Élisabeth Lamour, peintre d’icônes “en quête de beauté et de paix”

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

PORTFOLIO PHOTO – Peintre d’icônes depuis 1989, Élisabeth Lamour nous a ouvert les portes de son atelier, à Champ-sur-Drac, afin de partager sa passion pour son métier et la philosophie de vie qui en découle. Rencontre insolite avec l’artiste, qui « tisse un fil à travers le temps et les êtres ».

 

 

« Quand on peint une icône c’est comme si on ten­dait un fil dans le temps et dans l’espace », affirme Élisabeth Lamour, peintre d’i­cônes à Champ-sur-Drac. « Pour moi, c’est une façon de se sen­tir pré­sente au monde. » Regard posé, voix calme, sou­rire aux lèvres, l’ar­tiste, impré­gnée par des années de pra­tique de son métier inso­lite, dégage un mélange de sagesse et d’é­mer­veille­ment.

 

 

Une géographe devenue peintre d’icônes

 

 

Originaire d’Angers, Élisabeth Lamour est venue à Grenoble pour suivre des études à l’Institut de géo­gra­phie alpine. « Le fil conduc­teur de toute ma vie pro­fes­sion­nelle c’est l’émerveillement, explique-t-elle. J’admirais des pay­sages et j’avais envie de com­prendre com­ment ça mar­chait. La beauté du monde me tou­chait beau­coup. »

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisabeth Lamour, peintre d’i­cônes. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Professeur de géo­gra­phie, elle prend alors des cours du soir dans des écoles d’art. Un jour, lors d’un stage d’i­ni­tia­tion, elle découvre la pein­ture d’i­cônes dans l’a­te­lier Saint-Jean Damascène à Saint-Jean-en-Royans où elle don­nait « un coup de main ». « Cela m’a rap­pelé des voyages. J’avais envie d’ap­prendre cette façon de peindre mais n’avais pas de pro­jet autour de ça, se sou­vient Élisabeth Lamour. Et puis, cela a vrai­ment été un coup de foudre. Je devais sûre­ment être dans une recherche spi­ri­tuelle et artis­tique à ce moment de ma vie. » Sa pas­sion pour la pein­ture d’i­cônes était née.

 

Pour com­bler son manque de for­ma­tion théo­rique, Élisabeth Lamour suit alors une for­ma­tion de quatre ans à l’Institut de théo­lo­gie ortho­doxe Saint Serge à Paris. Pourquoi ce choix ? « La reli­gion ortho­doxe était un lan­gage qui me par­lait mieux. Cela me conve­nait par­fai­te­ment par rap­port à ma vision du monde, explique la peintre. Cependant, je ne me défi­nis pas for­cé­ment en tant qu’orthodoxe. Dans notre monde, aujourd’hui, les gens se défi­nissent tel­le­ment par leur appar­te­nance à quelque chose… » Comment se défi­nit-elle alors ? Comme « quelqu’un cher­chant la paix », qui a « la cer­ti­tude qu’il n’y a pas que notre monde visible, mais qu’autour il existe d’autres choses. »

 

Progressivement, la pein­ture d’i­cônes a pris le pas sur la vie pro­fes­sion­nelle d’Élisabeth Lamour. Il lui a fallu faire un choix. Elle démis­sionne alors de l’Éducation natio­nale. « Malgré la sur­prise et une sorte d’incompréhension de mes col­lègues, je n’ai jamais regretté mon choix, même si j’ai bien aimé le tra­vail de pro­fes­seur aussi », pré­cise-t-elle.

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisabeth Lamour. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Au fil du temps, Élisabeth Lamour prend son indé­pen­dance et ouvre son ate­lier en Isère, à Champ-sur-Drac au début des années 2000. Amoureuse de la nature, elle trouve son ins­pi­ra­tion dans la contem­pla­tion. « J’aime beau­coup voya­ger, sur­tout dans les pays du nord, être dehors, regar­der d’un côté ou de l’autre, pré­cise-t-elle. Et puis il y a plein de choses qui arrivent. C’est comme si je me nour­ris­sais de la beauté du monde pour ensuite essayer de la retrans­mettre sur la planche. »

 

 

Ralentir dans un monde qui va à toute vitesse

 

 

Pour Élisabeth Lamour, le tra­vail sur une icône com­mence par une recherche d’élé­ments de la vie des per­son­nages qui y sont repré­sen­tés. « J’essaie de trou­ver le plus de choses pos­sible, des modèles, pour voir com­ment on a repré­senté le per­son­nage dans l’icône et dans l’art à tra­vers le temps. C’est à la fois pour cher­cher toutes les constantes de com­po­si­tions, de cou­leurs, de pro­por­tions et pour entrer un peu dans la com­mu­ni­ca­tion avec le per­son­nage qu’on repré­sente. »

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

S’il s’a­git d’une com­mande des­ti­née à une per­sonne pré­cise, cette recherche l’aide aussi à per­son­na­li­ser son tra­vail.

 

Y a‑t-il une pré­pa­ra­tion spé­ci­fique avant de com­men­cer à peindre une icône ? Non, selon Élisabeth Lamour. À une excep­tion près : « Si on est fâchés, c’est plus impor­tant de com­men­cer par se récon­ci­lier que de peindre. Cela a changé à dif­fé­rents moments mais, actuel­le­ment, pour moi l’i­cône est une recherche de paix en soi et de paix pour le monde. » Une pra­tique artis­tique qui rejoint ainsi sa phi­lo­so­phie de vie.

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisabeth Lamour, peintre d’i­cônes. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Une autre notion liée à l’i­cône et chère à Élisabeth Lamour est le temps. À com­men­cer par le rythme de tra­vail. « Dans l’i­cône, la néces­sité spi­ri­tuelle rejoint la néces­sité pra­tique. Avec le pro­cédé uti­lisé, on ne peut pas aller vite. Dans ce monde qui va tel­le­ment vite, on prend du temps sans for­cé­ment savoir com­bien de temps le tra­vail va durer ».

 

D’autre part, ce tra­vail s’ins­crit dans le temps. En repre­nant les modèles anciens, les peintres s’ins­pirent « de tout le tra­vail des hommes du passé pour repré­sen­ter un per­son­nage qui a vécu, qui a toute une his­toire. Finalement, c’est comme si l’on pro­lon­geait tout cela, à la fois le tra­vail des artistes du passé, leur art, leurs prières, résume Élisabeth Lamour. On dit sou­vent que dans l’icône on repré­sente un per­son­nage et qu’on le rend pré­sent. Pour cela, il est impor­tant d’étudier son his­toire, d’approfondir les élé­ments impor­tants de sa vie. »

 

 

Une douzaine de couches de peintures superposées

 

 

« Dans l’icône, on uti­lise des maté­riaux tout simples », com­mence Élisabeth Lamour, avant de nous expli­quer les dif­fé­rentes étapes de créa­tion d’une icône. Pour ses pein­tures, elle uti­lise les planches de bois décou­pées par son voi­sin dans la forêt « juste der­rière la mai­son ».

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Les planches de bois qui se trans­for­me­ront en icônes. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Là encore, sa pas­sion pour la nature et pour la pein­ture se rejoignent. Dans cette forêt, on trouve des bou­leaux, qu’elle aime tant, et qui sont plus habi­tuels dans les pay­sages de l’Est que dans l’Hexagone. « Cette nature que je trouve si belle est un point de départ pour les icônes. »

 

Une fois découpé, le bois sèche pen­dant trois ans avant d’être uti­lisé. Puis il doit être recou­vert par une toile avec une dizaine de couches d’enduit à base de craie et de colle. Une semaine de tra­vail est néces­saire pour cette pré­pa­ra­tion. Étape sui­vante : le mélange des pig­ments, pour la plu­part d’entre eux natu­rels avec une pré­pa­ra­tion à base de jaune d’œuf et de vinaigre. Les pre­mières couches de pein­ture sont liquides : elles doivent péné­trer dans l’enduit. « On va ainsi super­po­ser les couches, sou­vent une dou­zaine, pré­cise Élisabeth Lamour. C’est aussi un moment de médi­ta­tion. »

 

 

« Dans l’icône, au lieu de faire des ombres, on fait les lumières »

 

 

A noter que les cou­leurs ont une valeur tra­di­tion­nelle et sym­bo­lique dans l’i­cône : « Pour le visage et l’auréole, on uti­lise l’or ou le jaune, car cela repré­sente la lumière pure, divine. » Sur la peau des per­son­nages, on trou­vera la cou­leur terre, car « elle sym­bo­lise le ter­reau com­mun de l’humanité et même de la nature. Tout ce qui est de l’ordre de la créa­tion est recou­vert par cette cou­leur. »

 

Le tech­nique se dif­fé­ren­cie bien des pro­cé­dés tra­di­tion­nels : « Dans l’icône, au lieu de faire des ombres, comme on fait dans la plu­part des tech­niques de pein­ture, on fait les lumières : on part du sombre et on va vers le plus clair, explique la peintre. C’est comme si l’on repre­nait des étapes de la créa­tion : on part de la terre informe dont est tirée ensuite toute la vie. » Chaque détail de tra­vail semble avoir une signi­fi­ca­tion phi­lo­so­phique : le regard des per­son­nages est « posé » à la fin, afin qu’il ne puisse pas « impo­ser son carac­tère » au per­son­nage des­siné.

 

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

La touche finale consiste à mettre le nom du per­son­nage peint pour « relier le modèle au pro­to­type ». « Une des choses que je trouve très inté­res­sante dans l’icône, c’est qu’elle n’est pas signée, rap­pelle Élisabeth Lamour. Et pour cause. « Je pense que c’est typique de cet état d’esprit : on reçoit – c’est du moins ce que je res­sens – les œuvres du passé, l’histoire des per­son­nages qui sont pré­sen­tés, la beauté du monde, la prière, la demande de la per­sonne à qui l’icône est des­ti­née. On reçoit tout cela et on le trans­met sur l’icône, donc il n’y a pas à signer. On ne s’imagine pas peindre une icône juste à par­tir de son ins­pi­ra­tion, ça n’existe pas. »

 

 

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
5594 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour
    Merci de m avoir par­ta­ger votre pas­sion pour l icô­no­gra­phie. J écris des icônes depuis 13 ans et me per­fec­tionne tous les ans avec Elisabeth Ozoline mariée à un prêtre ortho­doxe. Ici dans le Berry c est le désert com­plet dans ce domaine. J aime­rais trou­ver une colle de peau de lapin en poudre très fine pour pré­pa­rer des planches. C est en cher­chant que je vous ai décou­verte. Je trouve beau­coup de paix et de joie à écrire des icõnes. Merci de me répondre. Amicalement.
    Mireille Berger

    sep article
  2. Très bon repor­tage qui campe bien l’am­biance par­ti­cu­lière de l”  »ate­lier d’i­cônes »

    sep article
  3. Merci à Yuliya d’a­voir pris le temps de bien com­prendre la spé­ci­fi­cité de mon tra­vail et ce que je sou­haite trans­mettre.

    sep article