Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Piétonnisation, parkings et vignette au centre d’une “marche pour la voiture”

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Une trentaine de manifestants ont défilé dans Grenoble ce mardi 25 avril à l’appel de l’Automobile club dauphinois. L’objectif ? Dénoncer, de manière symbolique à travers cette opération intitulée « On marche pour la voiture », les mesures jugées “discriminatoires et injustes” prises à l’encontre des automobilistes par la Ville de Grenoble et la Métropole.

 

 

 

Une marche pour la voiture avait lieu à Grenoble ce 25 avril à l’appel de l’Automobile club dauphinois contre des mesures "discriminatoires et injustes". © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

“La faible mobilisation ? C’est vrai que nous n’avons pas inondé la presse de notre manifestation et nous ne sommes pas là pour embêter le monde », explique Christian Simonetti, le président de l’Automobile club dauphinois (ACD). Ce même club qui, à travers l’opération “On marche pour la voiture », a appelé – de manière très confidentielle – ses sympathisants et autres commerçants à venir manifester, ce mardi 25 avril, leur “ras le bol des mesures discriminatoires et injustes qui se succèdent à Grenoble depuis 3 ans ».

 

Une première pour le vénérable club qui, depuis sa création, n’était jamais descendu dans la rue. Mais aussi une communication tellement discrète qu’au final ils n’étaient guère plus d’une vingtaine au départ de la manifestation devant la gare de Grenoble. Malgré tout, le cortège s’étoffera quelque peu au cours de sa progression vers l’hôtel de ville de Grenoble, puis le siège de la Métropole, mais sans jamais atteindre plus d’une grosse trentaine de participants.

 

 

 

“Non à la vignette écolo !”

 

 

En tête du cortège sous la bannière “La vignette : une pastille de trop ! », Christian Simonetti, casqué, pilote une voiture à pédale rouge qu’il a nommée “La Piolit ». Le suivent à pied les “marcheurs pour la voiture contre la pastille” tandis que deux tractions avant de collection – Automobile club oblige – font office de voitures balais.

 

Dans le cortège une des tractions avant de collection. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dans le cortège une des tractions avant de collection. © Joël Kermabon – Place Gre’net

“Oui aux vélos, non aux autoroutes à vélos dans Grenoble ! », “J’ai besoin de mon auto », “Non à la vignette écolo” ou encore “Préservez nos métiers, nos emplois, notre liberté », pouvait-on lire sur les quelques pancartes et banderoles brandies en silence puisque aucun slogan n’était scandé par le petit groupe.

 

 

Dans la ligne de mire des manifestants, le projet Cœur de ville, cœur de Métropole (CVCM), la banalisation des 30 km/h, les autoroutes à vélos, la tarification des parkings ou encore les déposes rapides “oubliées” dans la restructuration de la gare multimodale de Grenoble. Le pompon revenant à la mise en application, depuis ce 1er janvier, de la fameuse pastille écolo qui frappe injustement et sans aucune efficacité les plus démunis », est-il indiqué sur l’appel à manifester.

 

Retour en images sur cette mini-manifestation dont Christian Simonetti revendique le caractère symbolique et bon enfant.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

“Nous ne sommes pas pour le tout voiture”

 

 

“Nous ne sommes pas pour le tout voiture. Nous aussi on veut du multimodal, mais où la voiture a encore sa place […] Nous aussi, nous voulons respirer du bon air frais […] mais nous voulons des mesures appropriées, justes et efficaces », explique l’Automobile club dauphinois dans le communiqué imprimé à l’occasion de cette manifestation.

 

La pastille sui sera imprimée à 3 000 exemplaires. © Automobile club dauphinois.

La pastille qui sera imprimée à 3 000 exemplaires. © Automobile club dauphinois.

Un communiqué axé principalement sur la fameuse pastille jugée “ségrégative [puisque] pendant les pics elle oblige des personnes âgées, des handicapés ou des travailleurs à rester à la maison », affirme l’association.

 

Et puisqu’il est question de pastilles, l’Automobile club dauphinois en a repris le concept. En effet, 3 000 vignettes où il est affirmé “Je suis écolo, je garde ma vieille auto” sont en cours d’impression. Elles seront remises aux adhérents “et aussi à ceux qui râlent” en même temps que leur récépissé de cotisation, nous précise Alain Freyssinet, vice-président de l’ACD.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2270 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. J’ai vraiment peur pour CVCM et Piolle avec une manifestation pareille. C’est beau d’être ridicule… moi aussi je veux du multimodal : des vraies pistes cyclables et plus de places pour les piétons à la place d’autoroutes urbaines. Rappelons que 75% de l’espace des voiries est dédié à la seule automobile, entre sa circulation et son stationnement. On peut bien équilibrer non ? Je ne sais pas où est le «dogmatisme»…
    Notons que quelques accrochages ont eu lieu entre eux et quelques cyclistes en faveur des fameuses «autoroutes à vélo». «Vous êtes envoyés par Piolle, donc ?» se sont vu répondre les cyclistes. Et eux, payés par les lobbys de l’industrie automobile ?

    sep article
    • JK

      27/04/2017
      14:02

      Pour l’intervention des cyclistes, effectivement, mais un simple accrochage, chacun restant sur ses positions, qui s’est terminé en conversation disons.. animée. On en voit un petit bout dans la vidéo du reste.

      sep article
  2. @JL ok merci, donc le fait que l automobile club s engagé / donne un avis est atypique et souligné leur propos ( si ils sont habituellement réservés)
    Merci de votre retour, vraiment je ne comprenais pas

    Dans les petits faits dont personne ne parle: fermeture Creche arpenteurs, la seule Creche de niveau de grenoble (a Chorrier Berriat). Les enfants étaient par classe d âge et cela était super pour eux en terme d apprentissage, ne pas mélanger l enfant de 2 ans avec celui de 6 mois

    Une rubrique pourrait manque à votre journal : regard sur. Avec présentation de la salle noire, de la salle rouge, de la cinetaheque,, du patio du musée duaphinois (ou de sa chapelle baroque) des esclaliers en ligne droite qui descendent ede la Bastille vérs St Laurent, de l eglise œcuménique de Malherbe etc. C est un format peut être trop magazine pour votre journal d information mais ca peut aussi éclairer / remettre en contexte
    Bonne journée

    sep article
    • MB

      27/04/2017
      8:43

      Bonjour,
      Merci pour ces propositions intéressantes que nous allons étudier 😉
      Bonne journée,
      MB

      sep article
  3. sep article
    • JK

      26/04/2017
      23:21

      A partir de combien de personnes faudrait-il donc relater un fait ? Il est vrai que la mobilisation était très faible, ce que nous relevons du reste. Pour autant, fallait-il passer complètement sous silence cette démarche inhabituelle de l’Automobile club dauphinois ?

      sep article