mour pro­fond envers la classe poli­tique qui m’a poussé à m’y enga­ger tota­le­ment en 2009. Nous devons aspi­rer des per­sonnes qui n’avaient pas le pro­jet de faire de la poli­tique mais qui pour­raient y trou­ver leur place. Si nous dis­cu­tons ouver­te­ment avec le parti de gauche, nous ne ferons pas pour autant de consor­tium de for­ma­tions poli­tiques. Nous sommes réso­lu­ment ouverts sur la société civile.
 
 
À quoi res­sem­ble­rait une muni­ci­pa­lité éco­lo­giste ?
 
 
Grenoble a déjà l’écologie dans ses gènes de par son his­toire poli­tique. Les réa­li­sa­tions pas­sées des éco­lo­gistes per­mettent de se faire une bonne idée de ce qu’est une muni­ci­pa­lité au ser­vice du bien com­mun : le sou­tien au déve­lop­pe­ment du tram, la muni­ci­pa­li­sa­tion de l’eau, une atten­tion forte à la créa­tion d’emplois durables, non délo­ca­li­sables et avec des entre­prises ancrées sur le ter­ri­toire local, un urba­nisme qui per­met d’avoir un loge­ment acces­sible à tous, comme les struc­tures col­lec­tives – le contre-exemple est celui de l’hôtel 4 étoiles qui sort de terre près de la caserne de Bonne – un urba­nisme qui amène la nature en ville et pas seule­ment autour… La ville est miné­rale ; on le res­sent pen­dant les fortes cha­leurs et les forts froids. Cela passe par davan­tage d’espaces verts et de murs végé­taux. Il faut répondre aux besoins des habi­tants au quo­ti­dien pour qu’ils puissent libé­rer leur éner­gie dans les sec­teurs du social, de la culture ou alter­na­tifs.
Les com­bats que portent les éco­lo­gistes sont éga­le­ment ceux des ser­vices publics à prix abor­dable – Compagnie de chauf­fage et Gaz Electricité de Grenoble – et de la lutte contre la cor­rup­tion. Les grands pro­jets doivent être mis au ser­vice des habi­tants et de leurs attentes, et non de celui qui les a mon­tés. Il reste suf­fi­sam­ment de force vive à Grenoble pour se mobi­li­ser contre la rocade sud, l’A51, et pour la recons­truc­tion du lycée Mounier que nous avons for­te­ment sou­te­nue. Il y a ce ter­reau his­to­rique à Grenoble pour faire chan­ger les choses et consti­tuer une muni­ci­pa­lité qui soit réel­le­ment de gauche et éco­lo­giste.
 
 
A votre sens, plus rien n’est pos­sible avec les socia­listes gre­no­blois ?
 
 
Rien n’est défi­ni­tif. Les socia­listes savent aussi tra­vailler sous un exé­cu­tif éco­lo­giste, comme à Montreuil. Nous pour­rons tra­vailler avec eux si la méthode, le pro­jet et le style poli­tique nous cor­res­pondent. Ils ont construit en 2008 une liste qui res­sem­blait à leur pro­jet. Celui des Jeux olym­piques et de la rocade nord, du grand stade et des centres com­mer­ciaux. Leur liste de bric et de broc allant des com­mu­nistes aux anciens cari­gno­nistes était le fait d’une volonté poli­tique. Par contre, nous ne vou­lons pas que des appa­rat­chiks qui soient suc­ces­si­ve­ment sala­riés poli­tiques, puis élus et inver­se­ment. Il faut du sang neuf.
 
 
© Véronique Serre« La méthode » revient sou­vent dans vos exi­gences. Qu’est-ce qui ne vous convient pas actuel­le­ment ?
 
 
J’imagine que les socia­listes, les mili­tants et les élec­teurs aspirent eux-mêmes à autre chose. Ils ne peuvent plus se satis­faire des dépenses en mar­ke­ting et de cet essouf­fle­ment après trois man­dats. L’usure du pou­voir est réelle. Il y a une vraie aspi­ra­tion géné­rale au chan­ge­ment et nous repré­sen­tons une alter­na­tive d’action construc­tive, avec l’autorité néces­saire et les équipes suf­fi­santes pour conduire Grenoble. Nous cor­res­pon­dons à l’état d’esprit des Grenoblois, à la fois fron­deurs, actifs dans la cité et dans leur vie per­son­nelle.
 
 
 
Propos recueillis par Victor Guilbert
 
 
L’entretien a été réa­lisé le jeudi 29 août dans le jar­din des plantes de Grenoble. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture.
 

Extrait d’ou­vrage choisi par Eric Piolle

« Le che­min de l’espérance » de Stéphane Hessel et d’Edgar Morin :

DSCF6042

« Le bien-vivre peut paraître syno­nyme de bien-être. La notion de bien-être s’est réduite, dans notre civi­li­sa­tion, à son sens maté­riel impli­quant confort, pos­ses­sion d’objets et de biens, ne com­por­tant nul­le­ment ce qui fait le propre du bien-vivre, à ser­vir l’épanouissement per­son­nel, les rela­tions d’amour, d’amitié, le sens de la com­mu­nauté. Le bien-vivre, aujourd’hui, doit certes inclure du bien-vivre maté­riel, mais il doit s’opposer à une concep­tion quan­ti­ta­tive qui croit pour­suivre et atteindre le bien-être dans le « tou­jours plus ». Il signi­fie qua­lité de la vie, non quan­tité de biens. Il englobe avant tout le bien-être affec­tif psy­chique et moral. »
La convic­tion qu’il en tire
En fai­sant le bon diag­nos­tic et en réunis­sant des hommes et des femmes hon­nêtes, on peut por­ter un mes­sage de force pour rele­ver les défis immenses de notre temps.
 
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net.  
 
 
Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
8925 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : Municipales 2014 à Grenoble, laboratoire d’une "autre gauche" - | Rue89Lyon

  2. Bonjour Caroline,
    Merci pour votre mes­sage à Eric Piolle.
    Pour que nous puis­sions échan­ger merci d’en­voyer un mes­sage avec vos coor­don­nées à l’a­dresse gre­noble [at] eelv.fr *
    Bien cor­dia­le­ment,
    Max R.

    * N.B. de Place Gre’net : il suf­fit bien évi­dem­ment de rem­pla­cer le « [at] » par @ (pré­cau­tion contre les spams).

    sep article
  3. Bonjour Eric,
    Je sais que tu t’in­té­resses beau­coup à RESF. Est-ce que les Ecolos peuvent faire quelque chose pour dénon­cer les expul­sions des héber­ge­ments d’ur­gence des familles sans paps ? Des dizaines d’en­fants vont aller à l’é­cole à par­tir de mardi, alors qu’ils dorment dans la rue. La Préfecture résout le pro­blème en déli­vrant beau­coup d’o­bli­ga­tions de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais (OQTF) accom­pa­gnant des refus de séjour. Le Conseil Général se détourne des héber­ge­ments en disant que c’est du domaine de l’Etat (ce qu’il ne disait pas quand il était dans l’op­po­si­tion …)
    Que faire concrè­te­ment ?

    L’Ecologie poli­tique, telle que la conçoit EELV avec une grande ouver­ture vers la société civile, peut être effec­ti­ve­ment une alter­na­tive au PS gre­no­blois et ses affi­dés qui n’ont plus vrai­ment la fibre sociale du bien être de tous et ne pense que « grands tra­vaux » (cf l’Esplanade)

    Bonne conti­nua­tion et nous sommes nom­breux à attendre un vrai pro­jet alter­na­tif.

    sep article