Le blog scientifique de Patrick Seyer

sep article



Bosons de Higgs, exo­pla­nètes, espace de Teichmüller… La Science acces­sible à tous !

 

Qui suis-je ? 

 

Issu d’une famille ouvrière modeste, j’ai pas­sion­né­ment aimé l’école et ce depuis le pri­maire. Cette pas­sion pour « le savoir », aussi inha­bi­tuelle que pré­coce et dont je n’ai tou­jours pas vrai­ment com­pris la source, m’a conduit à pour­suivre de longues études supé­rieures en bio­lo­gie et à inté­grer une équipe de recherche du CNRS à Marseille, puis à Grenoble. Après une année post-doc­to­rale en Allemagne, j’ai pour­suivi un tra­vail de recherche fon­da­men­tale sur la géné­tique des plantes dans une équipe de recherche de l’université Joseph Fourrier. C’est éga­le­ment à cette époque que je me suis ins­crit à des cours de théâtre sur Grenoble. Après quelques années de pra­tique en ama­teur, ce « hobby » a fait émer­ger une seconde pas­sion, plus tar­dive mais non moins dévo­rante, pour cet art fort éloi­gné de mes pré­oc­cu­pa­tions pro­fes­sion­nelles au CNRS.
 
Patrick Seyer, devant la bibliothèque universitaire de Grenoble. © Nils Louna

Patrick Seyer, devant la biblio­thèque uni­ver­si­taire de Grenoble. © Nils Louna

En 1989, je pre­nais trois années de congés sab­ba­tiques pour appro­fon­dir ma for­ma­tion de comé­dien, après quoi je fran­chis­sais le pas en démis­sion­nant du CNRS et en inté­grant le monde nou­veau, com­plexe et pas­sion­nant des artistes. Fervent défen­seur de ce qu’il est convenu d’appeler l’éducation popu­laire, paral­lè­le­ment à mes acti­vi­tés stricto sensu de comé­dien et de met­teur en scène, j’ai mené une intense acti­vité péda­go­gique en direc­tion d’amateurs, aussi bien enfants qu’adultes. De ces trois vies – de cher­cheur, comé­dien et péda­gogue – j’ai gardé une même pas­sion pour la science, l’art, le par­tage et la trans­mis­sion de savoirs.
 
Désormais « jeune » retraité, je conti­nue à mettre en scène des spec­tacles et à m’informer des avan­cées de la science. En 2013, enthou­siasmé par le pro­jet « Place Gre’net », j’ai pro­posé de tenir un blog consa­cré aux sciences dites exactes et à la recherche fon­da­men­tale dans le bas­sin gre­no­blois.
 
Pourquoi ce blog ?
 
Notre région est riche d’une mul­ti­tude de struc­tures impli­quées dans la recherche scien­ti­fique, cer­taines d’un excellent niveau inter­na­tio­nal. Un grand nombre de décou­vertes scien­ti­fiques ont été et conti­nuent d’être faites au sein d’institutions de recherche gre­no­bloises. Cependant, elles res­tent très, trop sou­vent invi­sibles et donc igno­rées du grand public. Il est extrê­me­ment regret­table que ces décou­vertes et, d’une façon plus géné­rale, l’état des connais­sances, ne soient pas plus lar­ge­ment dif­fu­sés auprès de nos conci­toyens.
 
Avec la ful­gu­rante avan­cée des sciences, un fossé de plus en plus pro­fond semble se creu­ser entre les cher­cheurs et les autres citoyens, même si ces der­niers sont sou­vent des « consom­ma­teurs » des décou­vertes des pre­miers. En d’autres termes, le manque d’information est criant dans ce domaine par­ti­cu­lier. La prio­rité de ce blog sera donc de dif­fu­ser les résul­tats scien­ti­fiques et les décou­vertes impor­tantes réa­li­sées dans la région gre­no­bloise.
Patrick Seyer.
 
J’ai tota­le­ment conscience du fait que le domaine scien­ti­fique est com­plexe, spé­ci­fique, très par­ti­cu­lier, et qu’il fait appel à des concepts, à des ter­mi­no­lo­gies et des modes de pen­sées sen­si­ble­ment éloi­gnés de ceux de « la vie de tous les jours ». Est-ce dire qu’ils sont défi­ni­ti­ve­ment inabor­dables et donc réser­vés à l’usage d’une mino­rité « éclai­rée » ? Je pense que non.
 
C’est une bana­lité de dire que notre vie quo­ti­dienne est de plus en plus reliée à l’avancée scien­ti­fique et tech­nique. Ce phé­no­mène ne fera que s’accroître dans le futur et extrê­me­ment rapi­de­ment. Tout le monde entend par­ler, voire dis­cute, des « nano-tech­no­lo­gies », des « OGM », des « prions », des « neu­tri­nos » et du « Boson de Higgs », mais com­bien parmi ceux qui entendent ou emploient ces termes savent ce qu’ils recouvrent vrai­ment ?
 
Ce blog se veut aussi, et c’est son second objec­tif, une contri­bu­tion par l’information à une « vul­ga­ri­sa­tion » scien­ti­fique. Une vul­ga­ri­sa­tion évi­dem­ment sérieuse, c’est-à-dire qui rende les choses com­pré­hen­sibles pour tous, sans les déna­tu­rer. Je suis convaincu qu’une approche adé­quate et bien pen­sée de ces pro­blé­ma­tiques par­fois ardues per­met­tra de les rendre tout à fait abor­dables, pas­sion­nantes, voire amu­santes.
 
Le champ scien­ti­fique étant très étendu, j’ai arbi­trai­re­ment choisi dans ce blog de pri­vi­lé­gier lar­ge­ment les décou­vertes reliées à la recherche fon­da­men­tale dans les sciences exactes. Il n’y a là aucun mépris ou sous-esti­ma­tion de l’intérêt pour la recherche appli­quée, la tech­no­lo­gie ou les sciences sociales, mais devant l’ampleur des domaines à trai­ter, il m’a paru rai­son­nable de limi­ter mon « domaine d’intervention ».
 
Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
5531 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Salut et bravo Patrick !

    sep article