“Le centrisme, c’est la décision”

sep article



 
ENTRETIEN – Dans un contexte de forte recom­po­si­tion du centre gre­no­blois entre un Modem éclaté, une UDI conqué­rante et la for­ma­tion nais­sante du Rassemblement citoyen, Stéphane Gemmani, élu muni­ci­pal en charge de l’accessibilité et de la pré­co­ni­sa­tion sociale, pré­sente cette coopé­ra­tive poli­tique dont il est désor­mais le vice-pré­sident. Il nous livre éga­le­ment les idées qu’il sou­haite défendre dans ses nou­velles fonc­tions à Cap21 et dans la pro­chaine majo­rité muni­ci­pale.
 
 
 
Stéphane Gemmani
© Véronique Serre
Président fon­da­teur du Samu social gre­no­blois en 1990 et chef d’entreprise, Stéphane Gemmani s’est d’a­bord engagé dans la société civile. « Politique plu­tôt que poli­ti­cien », il intègre la frange ségui­niste du RPR « pour l’émotion que le gaul­lisme sus­ci­tait » dans les yeux de son grand-père, émi­gré ita­lien en Isère et résis­tant. Il quitte un parti « en pleine droi­ti­sa­tion », lors d’un retour revan­chard en poli­tique d’Alain Carignon « qui n’avait tiré aucune leçon de sa condam­na­tion ».
 
Co-fon­da­teur du Mouvement démo­crate (Modem) en Isère, il devient en 2008 conseiller muni­ci­pal de Grenoble, en charge du han­di­cap et de l’accessibilité. Son tra­vail est récom­pensé par plu­sieurs prix euro­péens et celui de l’Association des para­ly­sés de France, qui a classé en avril der­nier Grenoble comme la ville la plus acces­sible de France. Il est exclu du Modem en 2012, « devenu le parti d’un seul homme », pour avoir sou­tenu François Hollande au pre­mier tour de l’élection pré­si­den­tielle. Il vient, par ailleurs, tout juste d’être élu vice-pré­sident et porte parole du Rassemblement citoyen.
 
 
 
Alors que le dis­po­si­tif d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence a récem­ment été remis en ques­tion en Isère, quel est votre diag­nos­tic pour l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Les situa­tions que nos équipes de béné­voles vivent actuel­le­ment sont sans pré­cé­dent. Je suis plus que jamais pes­si­miste sur nos capa­ci­tés à main­te­nir le niveau d’aide que nous essayons de main­te­nir depuis plus de 23 ans. Une incons­cience, asso­ciée à une inac­tion et au déni de res­pon­sa­bi­lité par­ta­gée des déci­deurs poli­tiques, a fait la peau petit à petit à l’en­ga­ge­ment des béné­voles dans ce sou­tien au quo­ti­dien de ces publics les plus pré­caires. Je pré­co­nise, depuis plus de 20 ans, de l’hé­ber­ge­ment dif­fus et réparti sur les com­munes, afin de répondre à toutes les formes de sans-abrisme. C’était déjà vrai à l’é­poque, alors que n’a­vions pas encore des flux aussi impor­tants de deman­deurs d’a­siles. Nous ne pour­rons conti­nuer nos mis­sions si ce réveil ne se fait pas. Les béné­voles, faute d’ou­tils et de consi­dé­ra­tion de leurs exper­tises, déser­te­ront à jamais nos struc­tures qui ne fonc­tionnent que par cet enga­ge­ment citoyen.
 
 
Vous pro­po­sez donc de par­ta­ger l’hé­ber­ge­ment entre com­munes, plu­tôt que de concen­trer les places dans les grandes villes. Comment s’or­ga­ni­se­rait ce dis­po­si­tif ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Maintenant, plus que jamais, un bon sens citoyen et civique doit se déve­lop­per dans les com­munes, et cela même dans les plus petites. L’amorce qui est ten­tée depuis peu par la Métro est tar­dive. Si elle n’est pas sui­vie mas­si­ve­ment et rapi­de­ment, nous allons vers un enchaî­ne­ment de drames huma­ni­taires. Il faut que cet héber­ge­ment soit har­mo­nieux, c’est à dire de deux places pour les plus petites com­munes à dix places pour les plus grandes, afin de favo­ri­ser les qua­li­tés d’ac­cueil, d’op­ti­mi­ser les enca­dre­ments et, grâce à cette répar­ti­tion dif­fuse, de déve­lop­per la quan­tité d’ac­cueils d’ur­gence sans créer de lieux ingé­rables. Outre la réponse à l’hé­ber­ge­ment, la créa­tion de ces struc­tures est indis­pen­sable pour l’a­pai­se­ment des consciences. Ces flux migra­toires de forme fami­liale, com­po­sés à moi­tié d’en­fants, concentrent l’at­ten­tion et les aides de nos struc­tures, en négli­geant par­fois nos publics tra­di­tion­nels qui ne manquent alors pas de l’ex­pri­mer très ver­te­ment…
 
 
Passons aux ques­tions poli­tiques. Vous avez été nommé, début juin, au bureau poli­tique de Cap21. Avez-vous enfin trouvé le parti qui vous convient ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Mon entrée à Cap21 s’inscrit dans la suite logique d’une ren­contre construc­tive dès 1997 avec Corinne Lepage. Elle a quitté le Modem, déçue par l’hégémonie de François Bayrou dans ce parti n’ayant qu’une ambi­tion pré­si­den­tielle. Philippe de Longevialle, qui est un ani­mal poli­tique froid, me reproche de ne plus être cen­triste, mais le Modem n’a pas le mono­pole du centre à Grenoble, ni ailleurs. Je ne sou­haite pas repro­duire à Cap21 les erreurs du Modem consis­tant en un « entre deux », sans posi­tion­ne­ment et sans consigne de vote. C’est un poids poli­tique de sou­tien exi­geant qui doit être uti­lisé. Le cen­trisme, c’est la déci­sion. En com­plé­ment, je par­ti­cipe avec Corinne Lepage au pro­jet du Rassemblement citoyen, une coopé­ra­tive poli­tique qui ras­semble plu­sieurs par­tis, tout en conser­vant leurs iden­ti­tés et leurs enga­ge­ments propres. Les déci­sions se font aux deux tiers des votes pour faire évo­luer la pra­tique démo­cra­tique.
 
 
En quoi Cap21 se démarque-t-il des autres par­tis cen­tristes exis­tants ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Cap21 et le Rassemblement citoyen incitent la société civile à s’engager sur les ques­tions envi­ron­ne­men­tales, dans les domaines de l’éducation et de l’entrepreneuriat et sur les enjeux de soli­da­rité. Nous sou­hai­tons per­mettre à des per­son­na­li­tés dis­po­sant d’une exper­tise acquise dans un enga­ge­ment citoyen, de la mettre à pro­fit à tra­vers un enga­ge­ment poli­tique, plu­tôt que d’être récu­pé­rées par les par­tis clas­siques comme simples consul­tants ou cau­tion morale.
 
 
Que sou­hai­tez-vous por­ter ou impul­ser à tra­vers vos nou­velles fonc­tions natio­nales à Cap21 ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Mes posi­tions res­tent les mêmes, mais j’apporte le regard d’un élu local. Le refus du cumul des man­dats simul­ta­nés et leur limi­ta­tion dans le temps, ainsi que l’évolution de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive à l’échelle muni­ci­pale, sont des pro­jets qui me tiennent à cœur. Ce n’est pour­tant pas ins­crit dans notre tra­di­tion poli­tique, contrai­re­ment à la Suisse par exemple. En France, ni les ins­tances poli­tiques, ni les grands par­tis, ni les citoyens eux-mêmes ne sont prêts à déve­lop­per la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive, mais nous devons insuf­fler cette évo­lu­tion. Cela passe par des mesures simples et effi­caces. Par exemple, nous pour­rions inté­grer dans l’équipe muni­ci­pale des membres de l’opposition ayant une démarche construc­tive. Cela ren­for­ce­rait la légi­ti­mité de l’exécutif. Nous pour­rions éga­le­ment modi­fier le règle­ment inté­rieur du conseil muni­ci­pal pour don­ner une place aux avis des repré­sen­tants des conseils consul­ta­tifs de sec­teur ou des par­le­men­taires.
 
 
Ces mesures prennent un écho par­ti­cu­lier au regard de la situa­tion gre­no­bloise. Remettent-elles en ques­tion votre par­ti­ci­pa­tion à la majo­rité muni­ci­pale, cri­ti­quée par rap­port à l’absence de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et menée par Michel Destot qui cumule les man­dats ?
 
Stéphane Gemmani

© Véronique Serre

Michel Destot et Jérôme Safar connaissent mes posi­tions qui pèse­ront, je l’espère, sur le choix et les enga­ge­ments du can­di­dat de la majo­rité sor­tante pour l’élection muni­ci­pale de l’année pro­chaine. Nous n’avons pas atteint, dans le groupe des sociaux démo­crates, un point de rup­ture qui com­pro­met­trait notre appar­te­nance à la majo­rité. Cependant, nous ne repar­ti­rons pas en 2014 dans les mêmes condi­tions de cumul des man­dats et de fonc­tion­ne­ment res­serré de l’exécutif. Par ailleurs, d’autres for­ma­tions comme Europe-Ecologie les Verts (EELV) ou le Réseau citoyen ont éga­le­ment sou­haité nous ren­con­trer, Morad Bachir-Chérif et moi-même, en pers­pec­tive de cette échéance.
 
 
Est-ce là les pré­mices d’une alliance avec les oppo­sants éco­lo­gistes, le Réseau citoyen et le Front de gauche comme le sou­hai­te­rait EELV ?
 
J’ai conscience des désac­cords his­to­riques qui ont pro­vo­qué la rup­ture entre les éco­lo­gistes et les socia­listes à Grenoble, mais je crois encore en un large ras­sem­ble­ment pos­sible, incluant la majo­rité sor­tante. Jérôme Safar a la volonté de faire évo­luer la situa­tion en pon­dé­rant l’hégémonie socia­liste dans les unions. Chacun doit cal­mer le jeu des désac­cords pas­sés pour évi­ter l’éparpillement des voix et offrir un pro­jet à Grenoble. Sinon, les citoyens conti­nue­ront de per­ce­voir la classe poli­tique comme car­rié­riste et dés­in­té­res­sée du pro­grès com­mun.
 
Propos recueillis par Victor Guilbert
 
 
L’entretien a été réa­lisé à Grenoble le ven­dredi 14 juin sur le par­vis de l’Hôtel de ville, puis com­plété le 29 juin, en fonc­tion des der­nières actua­li­tés. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture.
 
 - Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net. 
 
Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
7677 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Bel article qui res­ti­tue bien la per­son­na­lité de Stéphane. Il reste fon­da­men­ta­le­ment citoyen en même temps qu’en­gagé dans la vie poli­tique locale. Et ce qu’il dit de l’é­tat des popu­la­tions condam­nées à la rue et des solu­tions aux­quelles il croit est par­tagé de longue date par ceux qui ont le pri­vi­lège d’être à ses côtés dans ce type de béné­vo­lat. La connais­sance des pro­blé­ma­tiques, la constance dans l’ac­tion, et l’ex­trême res­pect de l’in­di­vidu carac­té­risent les fon­de­ments de son action.

    sep article
  2. J’applaudis des deux mains aux actions de M. Gemmani dans le domaine social, à la Mairie ou en dehors, comme l’or­ga­ni­sa­tion des maraudes pour appor­ter un peu de récon­fort à tous les gens qui dorment dans la rue par manque de places dans les struc­tures d’hé­ber­ge­ment.
    J’espère qu’il usera et même abu­sera des pou­voirs qu’il peut avoir pour empê­cher les fer­me­tures des foyers, met­tant à la porte des cen­taines de per­sonnes, même avec enfants.
    Il parait qu’un peu d’argent serait arrivé à la pré­fec­ture, mais on parle avec insis­tance de la fer­me­ture du foyer Jules Vallès… alors, M. Gemmani il est super urgent de faire agir la Metro ou le CCAS.

    En fait, je vou­lais par­ler de l’ac­ces­si­bi­lité de la ville de Grenoble, puisque j’ai tra­vaillé quelque temps dans ce domaine, que M. Gemmani déve­loppe. Mais … Que la ville de Grenoble ait chipé cette année à Nantes la 1ère place des villes les plus acces­sibles, j’en suis fort aise … mais à Grenoble, ça fait pas loin de 30 ans que la ville et le SMTC se sont mis à l’ac­ces­si­bi­lité. Le 1er tram entiè­re­ment acces­sible est gre­no­blois … eh oui … de même que les bateaux pour per­mettre aux per­sonnes en fau­teuil de des­cendre faci­le­ment des trot­toirs ou y mon­ter pour tra­ver­ser, les bandes à picots pour aver­tir les per­sonnes non voyantes qu’elles arrivent au bord d’un trot­toir etc etc etc plein d’in­no­va­tions déve­lop­pées, entre autres, par un élu écolo lui-même en fau­teuil, par un ser­vice au top qui inté­grait des per­sonnes han­di­ca­pées (David Smétanine y a aussi tra­vaillé) …
    Un article inté­res­sant sur l’his­to­rique de l’ac­ces­si­bi­lité des trans­ports en com­mun :

    http://www.standard216.com/lhistoire-des-transports-de-lagglomeration-grenobloise/la-saga-de-laccessibilite-a-grenoble/

    sep article
  3. Ping : "Le centrisme, c'est la décision&qu...

  4. ben et la photo vue de des­sus…?

    sep article