Un plan entre chien et loup

sep article



DÉCRYPTAGE - Alors que le Plan loup auto­rise l’a­bat­tage de 24 loups en France, soit le double de l’an der­nier, les éle­veurs du dépar­te­ment ne se montrent pas satis­faits. Beaucoup d’entre eux sou­haitent plus de tirs, tan­dis que les pro-loups réclament davan­tage de pré­ven­tion.
 
 
©Gourdol-Max-ONCFS

©Gourdol-Max-ONCFS

C’était dans la nuit du 19 au 20 mai der­nier. Cette nuit-là, des loups ont atta­qué les bre­bis des frères Salvi à Ornon, dans l’Oisans. «  Une ving­taine de bêtes ont été man­gées, égor­gées ou ont dis­paru. Le loup voit en l’a­gneau une proie facile. C’est comme un gosse devant un pot de confi­ture…  » constate Marc Salvi, mi-fata­liste.
 
 
Les rele­vés des agents de l’État ont confirmé : c’est bien le loup qui s’en est pris, il y a dix jours, au trou­peau des Salvi. Les bre­bis n’é­tant plus pro­té­gées par leur chien, un patou, le loup en a pro­fité. Depuis avril, cinq décla­ra­tions d’at­taque sont ainsi par­ve­nues sur le bureau de la direc­tion dépar­te­men­tale des ter­ri­toires de l’Isère (DDT).
 
Car le loup des­cend désor­mais dans les val­lées alpines. «  Sa pré­sence s’é­tend dans les zones val­lon­nées, les coteaux  », constate Éric Greffe-Fonteymond, pré­sident de l’as­so­cia­tion des éle­veurs ovins de l’Isère. «  Jusque-là, il atta­quait des bêtes gar­dées sur les alpages. Là, il des­cend et va tom­ber sur des parcs, avec des bêtes non gar­dées. On ne peut pas mettre un patou par parc !  »
 
 
Une popu­la­tion en aug­men­ta­tion de 20 %
 
Patou sur un alpage. ©agirinfo
Patou sur un alpage. © agi­rinfo
Chez les éle­veurs, la colère ne retombe pas depuis que le loup a fait son retour dans les Alpes fran­çaises, au début des années quatre-vingt-dix. Sa popu­la­tion est aujourd’­hui esti­mée à 250 indi­vi­dus. Et son ter­ri­toire s’é­tend. Cette année, la Lozère et le Vaucluse rejoignent l’Isère et le groupe des 12 com­munes (1) où le loup a été offi­ciel­le­ment observé… et chassé. L’année der­nière, jus­qu’à 11 loups pou­vaient être abat­tus sur déci­sion minis­té­rielle. Cette année, le «  nombre maxi­mum de déro­ga­tions au sta­tut de l’es­pèce pro­té­gée  », selon la ter­mi­no­lo­gie offi­cielle, a été porté à 24. Soit plus du double, alors que l’on estime la pro­gres­sion des loups en France à 20 % par an.
 
Comment jus­ti­fier cette esca­lade ? Par le nombre d’at­taques ? Pas vrai­ment. Certes, plus de 6 000 mou­tons ont été vic­times du loup en France en 2012, contre 5 000 en 2011. Mais on estime entre 100 000 et 200 000 le nombre de mou­tons tués chaque année par les chiens. Par l’i­nef­fi­ca­cité des tirs ? Sans doute car l’an­née der­nière, sur les 125 auto­ri­sa­tions de tir déli­vrées, trois seule­ment ont atteint leur cible.
 
 
Patou dans une bergerie. ©La buvette des alpages
Patou dans une ber­ge­rie. © La buvette des alpages
Faire retom­ber la pres­sion
 
«  En terme d’ef­fi­ca­cité, on a connu mieux…  » recon­naît un fonc­tion­naire qui avoue pas­ser beau­coup de temps sur « la pape­rasse » à étu­dier les demandes d’au­to­ri­sa­tions de tir, au détri­ment de la pré­ven­tion « qui serait plus effi­cace ». Cette année, des for­ma­tions seront d’ailleurs dis­pen­sées aux éle­veurs et aux agents de l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS).
 
Dans une filière ovine secouée par les crises suc­ces­sives, éco­no­miques et sani­taires, le loup est la goutte de trop. En dou­blant le nombre d’a­ni­maux pou­vant être tirés et en faci­li­tant les tirs de défense à proxi­mité des trou­peaux, comme les tirs de pré­lè­ve­ment sur un ter­ri­toire plus large, les pou­voirs publics espèrent faire retom­ber la pres­sion. Pression de pré­da­tion de l’a­ni­mal comme pres­sion des éle­veurs et des chas­seurs…
 
Des mesures qui font bon­dir Pierre Athanaze, pré­sident de l’as­so­cia­tion pour la pro­tec­tion des ani­maux sau­vages (ASPAS). «  Ces 24 loups, on va les tirer un peu n’im­porte où, dénonce-t-il. Pour le gibier, on délivre des bra­ce­lets par mas­sif. Là, ce n’est pas le cas. Cela a été fait pour faire plai­sir aux chas­seurs et au monde de l’é­le­vage !  » Et celui-ci de dénon­cer l’ab­sence totale de ges­tion.
 
 

 

Louve abattue à Bouvante (Drôme) dans le massif du Vercors en 2004. DR

Louve abat­tue à Bouvante (Drôme) dans le mas­sif du Vercors en 2004. DR

4 loups abat­tus en Isère depuis 2004
 
En Isère, le tir de loups est auto­risé depuis 2004. Si aucun spé­ci­men n’a été abattu l’an der­nier, deux l’ont été en 2005, dans le mas­sif du Taillefer et dans la Valdaine, et deux autres en 2006 dans le mas­sif de Belledonne. De fait, le loup est insai­sis­sable. «  C’est une bête qui fait une lec­ture de son envi­ron­ne­ment et va au plus facile en man­geant ce qui est simple à cap­tu­rer et abon­dant dans l’es­pace  », explique Eric Marboutin, chef de pro­jet loup-lynx à l’ONCFS.
 
 
En 2012, en Isère, 222 bêtes ont fait l’ob­jet d’in­dem­ni­sa­tion « au titre du loup ». Bien loin des 2  161 vic­times des Alpes-Maritimes, où les bêtes passent en grande par­tie la nuit dehors. L’Isère, un dépar­te­ment rela­ti­ve­ment épar­gné, donc ? Pas pour les éle­veurs, pour qui chaque attaque fait office de caisse de réso­nance. Et pour qui chaque bête dis­pa­rue se réper­cute sur l’en­semble du chep­tel, avec son lot de stress, de désor­ga­ni­sa­tion du trou­peau, de peur dérai­son­née des chiens de ber­gers…
 
 
Difficile coha­bi­ta­tion
 
Aujourd’hui, une quin­zaine de loups s’est ins­tal­lée dans le dépar­te­ment. Ceux-ci sont répar­tis en trois meutes s’ap­pro­priant cha­cune un ter­ri­toire : les hauts pla­teaux du Vercors, le nord du mas­sif de Belledonne et la val­lée de l’Odolle dans le mas­sif de l’Oisans. Quelle solu­tion appor­ter à cette dif­fi­cile coha­bi­ta­tion entre l’homme et le grand pré­da­teur ? Autoriser plus de tirs ? C’est chose faite depuis cette année. Multiplier les mesures de pro­tec­tion ? Sûrement. «  On sait qu’une attaque sur un trou­peau non pro­tégé fait entre dix et quinze vic­times et autant d’a­ni­maux dis­pa­rus, pré­cise un proche du dos­sier. Quand il existe des moyens de pro­tec­tion, on des­cend à deux ou trois vic­times. »
 
Pour autant, la pré­ven­tion ne suf­fira jamais à éloi­gner tota­le­ment le risque d’at­taque. «  Même avec le meilleur chien et le meilleur ber­ger du monde, le loup a une lon­gueur d’a­vance  ». Il a appris à se méfier de l’homme et sait notam­ment pro­fi­ter du brouillard pour atta­quer. «  Le loup contourne les mesures de pro­tec­tion, confirme Eric Greffe-Fonteymond, un des porte-parole des éle­veurs ovins du dépar­te­ment qui réclame plus que jamais l’au­to­ri­sa­tion de tirer.
 
En 2012, les aides à la pro­tec­tion des trou­peaux en France ont atteint 8 mil­lions d’eu­ros, finan­cés pour moi­tié par l’Europe et pour moi­tié par le contri­buable fran­çais. Dans le même temps, les indem­ni­sa­tions ont coûté 2 mil­lions d’eu­ros, pour 5  500 bêtes. Le prix à payer pour que le loup regagne, en France, une place qu’il avait quit­tée, chassé par son plus grand ennemi et seul pré­da­teur : l’homme.
 
 
Patricia Cerinsek
 

(1) Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Drôme, Isère, Pyrénées-Orientales, Haut-Rhin, Haute-Saône, Savoie, Haute-Savoie, Var, Vosges

 

(2) Lorsque la res­pon­sa­bi­lité du loup n’est pas avé­rée, le doute pro­fite à l’é­le­veur.

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5476 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Des publi­ca­tions affir­mant des niveaux de pré­da­tion par les chiens errants de l’ordre de 150 000 à 700 000 ovins par an, un tel niveau de dégâts, repré­sen­tant en moyenne une perte de 32 à 148 têtes chaque année pour un alpage de 2000 bre­bis, il deve­nait néces­saire de véri­fier les sources uti­li­sées par ces défen­seurs du loup. Les résul­tats de cette véri­fi­ca­tion montrent qu’aucune de ces publi­ca­tions ne s’appuie sur une quel­conque étude de ter­rain : Les chiffres sont avan­cés sans source ni réfé­rence à une étude, ou bien reprennent les affir­ma­tions citées par d’autres auteurs en les majo­rant (2fois et demi supé­rieur à la
    source citée dans un cas).
    Une étude appro­fon­die a été réa­li­sée sur 295 trou­peaux et 143 000 ovins au pâtu­rage. Les résul­tats révèlent une fré­quence d’attaques par les chiens errants tous les cinq ans en moyenne pour un trou­peau donné et un très faible niveau de pertes au regard des chiffres cités plus haut, qui varie par région entre 0,1 et 0,4 % de l’effectif au pâtu­rage chaque année, la moyenne s’élevant à 0,25 %. Cela équi­vaut à un niveau de pertes infé­rieur à 20 000 vic­times par an pour un trou­peau natio­nal de 7 920 000 ovins en 2008 : un résul­tat quatre à trente fois infé­rieur aux chiffres sans fon­de­ments qui cir­culent encore trop sou­vent en France, mais tout à fait com­pa­rable aux don­nées anglaises et ita­liennes.
    Une dimen­sion idéo­lo­gique évi­dente, une déné­ga­tion sys­té­ma­tique de la pré­da­tion par les loups, une recherche de tous les autres pro­blèmes pou­vant affec­ter l’élevage ovin pour mieux mini­mi­ser l’impact du loup afin de dénon­cer le sta­tut de « bouc émis­saire » qui lui serait réservé. C’est à n’en pas dou­ter un dis­cours idéo­lo­gique mais en rien scien­ti­fique.
    Pourtant ces mêmes défen­seurs du loup exigent que les éle­veurs mobi­lisent sans délai tous les moyens de défense des trou­peaux des l’arrivée des pré­da­teurs, recon­nais­sant ainsi que leur irrup­tion se tra­duit tou­jours par une mul­ti­pli­ca­tion des attaques Avec les très impor­tants efforts de pro­tec­tion consen­tis depuis cinq ans, la pré­da­tion se sta­bi­lise à un niveau élevé attei­gnant plus de 900 attaques et 3250 vic­times consta­tées
    pour l’année 2009. Un niveau de pertes clai­re­ment sous-éva­lué, comme le montrent plu­sieurs études en Espagne , en France et en Norvège , esti­mant que 30 à 50 % des pertes réelles ne peuvent figu­rer dans les constats en rai­son des sous-décla­ra­tions de la part des éle­veurs , des ani­maux dis­pa­rus lors des attaques de loups, enfin de la pro­li­fé­ra­tion des vau­tours ren­dant de plus en plus dif­fi­cile l’exercice des constats.
    L’administration fran­çaise recon­nait d’ailleurs l’impossibilité de recen­ser tous les ani­maux tués par les loups et ajoute un for­fait sup­plé­men­taire de 15% aux rem­bour­se­ments.

    sep article
  2. Ping : Un plan entre chien et loup | Place Gre'net | L...