“Michel Destot applique une politique de droite”

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

©M.Beaudoing

©M.Beaudoing

ENTRETIEN – Alors qu’Europe Ecologie les Verts espère conqué­rir Grenoble l’année pro­chaine, l’écologiste Olivier Bertrand revient sur la poli­tique menée par la muni­ci­pa­lité et jus­ti­fie sa double cas­quette. A la fois conseiller géné­ral de l’Isère de la majo­rité et conseiller muni­ci­pal d’opposition à Grenoble, il assume plus que jamais cette posi­tion d’apparence contra­dic­toire face à deux exé­cu­tifs socia­listes.
 
 
 
Echirolles accueillait le 13 avril der­nier la conven­tion natio­nale d’Europe Ecologie-Les-Verts (EELV). Etait-ce pour mar­quer Grenoble comme la ville à prendre aux pro­chaines muni­ci­pales ?
 
 Ce n’était pas la seule rai­son. Il y a une forte implan­ta­tion éco­lo­giste à Grenoble. Pas seule­ment de l’écologie poli­tique, mais aussi des pré­oc­cu­pa­tions envi­ron­ne­men­tales quo­ti­diennes en rai­son de la géo­gra­phie alpine, de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique et de la concen­tra­tion de « matière grise » dans le bas­sin. Le natio­nal d’EELV recon­naît notre sens de l’organisation en Isère et nous confie volon­tiers ces grands ren­dez-vous. Le parti n’a pas besoin de trans­por­ter du monde pour que les salles soient rem­plies. 
 
 
Et aussi parce que l’autonomie des éco­los est plus forte à Grenoble qu’ailleurs ?
 
 Indéniablement ! C’est le fruit de l’histoire poli­tique gre­no­bloise. De l’époque Carignon, où les mili­tants éco­lo­gistes se sont bat­tus seuls et ont démon­tré leur capa­cité à ne jamais pas­ser du com­pro­mis à la com­pro­mis­sion. Aujourd’hui encore, nous ne sommes pas sup­plé­tifs au PS pour repeindre à la marge une par­tie de son pro­gramme en vert. Nous sommes capables de nous entendre avec d’autres for­ma­tions tout en fixant nos lignes jaunes. En 2008, Michel Destot les a fran­chies en s’ouvrant à la droite et à des membres de l’équipe Carignon. Le pro­jet de rocade nord défendu par la muni­ci­pa­lité a achevé l’éloignement.
 
 
Jean-Vincent Placé, le pré­sident du groupe EELV au Sénat voit déjà Eric Piolle, votre col­lègue conseiller régio­nal, en tête de liste. C’est ficelé ?
 
 Il en a les com­pé­tences mais ce n’est pas à eux de le dire, il y aura un vote local à la ren­trée comme le pré­voit notre orga­ni­sa­tion. Nous envi­sa­geons qu’il soit élargi au-delà d’EELV puisqu’il y a les mou­ve­ments avec les­quels nous avons l’habitude de tra­vailler comme les alter­na­tifs et l’Association démo­cra­tie éco­lo­gie soli­da­rité (ADES)…
 
 
… L’ADES qui a apporté son sou­tien au tout jeune réseau citoyen. Vous l’avez démar­ché ?
 
Nous avons ren­con­tré ses membres, comme ils ont ren­con­tré d’autres mou­ve­ments. Ils tiennent à leur indé­pen­dance et ils ont rai­son. C’est impor­tant qu’un mou­ve­ment s’affirme avec un pro­jet avant d’entrer en dia­logue avec d’autres orga­ni­sa­tions poli­tiques.
 
 
©M.Beaudoing
©  Muriel Beaudoing
Mais le réseau citoyen semble déter­miné à pré­sen­ter une liste auto­nome. Vous ne crai­gnez pas une dis­per­sion de vos voix ?
 
 Pour modi­fier la donne à Grenoble et por­ter un pro­jet alter­na­tif, il faut se ras­sem­bler. Ensuite, à cha­cun de se fixer un objec­tif. Soit faire de la figu­ra­tion comme Jean-Luc Mélenchon en s’appuyant sur les muni­ci­pales pour atteindre les euro­péennes, soit s’impliquer sin­cè­re­ment à Grenoble.
 
 
Qui d’autre ?
 
 Nous avons voca­tion à tra­vailler dans une large recom­po­si­tion. Depuis le Parti de Gauche jusqu’à cer­tains cen­tristes qui portent des pro­jets inté­res­sants comme Stéphane Gemmani. Ce ne sont ni l’étiquette, ni la per­sonne, mais les pro­jets et les objec­tifs com­muns qui nous inté­ressent.
 
 
Plus rien n’est pos­sible avec les socia­listes ?
 
 Nous avons des désac­cords fon­da­men­taux. L’actualité de la semaine les a encore révé­lés avec cette annonce d’armement noc­turne des poli­ciers muni­ci­paux. Il n’en a jamais été ques­tion en conseil muni­ci­pal, alors même que cela pose pro­blème dans la majo­rité. L’entrée en appli­ca­tion en mars 2014, en pleine cam­pagne muni­ci­pale, n’est pas ano­dine. C’est de l’instrumentalisation de ques­tions sécu­ri­taires, alors que Jérôme Safar a pré­cisé que les poli­ciers muni­ci­paux n’interviendraient pas avec leurs armes dans les quar­tiers pla­cés en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP).
 
 
Quid de la vidéo­sur­veillance ?
 
 
Un comité éthique a été nommé en 2010 avec l’expérimentation sur quatre sites de la ville. Nous atten­dons tou­jours le bilan qui devait être dressé avant de déve­lop­per la vidéo­sur­veillance. Le pre­mier adjoint décide seul, c’est la « méthode Safar ». La majo­rité ver­rouille plu­sieurs sec­teurs, où il sera dif­fi­cile de faire machine arrière, pour  que l’inaction ne puisse pas lui être repro­chée et, sur­tout, pour infli­ger ces déci­sions lourdes aux suc­ces­seurs, si une nou­velle majo­rité venait à se des­si­ner. Nous retrou­vons le même cas de figure avec le renou­vel­le­ment anti­cipé de la délé­ga­tion de ser­vice public de GEG, dont Jérôme Safar est le pré­sident, alors qu’il était prévu en 2016.
 
 
Qui repré­sente la véri­table oppo­si­tion à Grenoble ?
 
 La droite tient son rôle dans le rap­port de force tra­di­tion­nel mais quand on regarde la réa­lité de la vie poli­tique gre­no­bloise, on se rend compte que Michel Destot applique une poli­tique de droite. Le stade des Alpes, la rocade, les JO, la Presqu’île… Grenoble est la seule ville en Rhône-Alpes à finan­cer des pôles de com­pé­ti­ti­vité, à hau­teur de trois mil­lions d’euros par an qui cor­res­pondent à un point d’impôts.
 
 
OLIVIER-BERTRAND-EELV-GRENOBLE-500x375
© Muriel Beaudoing
Le compte admi­nis­tra­tif de l’année 2012 était voté lundi en conseil muni­ci­pal. Jérôme Safar, cette fois-ci avec sa cas­quette du bud­get, s’est féli­cité des efforts de maî­trise de la dette en paral­lèle d’une aug­men­ta­tion de la sub­ven­tion du centre com­mu­nal d’action social (CCAS). Les comptes de l’année écou­lée illus­trent selon vous une poli­tique de droite ?
 
Il y a des dis­tinc­tions sur le CCAS et le sec­teur socio­cul­tu­rel. Pour autant, les direc­tions prises par l’équipe muni­ci­pale ne sont clai­re­ment plus des mar­queurs de gauche. La majo­rité a aug­menté très for­te­ment les impôts de 9,5 % dès la pre­mière année de man­dat pour s’assurer de pou­voir finan­cer ses grands pro­jets d’urbanisme. Et ça conti­nue avec l’agrandissement du stade Lesdiguières qui va coû­ter encore très cher à la ville de Grenoble. Le stade des Alpes, dont la fac­ture s’élève à 91 mil­lions d’euros, han­di­cape la Métro qui ne s’en remet pas à en croire le rap­port de la cour des comptes. Est-ce une prio­rité d’avoir deux grands stades à Grenoble ? Ce n’est pas une urgence de finan­ce­ment public. On n’a plus le droit de gas­piller de l’argent.
 
 
Dans l’opposition à Grenoble face aux socia­listes, mais avec eux au Conseil géné­ral et au gou­ver­ne­ment : la posi­tion des Verts n’est-elle pas trop incon­for­table au quo­ti­dien ?
 
 Lorsque nous avons fait ce choix de rup­ture en 2008, nous ne nous sommes pas consi­dé­rés comme de l’op­po­si­tion, mais comme une mino­rité. On ne se contente pas de « taper ». On apporte aussi une alter­na­tive construc­tive. Par ailleurs, être dans une majo­rité n’implique pas d’en par­ta­ger toutes les orien­ta­tions. C’est le prin­cipe de l’autonomie contrac­tuelle d’Europe Ecologie les Verts. Cela signi­fie qu’à chaque éche­lon ter­ri­to­rial, dans chaque col­lec­ti­vité, on cherche à faire avan­cer notre pro­jet et nos idées s’il y a des atomes cro­chus. Ce n’était plus le cas à Grenoble.
 
 
André Vallini, que nous avons croisé dans les cou­loirs en venant nous a dit à pro­pos des éco­lo­gistes au conseil géné­ral : « Avec des alliés comme ça, plus besoin d’opposants ! »
 
Nous avons fait le choix d’être dans la majo­rité parce que nous ne sommes que deux éco­lo­gistes au conseil géné­ral. Nous ne sommes pas dans l’exécutif donc nous ne leur devons rien contrai­re­ment à ce que l’UMP38 affirme. L’indemnité de 300 euros par mois issue de l’écrêtement du Président, est actuel­le­ment la seule manière de rétri­buer le délé­gué aux nou­velles mobi­li­tés que je suis. Ce sys­tème est mau­vais, je le recon­nais, mais Jean-Claude Peyrin, lui-même pré­sident de l’UMP38 et conseiller géné­ral, l’a voté. Qu’il ne vienne pas nous don­ner des leçons. C’est une fausse affaire typique des méthodes d’Alain Carignon et de sa « cel­lule riposte ». Ils cherchent à nous salir avant les muni­ci­pales.
 
 
OLIVIER-BERTRAND-EELV-GRENOBLE-680x510-2
© Muriel Beaudoing
 Alors que le pro­jet de l’achèvement du der­nier tron­çon de l’A51 entre Grenoble et Sisteron a été rou­vert par André Vallini à la fin de l’année 2012, d’au­cuns vous reprochent de ne pas vous posi­tion­ner assez for­te­ment contre ce pro­jet.
 
 C’est parce que je suis cer­tain que ça ne se fera pas ! L’adossement à des conces­sion­naires pri­vés pour finan­cer la tota­lité d’une infra­struc­ture est inter­dit par l’Union euro­péenne. Par ailleurs, la com­mis­sion mobi­lité 21 qui défi­nit les grandes prio­ri­tés des infra­struc­tures pour les décen­nies à venir pré­voit de repor­ter le pro­jet de trente ans. Ce qui dans la bouche de l’administration veut dire jamais. André Vallini a res­sorti ce pro­jet par pur stra­té­gie de tri­an­gu­la­tion. Pour cou­per l’herbe sous le pied de l’opposition et s’attirer les lau­riers du monde éco­no­mique. Je n’ai aucune inquié­tude sur le dos­sier de la rocade Nord non plus, ni même sur la tan­gente Est-Ouest ima­gi­née par Alain Carignon. Je peux très bien dire que des sou­coupes volantes relie­ront Grenoble à Meylan, mais ce serait déma­go­gique.
 
 
Alors quelles solu­tions pour flui­di­fier les dépla­ce­ments dans le bas­sin gre­no­blois ?
 
 Pour les mar­chan­dises, il y a la solu­tion du trans­port mul­ti­mo­dal. Mais pour l’agglomération gre­no­bloise, l’élargissement de l’A480 et l’aménagement du Rondeau même s’ils ne nous satis­font pas, sont davan­tage réa­li­sables que ces grands pro­jets.  Pour le reste, ça demande des chan­ge­ments de com­por­te­ment et une révi­sion de nos méthodes de mobi­lité, non pas par une solu­tion unique de dépla­ce­ments, mais par un panel, à com­men­cer par une véri­table « poli­tique vélo » dans la ville. Notamment, des stages de remise en selles et des solu­tions d’attaches plus nom­breuses en ville.
 
 Propos recueillis par Victor Guilbert
 
 
L’entretien a été réa­lisé ven­dredi après-midi dans le bureau d’Olivier Bertrand au conseil géné­ral. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture. Un ajout a été fait mer­credi 22 mai pour cor­ri­ger un contre-sens dans la der­nière réponse.
 
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net. 
 
 
MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
4707 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ping : Municipales 2014 - | Rue89Lyon