Dans la jungle des antennes

Dans la jungle des antennes

DECRYPTAGE – La 2 G et la 3 G hier, la 4 G aujourd’­hui, la 5 G demain… Le réseau de télé­pho­nie mobile se déve­loppe. Les antennes-relais avec. Mais faute de régle­men­ta­tion, face à des études médi­cales contra­dic­toires, l’in­quié­tude gagne du ter­rain et les pro­cé­dures se mul­ti­plient dans le bas­sin grenoblois.
Antennes-relais dans la ZAC Beauvert à Grenoble. © Nils Louna

Antenne-relais dans la ZAC Beauvert à Grenoble. © Nils Louna

A Grenoble, une antenne-relais cris­tal­lise la grogne. Dans la ZAC Beauvert, l’as­so­cia­tion Robin des Toits appe­lée par des rive­rains inquiets de voir appa­raître maux de têtes, insom­nies et ver­tiges, a mesuré la puis­sance émise par l’an­tenne d’Orange : 13 volts par mètre (V/m). La mesure fait bon­dir le délé­gué régio­nal de l’as­so­cia­tion qui, depuis des années, se bat pour faire recon­naître la noci­vité des ondes et abais­ser les seuils régle­men­taires. « On veut une régle­men­ta­tion en France, résume Jean Rinaldi. Il n’en existe aucune aujourd’­hui. Les opé­ra­teurs de télé­pho­nie mobile font ce qu’ils veulent quand ils veulent ! »
En France, c’est un décret de mai 2002 qui régle­mente la puis­sance émet­trice des antennes-relais, entre 41 et 61 V/m (1). Des chiffres obso­lètes, loin, très loin des recom­man­da­tions du Conseil de l’Europe qui, dans sa réso­lu­tion 1815, recom­mande, mais n’im­pose pas, d’a­bais­ser le seuil d’ex­po­si­tion à 0,6 V/m.
Dans le bas­sin gre­no­blois, les réac­tions sont de plus en plus nom­breuses et les col­lec­tifs se mul­ti­plient, récla­mant le démon­tage d’an­tennes ou s’op­po­sant à l’ins­tal­la­tion de nou­velles. A Grenoble, mais aussi au Versoud, à Crolles, à Corenc, l’in­quié­tude gagne la popu­la­tion. A Sassenage, les habi­tants ont obtenu gain de cause : Bouygues ne s’ins­tal­lera pas sur les ter­rains du cimen­tier Vicat. Une bataille gagnée, mais com­bien d’autres der­rière à mener ?
Des études contestées
© Nils Louna

© Nils Louna

« Des implan­ta­tions d’an­tennes-relais, il y en a à tour de bras à l’heure actuelle », relève Jacqueline Collard, pré­si­dente de l’an­tenne gre­no­bloise de l’as­so­cia­tion Santé Environnement Rhône-Alpes (SERA). « Il n’y a pas d’ap­pli­ca­tion de la règle d’in­for­ma­tion de la popu­la­tion. Alors les gens s’in­quiètent d’au­tant plus. » Quant aux malades, ils portent aujourd’­hui un nom : les « électro-sensibles ».
Combien sont-ils à Grenoble ? Robin des Toits évoque le chiffre de trente cas « très graves », mais qu’en est-il réel­le­ment ? Quel est l’im­pact de ces radio-fré­quences sur le corps humain ? Aujourd’hui encore, mal­gré la mul­ti­pli­ca­tion des études et des rap­ports (2), l’im­pact de ces ondes et leur niveau de nui­sance res­tent très contes­tés. En atten­dant d’y voir plus clair, pour beau­coup, le prin­cipe de pré­cau­tion s’im­pose. Ou devrait s’imposer…
Pour les col­lec­ti­vi­tés locales, et en pre­mier les maires, la marge de manœuvre est étroite. A Grenoble comme à Echirolles, la mai­rie s’est oppo­sée à toute ins­tal­la­tion d’an­tennes-relais sur le domaine public, mais ailleurs ? Sur le toit des HLM, celui des copro­prié­tés ? « On sert de média­teur », résume Gildas Laeron, conseiller muni­ci­pal chargé à la ville de Grenoble des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion. « On demande au besoin des mesures com­plé­men­taires aux opé­ra­teurs. » Des mesures com­plé­men­taires effec­tuées par des bureaux d’é­tudes agréés par le Comité fran­çais d’ac­cré­di­ta­tion (COFRAC), eux-mêmes contes­tés par les associations…
12 à 15 000 euros par an
© Nils Louna

© Nils Louna

Des seuils régle­men­taires dépas­sés, pas d’o­bli­ga­tion d’in­for­ma­tion… Face à l’i­ner­tie des pou­voirs publics, les antennes se mul­ti­plient et la contes­ta­tion s’or­ga­nise. Alors, les opé­ra­teurs ont appris à négo­cier, « 12 à 15 000 euros par an de dédom­ma­ge­ment en échange de l’ins­tal­la­tion d’une antenne », affirme Jean Rinaldi. Ils ont aussi appris à conci­lier et à s’as­seoir autour d’une table, comme à Echirolles. « Ils savent jouer sur la confu­sion : les gens croient que les antennes-relais, c’est la télévision. »
Un décryp­tage s’im­pose, même si le com­bat acharné de Robin des Toits a per­mis de lever bien des zones d’ombre. « Les gens s’in­quiètent, mais il faut qu’ils soient cohé­rents avec eux-mêmes, conti­nue Jacqueline Collard. Si on ne veut pas d’an­tennes-relais, il faut accep­ter de ne pas pou­voir télé­pho­ner au deuxième sous-sol d’un parking ! »
Toujours plus de tech­no­lo­gie, une tech­no­lo­gie tou­jours plus puis­sante : tout cela a un prix. Lequel ? Celui de la santé, et notam­ment des plus jeunes ? « La pro­blé­ma­tique sur l’en­semble de l’Isère, c’est la mise en place d’an­tennes wi-fi dans les lieux où ce n’est pas néces­saire, notam­ment en milieu sco­laire », sou­ligne la pré­si­dente de SERA. « En France, on donne des tablettes numé­riques à tour de bras ! »
Mesure du niveau d'ondes électromagnétiques. © Nils Louna

Mesure du niveau d’ondes élec­tro­ma­gné­tiques. © Nils Louna

Alors aux oubliettes la tech­no­lo­gie sans fil ? Les asso­cia­tions Robin des Toits et SERA réclament seule­ment que soient révi­sées les valeurs régle­men­taires et que soient posés des garde-fous. Pour ten­ter de faire contre-poids à un mar­ché très flo­ris­sant. Le 30 jan­vier der­nier, Fleur Pellerin, ministre de l’Economie numé­rique, décla­rait : « la dan­ge­ro­sité des ondes radio-élec­triques n’est pas scien­ti­fi­que­ment étayée » fai­sant remar­quer que la 4G « repré­sente un inves­tis­se­ment de 3 mil­liards d’eu­ros sur cinq ans et des dizaines de mil­liers d’emplois ».
Patricia Cerinsek
(1) 41 V/m pour la télé­pho­nie mobile 2G de type GSM 900, 58 V/m pour la 2G de type GSM 1800 et 61 V/m pour la 3G de type UMTS.
(2) Le rap­port Bio-Initiative, com­pi­la­tion d’é­tudes menées par des cher­cheurs indé­pen­dants, parle de « risque bio­lo­gique clai­re­ment éta­bli, même à faible expo­si­tion avec des effets sur la sté­ri­lité et sur la bar­rière hémato-encé­pha­lique et un risque accru de can­cer du cer­veau ». Le Centre inter­na­tio­nal de recherche sur le can­cer (CIRC), orga­nisme créé par l’OMS, consi­dère que les champs élec­tro-magné­tiques liés à l’u­sage du télé­phone mobile, sont « can­cé­ri­gènes pos­sibles pour l’homme ». Laquelle OMS estime qu’il n’a « jamais été éta­bli que le télé­phone por­table puisse être à l’o­ri­gine d’un effet nocif pour la santé »…

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

« Plaidoyer pour les ani­maux » : une ving­taine d’as­so­cia­tions réunies à Grenoble autour de la condi­tion ani­male, vrai « sujet de société »

FOCUS - Une vingtaine d'associations de protection animale tenaient des stands, samedi 6 avril 2024, au Jardin de ville, lors de la deuxième journée de Lire plus

Précarité numérique: Emmaüs Connect et ses partenaires offrent cent ordinateurs portables à des étudiants de l'UGA
Précarité numé­rique : Emmaüs Connect et ses par­te­naires offrent cent ordi­na­teurs por­tables à des étu­diants de l’UGA

FLASH INFO - Emmaüs Connect, le fonds de dotation Sésame, la Fondation HP et l'Université Grenoble-Alpes (UGA) se sont associés pour faire un don de Lire plus

Chamrousse : les promoteurs de motoneiges de nouveau devant le tribunal de police de Grenoble
Chamrousse : les pro­mo­teurs de moto­neiges de nou­veau devant le tri­bu­nal de police de Grenoble

FOCUS - Le dossier des motoneiges de Chamrousse était de retour devant la justice lundi 8 avril 2024, avec la mise en cause de deux Lire plus

Les inscriptions sont ouvertes pour l'opération de don d'arbres 2024 de la Ville de Grenoble
Don d’arbres 2024 de la Ville de Grenoble : les ins­crip­tions sont ouvertes

FLASH INFO - La Ville de Grenoble ouvre les inscriptions pour pouvoir bénéficier, cette année encore, du don d'arbres. Du lundi 8 avril au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !