Les écoliers changent de rythme à Grenoble

sep article
Dès la ren­trée, les écoles publiques gre­no­bloises adop­te­ront la semaine de quatre jours et demi, avec classe le mer­credi matin. Grenoble fait ainsi par­tie des villes pré­cur­seurs dans la mise en place de la réforme des rythmes sco­laires. Une déci­sion qui inquiète cer­tains parents d’é­lèves redou­tant que leurs enfants soient les « cobayes » de ce nou­veau dis­po­si­tif.
 
 
 

EcoleGrenobleCreditMurielBeaudoing

Des jour­nées d’ap­pren­tis­sage plus courtes, une mati­née sco­laire sup­plé­men­taire le mer­credi, le temps péri­sco­laire réor­ga­nisé… 2013 est l’an­née du chan­ge­ment pour les éco­liers gre­no­blois. La Ville de Grenoble a, en effet, choisi d’ap­pli­quer la réforme des rythmes sco­laires dès le mois de sep­tembre. Née de la volonté du ministre de l’Education natio­nale Vincent Peillon de refon­der l’é­cole, cette mesure marque le pre­mier chan­ge­ment dans le domaine de l’é­du­ca­tion, l’une des prio­ri­tés du man­dat pré­si­den­tiel de François Hollande.
 
Paul Bron, adjoint à l'éducation à la mairie de Grenoble. Photo Go Citoyenneté

Paul Bron, adjoint à l’é­du­ca­tion à la mai­rie de Grenoble. © Go Citoyenneté

Toucher à l’un des piliers de la République n’est pas chose aisée. Pourtant, la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise juge indis­pen­sable ce renou­veau de l’ins­ti­tu­tion sco­laire. « Notre école n’est plus assez per­for­mante », affirme ainsi Paul Bron, adjoint à l’é­du­ca­tion à la mai­rie de Grenoble. À ses yeux, deux aspects sont par­ti­cu­liè­re­ment pré­oc­cu­pants. « D’une part, l’é­cole creuse les écarts entre bons et mau­vais élèves et, d’autre part, la réus­site sco­laire est cor­ré­lée à la réus­site sociale des familles. Mais ce n’est pas une fata­lité ! », s’ex­clame-t-il.
 
Premier pas de la refon­da­tion de l’é­cole, la réforme des rythmes sco­laires a d’a­bord effrayé les parents d’é­lèves, mobi­li­sés pour repous­ser sa mise en place. Courant février, des parents de l’é­cole pri­maire Jean-Jaurès ont ainsi mani­festé contre la déci­sion de la mai­rie. Une péti­tion pour le report de la mesure a même alors recueilli plus de 300 signa­tures. Pour l’ad­joint à l’é­du­ca­tion, cette réac­tion défen­sive n’é­tait pas sur­pre­nante. « Ce pro­ces­sus touche les enfants, les ensei­gnants et les parents. Tout le monde s’est bra­qué parce que la réforme concerne tout le monde », jus­ti­fie-t-il.
  
En février dernier, les parents d'élèves de l'école Jean-Jaurès ont manifesté pour le report de la réforme des rythmes scolaires à 2014 ou 2015.

En février der­nier, les parents d’é­lèves de l’é­cole Jean-Jaurès ont mani­festé pour le report de la réforme des rythmes sco­laires à 2014 ou 2015.

  
Malgré les résis­tances et les confron­ta­tions, la muni­ci­pa­lité n’a pas changé d’a­vis. Grenoble fera ainsi par­tie du quart des écoles concer­nées, dès la ren­trée, par ce nou­veau rythme sco­laire. « Pourquoi repous­ser alors que nous avions envi­sagé de le faire dès 2009 ? », inter­roge Paul Bron. L’implication rapide de la Ville dans la réforme n’est, en effet, pas une sur­prise. En 2009, l’ad­joint à l’é­du­ca­tion avait publié une tri­bune dans le Monde contes­tant le retour à la semaine de quatre jours. 
 
 
Une négo­cia­tion jugée tar­dive
 
 
« Nous sommes les pre­miers à avoir réagi : nous avons engagé une concer­ta­tion avec les 10 000 familles gre­no­bloises pour leur pro­po­ser de reve­nir à une semaine de quatre jours et demi », explique Paul Bron.
Depuis le mois de jan­vier, un calen­drier pré­cis s’est ainsi mis en place pour échan­ger avec les parents d’é­lèves, comme l’ex­plique l’ad­joint, au micro de Place Gre’net.
 
 

 
 
Pour les asso­cia­tions et les élus en charge de l’é­du­ca­tion, juin rime désor­mais avec « mara­thon des écoles ». De l’é­cole Jean-Jaurès au groupe sco­laire Anthoard-Berriat-Diderot, les réunions entre les asso­cia­tions, la Ville, les ensei­gnants et les parents d’é­lèves se mul­ti­plient. Pourtant, du côté de ces der­niers, la négo­cia­tion avec la mai­rie est jugée tar­dive. « Tout arrive à la der­nière minute. Il n’y a pas eu suf­fi­sam­ment d’é­changes », regrette ainsi Olivier Bourrion, parent délé­gué des écoles Anthoard et Diderot. « Il ne faut pas confondre réunion d’in­for­ma­tion et réunion de concer­ta­tion ».
 
Ainsi, l’in­com­pré­hen­sion et le flou sont encore au ren­dez-vous. « Si même les parents délé­gués ont du mal à com­prendre la réforme, qu’en est-il des parents lambda ? », se demande-t-ilPour eux, ce chan­ge­ment est d’au­tant plus angois­sant qu’il aura des consé­quences sur leur orga­ni­sa­tion dès la ren­trée, du fait de la modi­fi­ca­tion des horaires des enfants.
  
Réforme des rythmes de l'enfant à Grenoble.

La muni­ci­pa­lité essaie de convaincre les parents de l’in­té­rêt de la réforme.
© Muriel Beaudoing

Paul Bron se veut pour­tant ras­su­rant. Et celui-ci d’ex­pli­quer que la réforme des rythmes sco­laires entend s’ap­puyer sur les dif­fé­rents acteurs de l’é­du­ca­tion. « Pour la pre­mière fois, un minis­tère de l’Education natio­nale l’af­firme : l’é­cole ne peut pas tout seule, elle a besoin de ses par­te­naires », pré­cise-t-il. Les asso­cia­tions de la ville auront ainsi un grand rôle à jouer dans l’ap­pli­ca­tion de cette nou­velle mesure. Trois types d’ac­ti­vi­tés seront pro­po­sées aux éco­liers dans le temps péri­sco­laire : de l’ac­com­pa­gne­ment sco­laire pour les aider dans leurs devoirs, du temps récréac­tif pour lire ou faire des jeux de stra­té­gie au calme, et des pro­jets édu­ca­tifs locaux (PEL), à base d’a­te­liers.
 
 
La réforme sera modu­lable
 
 
« Nous avons pu faire appel à toutes les éner­gies locales, même cer­taines que nous ne soup­çon­nions pas », se réjouit Paul Bron. « Nous sommes en capa­cité de pro­po­ser pour chaque école des acti­vi­tés dif­fé­rentes, puisque chaque école est un cas par­ti­cu­lier », pour­suit-il. La réforme sera donc modu­lable, au cas par cas. De quoi tran­quilli­ser un peu les familles.
 
Pourtant, des appré­hen­sions per­sistent. « Nous sommes plu­tôt ras­su­rés pour les classes élé­men­taires, mais encore inquiets pour les petites et moyennes sec­tions », indique Joanne Antoine, parent d’é­lève. En effet, les plus petits ne sont pas concer­nés par ces acti­vi­tés PEL. « Que vont-ils leur faire faire ? » s’in­ter­roge-t-elle. « Nous ne sommes pas en mesure de pou­voir pro­po­ser des acti­vi­tés à des enfants de tous les âges », recon­naît Paul Bron. Et celui-ci de sou­li­gner l” « énorme effort » que repré­sente la géné­ra­li­sa­tion du poste d’agent spé­cia­lisé des écoles mater­nelles (Atsem) dans chaque classe. À Grenoble, 36 Atsem devraient ainsi être embau­chés sur trois ans.
 

 

Façade d'école à Grenoble. © Muriel Beaudoing

Façade de l’é­cole Jean-Jaurès, à Grenoble.
© Muriel Beaudoing

À la ren­trée 2013, les 12 000 éco­liers gre­no­blois ver­ront leur emploi du temps modi­fié et les parents n’au­ront pas d’autre choix que de se plier à ces nou­veaux rythmes sco­laires. À l’heure où le pro­ces­sus de mise en œuvre est enclen­ché, ceux-ci res­tent tou­te­fois vigi­lants. « Nous n’al­lons pas nous endor­mir sur nos lau­riers », affirme Joanne Antoine, sou­cieuse du bon dérou­le­ment de la réforme. D’autres pensent déjà au plus long terme. « Il fau­drait mettre en place un comité de suivi col­la­bo­ra­tif dans chaque école » sug­gère Olivier Bourrion.
 
Les parents d’é­lève devraient tou­te­fois en savoir plus dès ce lundi, le maire Michel Destot et son adjoint à l’é­du­ca­tion, Paul Bron, devant ce jour-là pré­sen­ter à la presse la nou­velle orga­ni­sa­tion du temps péri­sco­laire à Grenoble.
 
Emeline Wuilbercq 
 
 
 
Pour mieux décryp­ter cette nou­velle mesure, décou­vrez notre info­gra­phie :
 
téléchargement
  
 
Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3907 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Nous sommes en capa­cité de pro­po­ser pour chaque école des acti­vi­tés dif­fé­rentes, puisque chaque école est un cas par­ti­cu­lier »
    C’est ça l’é­ga­lité de l’en­sei­gne­ment pour tous ? Sans par­ler des com­munes qui n’au­ront pas d’autres choix que de faire payer (même fai­ble­ment) les heures « récréa­tives » aux parents…

    sep article