Primaire : carton jaune pour Chamussy

sep article



 
DECRYPTAGE – Matthieu Chamussy est revenu sur l’ac­cord oral passé avec deux autres can­di­dats à la pri­maire ouverte de la droite pour l’élection muni­ci­pale de 2014. Face au trouble créé à droite par ce revi­re­ment, le lea­der de l’opposition au conseil muni­ci­pal de Grenoble s’ex­plique et tem­père ses pro­pos. 
 
 
 
CartonjauneVerba volant, scripta manent : les paroles s’envolent, les écrits res­tent. Une maxime que les can­di­dats et orga­ni­sa­teurs de la pri­maire « du chan­ge­ment » à Grenoble semblent avoir oubliée. Car un simple accord oral ne suf­fit appa­rem­ment pas à acter des enga­ge­ments. 
 
Petit rap­pel des faits : le 20 avril der­nier à l’issue d’une réunion de tra­vail dans les bureaux gre­no­blois de l’UMP38 qui cha­peaute l’organisation, les can­di­dats de la pri­maire prennent une déci­sion. Celle de sou­te­nir le vain­queur de ce pro­ces­sus élec­tif. 
 
Mais pour quatre d’entre eux, tous membres du parti, l’accord va plus loin. Matthieu Chamussy, Alain Carignon, Benjamin Piton et Colin Lecordier actent la pré­sence des per­dants sur la liste du gagnant. Si le der­nier s’est depuis retiré de la course, l’entente pré­vau­drait donc tou­jours pour les trois autres encore en lice. 
 
Confirmé par plu­sieurs témoins et offi­cia­lisé le len­de­main par un com­mu­ni­qué, cet accord n’en est pas moins sur­pre­nant. Les désac­cords et les oppo­si­tions sont, en effet, nom­breux entre Matthieu Chamussy et Alain Carignon, depuis les condam­na­tions de ce der­nier pour cor­rup­tion. Sans comp­ter les nom­breuses ten­ta­tives de retour sur la scène poli­tique gre­no­bloise de l’an­cien ministre et maire de la ville, désa­voué jusque-là par les élec­teurs.
 
 
L’ombre d’Alain Carignon
 
 
Interrogé sur cette union éton­nante par nos confrères de France Bleu Isère ce ven­dredi matin, Mathieu Chamussy s’est cepen­dant bien gardé de la confir­mer. Un revi­re­ment qui laisse per­plexe Denis Bonzy, autre can­di­dat à la pri­maire non encarté à l’UMP. 
 
« Si Matthieu Chamussy renonce à cette union après l’avoir accep­tée, il démontre une sur­pre­nante vision de la parole poli­tique », tacle ainsi l’outsider, par ailleurs pré­sident du Club 20, club de réflexion poli­tique local.  
 
« Denis Bonzy sou­haite m’imposer un enga­ge­ment que lui-même ne prend pas », répond sim­ple­ment Matthieu Chamussy. 
 
 
Une nage entre deux eaux com­pré­hen­sible stra­té­gi­que­ment. Sans démen­tir l’accord, maigre sym­bole d’un parti ras­sem­blé, Matthieu Chamussy essaie mal­gré tout de ne pas se retrou­ver trop lié à Alain Carignon, sou­tien dif­fi­cile à assu­mer. 
 
 
Rappel à l’ordre 
 
 
Jean-Claude Peyrin et Matthieu Chamussy

Jean-Claude Peyrin et Matthieu Chamussy.

Mais la marge de manœuvre est fine. « L’accord est comme gravé dans le marbre », pré­vient le patron isé­rois de l’UMP Jean-Claude Peyrin qui ne sou­haite pas que la pri­maire se trans­forme en affron­te­ment fra­tri­cide, à l’image de la pri­maire pari­sienne.
C’est donc en qua­lité d’arbitre de ce pro­ces­sus élec­tif et en « garant du bon dérou­le­ment » qu’il a inter­rompu la par­tie. 
 
 
 
« (Matthieu Chamussy) mérite un car­ton jaune pour ce man­que­ment et, s’il ne renoue pas avec ses enga­ge­ments d’u­nion, il inter­dit à la pri­maire de rem­plir son objec­tif, qui est de réa­li­ser ce ras­sem­ble­ment », dénonce Jean-Claude Peyrin. 
 
 
Matthieu Chamussy calme le jeu 
 
 
Prévenu, le conseiller muni­ci­pal gre­no­blois s’avoue « peiné » par le « bien mau­vais pro­cès » qui lui est fait, alors qu’il avait pris l’initiative d’inscrire l’engagement de sou­tien au vain­queur à la charte de la pri­maire. Une charte qui sera signée par les can­di­dats plei­ne­ment décla­rés en sep­tembre, selon le calen­drier arrêté. 
 
« D’autres can­di­dats peuvent se décla­rer et cha­cun peut com­prendre qu’il serait sin­gu­lier de prendre un enga­ge­ment sans savoir avec qui il est contracté », conclut Matthieu Chamussy. 
 
Une phrase qui offre une double lec­ture alors qu’Alain Carignon laisse tou­jours pla­ner le doute sur sa par­ti­ci­pa­tion effec­tive à cette élec­tion. 
 
 
Victor Guilbert 
 
 
Denis Bonzy, Jean-Claude Peyrin et Matthieu Chamussy ont tous été contac­tés pour l’écriture de cet article en com­plé­ment de leurs com­mu­ni­qués res­pec­tifs.
 
 
Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3189 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.