Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La jeune chambre économique de Grenoble lance le CV citoyen

sep article

FOCUS – Promouvoir l’investissement des jeunes au service de la société, tout en mettant en valeur leurs compétences extraprofessionnelles et extrascolaires : telle est la vocation du CV citoyen lancé par la Jeune chambre économique de Grenoble dans le cadre de son Pacte citoyen. Une solution concrète qui vise à valoriser l’engagement associatif des jeunes durant leurs expériences de volontariat, mais aussi au moment de leur premier contact avec le marché du travail, dans un contexte économique toujours plus compétitif.

 

 

 

Un CV consacré aux expériences, compétences et connaissances acquises… par le biais du bénévolat. Voici la particularité du CV citoyen que la Jeune chambre économique de Grenoble va bientôt lancer en ville. « Cette mesure s’inscrit, entre autres, dans le cadre du Pacte citoyen créé par la Jeune chambre économique française (JCEF) en début d’année. Il consiste en un ensemble de propositions efficaces dont les objectifs, dans l’immédiat, sont à la fois d’apporter un regard différent sur le monde du travail, de donner envie aux jeunes de faire des expériences bénévoles, et d’inviter les chefs d’entreprise à changer leur vision du recrutement, en assouplissant les critères demandés aux candidats », explique Ismaël Sylla, président de la JCE de Grenoble.

 

La JCE de Grenoble lance son CV citoyen.

 

Depuis février, la JCEF joue en effet le rôle de médiateur dans le dialogue entre les associations bénévoles et les professionnels. Son but ? Promouvoir l’insertion économique des jeunes diplômés, au chômage ou à la recherche d’un premier emploi, en accordant la même importance au savoir-être qu’au savoir-faire. C’est ainsi qu’après avoir été expérimenté dans 40 villes, le CV Citoyen – initiative de l’Association nationale des DRH (ANDRH) et de l’Observatoire du dialogue et de l’intelligence sociale (ODIS) – débarque enfin à Grenoble.

 

 

 

 

Le CV « qui permettra aux jeunes de faire la différence dans leurs entretiens »

 

 

Complémentaire au CV professionnel, le CV citoyen permet de mettre en évidence toutes les qualités et compétences acquises grâce à des missions dans le bénévolat. Parmi elles, « le management, la gestion des finances, d’un projet et d’un planning. Ou encore, la capacité à parler en public, à communiquer avec assurance avec des personnages que, généralement, on mettrait sur un piédestal », précise Nathalie Toussaint, chef d’entreprise et ex-présidente de la JCE de Grenoble, invitée à témoigner de sa double expérience dans le monde associatif et professionnel, à l’occasion du lancement de cette initiative dans la ville grenobloise.

 

Lancement du CV Citoyen à la JCE de Grenoble.

Ismaël Sylla, président de la JCE de Grenoble, lance le CV Citoyen avec des représentants d’associations bénévoles et d’entreprises grenobloises. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

 

L’avantage de cet outil de candidature ? Il permet aux jeunes de mettre en valeur leur dimension humaine en valorisant leur engagement social et leurs atouts extraprofessionnels. En d’autres termes, une manière de se distinguer de la masse, mais aussi de s’adapter aux nouvelles exigences des recruteurs. D’ailleurs, comme l’explique Olivier Gastineau, consultant RH actif à Grenoble, « aujourd’hui la première chose qu’une entreprise demande c’est le savoir-être. Entendez par là la capacité à discuter, à échanger, à s’insérer dans un groupe : que des compétences qu’on acquiert surtout par le biais du bénévolat, des associations, grâce au contact avec les autres. C’est ce qui permettra aux jeunes de faire la différence dans leurs entretiens. » Le savoir-faire semblerait, quant à lui, être devenu secondaire dans le recrutement parce que, selon Olivier Gastineau, « on peut toujours le développer plus tard, au cours des premières expériences de travail ».

 

 

 

 

Une solution gagnante pour tous

 

 

« Pour la mise en place du CV Citoyen, la JCEF a choisi trois cibles : les associations, les entreprises et les jeunes. Dans l’agglomération grenobloise, des organisations telles que France bénévolat, AIESEC et l’Accueil de villes françaises (AVF) ont accepté de s’engager dans la promotion de ce projet, tout en collaborant avec des chefs d’entreprises et professionnels actifs dans la cité » rappelle Ismaël Sylla.

 

Olivier Gastineau, consultant RH et Martin Grange, président AIESEC, lors du lancement du CV citoyen.

Olivier Gastineau, consultant RH, et Martin Grange, président de l’AIESEC, lors du lancement du CV citoyen.

 

Leur défi ? Démontrer au public grenoblois qu’avec le CV citoyen tout le monde est gagnant. En premier lieu, les candidats qui, en joignant ce modèle original à leur CV pro, devraient pouvoir se différencier aux yeux d’un recruteur ; les entreprises, qui choisiront leurs futurs employés sur la base de leur potentiel humain, en plus de leurs compétences pratiques ; les associations, enfin, qui fidéliseront leurs bénévoles en référençant un ensemble de savoir-faire et de savoir-être acquis à travers l’engagement dans le volontariat. Un front commun, somme toute, devant un seul combat : celui de l’employabilité des jeunes lors de leur entrée dans le monde du travail.

 

 

 

Giovanna Crippa, correspondante à Gières

 

 

 

ENTREPRISES, ASSOCIATIONS ET JEUNES AUTOUR D’UNE TABLE LE 18 MAI

 

Toujours dans le cadre du Pacte citoyen porté par la JCE, jeudi prochain, le 18 mai, six intervenants se retrouveront à l’IAE de Grenoble lors d’une table ronde pour exposer au grand public leur position sur l’engagement associatif et montrer l’intérêt de rédiger un CV citoyen.

 

Côté volontariat, prendront la parole Luc Verona, vice-président de France Bénévolat, Martim Grange, président de l’association d’étudiants AIESEC, et Martine Beltranda, la présidente d’AVF. Pour le volet entreprises, seront présents Alain May, directeur d’alliance stratégique chez Hewlett-Packard, Olivier Gastineau, consultant RH et Nathalie Toussaint, chef d’entreprise et adjointe municipale à Seyssinet-Pariset.

 

« Le but est de favoriser l’interaction entre les acteurs cibles du CV citoyen »

 

Animée par Damien Baptiste, administrateur de la JCEF délégué au thème national du Pacte citoyen, cette rencontre portera sur trois axes principaux : la valorisation des compétences acquises dans le cadre d’un engagement associatif, la reconnaissance de ces savoir-être aux yeux des employeurs, et les mesures à mettre en place pour favoriser l’insertion économique de la jeunesse.

 

« À chacune de ces trois thématiques on consacrera un atelier spécifique, où interviendront conjointement un représentant du monde associatif et un porte-parole de la catégorie des entrepreneurs, explique Lætitia Fougeirol, responsable de la communication à la JCE de Grenoble. Et de préciser : « L’idée est d’ouvrir un dialogue avec les participants aux ateliers, que ce soit des étudiants, des jeunes diplômés, des professionnels actifs ou non dans le recrutement, ou encore des membres d’associations de bénévolat. Le tout, dans le but de favoriser l’interaction entre les acteurs cibles à qui s’adresse le CV citoyen ».

 

Infos pratiques :

 

La table ronde se tiendra le jeudi 18 mai 2017 à 19 heures à l’IAE de Grenoble.

Elle est gratuite et accessible à tous, sur simple inscription.

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2567 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Pour avoir assisté à cette conférence, j’ai trouvé l’idée du CV citoyen très intéressante. On a évoqué aussi le Passeport du bénévolat avec France Bénévolat. Il s’agit d’outils qui permettent de valoriser les compétences et de les faire reconnaître par les employeurs. Je craignais entendre seulement des associations, mais d’avoir aussi le regard de dirigeants et recruteurs était une excellente idée. Bravo pour ça ! Je n’ai pas perdu mon temps et j’ai appris beaucoup. Dommage que j’ai plus de 40 ans pour rejoindre la JCE :'(

    sep article
  2. ” Jeune chambre économique” ???? ce n’est pas plutôt “vieille chambre économique” ?
    Ayant travaillé en Mission locale, je peux dire que ça fait des années et des années que les expériences extra-professionnelles sont inclues dans les CV pour qui sait faire un CV, car ces expériences dégagent un savoir-faire, et pas seulement un savoir-être, transposable dans une entreprise ou auprès d’un autre employeur. Il est inutile de faire un CV spécifique “citoyen”, mot à la mode. C’est la possibilité de montrer la continuité d’une activité et non la saucissonner entre activité rémunérée et activité bénévole.
    Le challenge (parlons “entreprise”) est de faire admettre à TOUS les employeurs le bénéfice qu’ils auraient à embaucher des personnes ayant travaillé “pour la bonne cause, quelle qu’elle soit”. Là, la jeune chambre économique a toute sa place pour promouvoir ces CV.

    sep article
    • D’accord avec la réaction de caro, et pourtant je ne travaille auprès des jeunes que depuis 5 ans, mais déjà en 2012 on parlait de CV “solidaire” avec le Club Face (fondation agir contre l’exclusion) qui proposait a quelques détails près exactement la même chose. Bref, rien de nouveau, si ce n’est l’appellation.
      Si on se tourne du côté de l’Europe, le “Youthpass”, avec ses qualités et ses défauts, permet également la valorisation des compétences acquises dans des cadres informels depuis bien des années.
      L’objectif de JCE est louable, mais je déplore le fait que les expérimentations se répètent au fil des années, en ayant cette impression qu’on ne capitalise pas les bilans de celles-ci et qu’on réinvente sans cesse la même chose en faisant croire à une innovation…

      sep article