Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Présidentielle : des chercheurs testent dimanche à Grenoble le vote alternatif

sep article

FOCUS – Dimanche 23 avril, vote uninominal majoritaire à deux tours oblige, il faudra choisir un seul ou une seule des onze candidats à la Présidentielle. A moins d’aller glisser son bulletin dans l’urne du bureau de vote de la Halle des sports du vieux Temple à Grenoble. C’est notamment là que sera testé le vote alternatif, qui permet aux électeurs de donner leur avis sur tous les candidats.

 

 

 

A l’occasion du premier tour de la Présidentielle, dimanche 23 avril, des chercheurs vont tester dans cinq villes en France, dont Grenoble, Crolles et Allevard-les-Bains, des modes de scrutins alternatifs… Frustrés de ne pas dépendre de l’un des seize bureaux de vote concernés au total ? Qu’à cela ne tienne, les chercheurs proposent aux internautes, sans conditions particulières, de voter librement en ligne, sur le site de l’expérience.

Dans un quartier à Grenoble, affiches des candidats au premier tour de l'élection présidentielle 2017 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Dans un quartier à Grenoble, affiches des candidats au premier tour de l’élection présidentielle 2017 © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

 

A Grenoble, le bureau de vote de la Halle des sports du vieux Temple, dans le quartier de l’ Île verte, a été désigné pour l’expérience, supervisé par le laboratoire d’informatique de Grenoble (CNRS/Grenoble INP/Université Grenoble Alpes). Les électeurs qui dépendent de ce bureau, voteront de manière classique puis pourront se prêter à l’expérience… 

 

Même dispositif en apparence que pour le vote uninominal : des urnes et des isoloirs, mais un matériel de vote sensiblement différent en revanche… Deux scrutins alternatifs sont ici testés : le vote par approbation et le vote par note, encore appelé vote de valeurs

 

 

Avec le vote par valeur, François Bayrou était élu président en 2007

 

 

Dans le vote par approbation, l’électeur peut approuver ou désapprouver un ou plusieurs candidats (en cochant un formulaire sur lequel tous les candidats sont inscrits). Le gagnant est celui qui est le plus « approuvé ». Dans le vote par note, l’électeur donne, s’il le souhaite, à chacun des candidats, l’une de ces trois notes :  -1,0,2. Le candidat victorieux est celui qui engrange le plus de points.

 

Objectif de cette expérience ? Montrer que les modes du scrutin influencent nettement les résultats. Les chercheurs le savent parfaitement bien, du reste. En témoignent des expériences similaires réalisées aux cours de précédentes élections.

Expérience du vote par note pour le premier tour des présidentielles. A retrouver sur http://vote.imag.fr/info DR

Expérience à Grenoble du vote par note pour le premier tour de la  Présidentielle. A retrouver sur http://vote.imag.fr/info DR

En 2012, lors d’une expérience de vote par approbation,  Eva Joly, candidate Europe Ecologie Les Verts qui n’avait fait à la Présidentielle officielle qu’un petit score, était approuvée par 26,7 % des électeurs.

 

« Dès que l’on permet aux gens de s’exprimer sur tous les candidats, les petits font des meilleurs scores » indique Sylvain Bouveret, enseignant-chercheur à Grenoble INP/Laboratoire d’informatique de Grenoble.

 

Avec le système du vote par valeur, François Bayrou, candidat du Modem était élu président en 2007.

 

Et si, d’aventure, le vote par approbation ou par valeur incarnait finalement mieux une sorte de désir collectif ?  A vrai dire, là n’est pas pas la démonstration que visent à faire les chercheurs. « Notre objectif est scientifique. Voter c’est prendre une décision collective, or selon les modes de scrutins, les résultats peuvent changer, ce qui nous intéresse est de comprendre les mécanismes de ces différences…» explique Sylvain Bouveret, qui ajoute : « Il n’y a pas de scrutin parfait, certains ont de meilleures propriétés que d’autres ».

 

Les chercheurs sont ainsi particulièrement attentifs à la moindre inflexion… Par exemple, ils ont observé que dans le vote par note, l’expressivité de l’électeur peut varier selon les valeurs proposées ( 0,1,2 ou -1,0,2). Et les résultats derrière…

 

 

 

Si la France votait comme en Irlande, Jean-Luc Mélenchon serait président

 

 

Pour ne pas semer la confusion dans l’élection officielle, les scientifiques communiqueront leurs résultats après le deuxième tour de la Présidentielle…

Merci Alfred a organisé, en mars dernier, une élection en utilisant le mode de scrutin pratiqué en Irlande

Merci Alfred a organisé, en mars dernier, une élection en utilisant le mode de scrutin pratiqué en Irlande.

Une précaution que Merci Alfred n’a pas prise. Le site a testé en mars dernier le système de vote alternatif utilisé en Irlande (en plusieurs rounds), ainsi qu’aux législatives australiennes et aux élections locales à San Francisco.

 

En deux jours, 45 000 personnes se sont exprimées…

 

Le gagnant de cette « contre élection » ? Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise. «  Pour autant, cette contre-élection ne doit pas être considérée comme un vrai sondage » ont pensé nécessaire de commenter les responsables du site Merci Marcel :  « même si 45 000 votants, c’est énorme, les personnes mobilisées sur la plateforme étaient surtout des jeunes, urbains, actifs sur les réseaux…».

 

 

Séverine Cattiaux 

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
4560 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Pour aller plus avant sur l’expérimentation qui va être menée et que les chercheurs n’explicitent pas clairement dans le courrier envoyé aux électeurs du bureau vieux temple, voilà de ce dont il s’agit.
    Ces chercheurs se trompent d’élection.

    Pour vous donner un exemple, si lors du premier comptage le candidat X arrive en tête mais sans majorité absolue, on élimine le candidat Y qui a obtenu le moins de voix et on transfère les votes des électeurs de Y aux autres candidats selon leur deuxième préférence. Et ainsi de suite.

    Derrière se système réside le concept du vainqueur de Condorcet, c’est à dire celui, s’il existe, qui, comparé tour à tour à tous les autres candidats, s’avèrerait à chaque fois être le candidat préféré.

    Ce mode de scrutin favorise les courants de pensée majoritaires , tout en n’excluant pas non plus des vainqueurs extrémistes
    il est élu. Sinon, on supprime le candidat qui a recueilli le moins de voix et on barre son nom dans tous les bulletins des électeurs, modifiant ainsi le rang des candidats placés après le candidat éliminé. De nouveau, on compte les voix des candidats… On répète l’opération jusqu’à obtention d’une majorité absolue, ce qui arrive inévitablement (au pire lorsqu’il ne reste plus que deux candidats en lice).
    Pour vous donner un exemple, si lors du premier comptage le candidat X arrive en tête mais sans majorité absolue, on élimine le candidat Y qui a obtenu le moins de voix et on transfère les votes des électeurs de Y aux autres candidats selon leur deuxième préférence. Et ainsi de suite.

    Derrière se système réside le concept du vainqueur de Condorcet, c’est à dire celui, s’il existe, qui, comparé tour à tour à tous les autres candidats, s’avèrerait à chaque fois être le candidat préféré.

    Ce mode de scrutin favorise les courants de pensée majoritaires , tout en n’excluant pas non plus des vainqueurs extrémistes, comme se serait vraisemblablement le cas en France dans ce scrutin.

    Il n’existe qu’un seul pays qui utilise le vote préférentiel transférable pour élire son chef de l’Etat, qui n’a qu’une fonction représentative, c’est l’Irlande, de puis 1937 et la création de la République de l’Eire.

    Disons le clairement: si le votre préférentiel transférable pourrait se justifier pour les élections législatives, il est parfaitement absurde pour une élection présidentielle. Pour une raison extrêmement simple: en France, on ne choisit pas un chef de l’Etat n’ayant que des fonctions de représentation.

    Aucun pays n’élit ses gouvernants – la femme ou l’homme qui gouverne, qu’il/elle soit Président(e) ou Premier ministre selon cette méthode, parce que ce système de vote est la fin de la politique car favorisant systématiquement les positions centristes et conservatrices, sans pour autant mette à l’abri des “bugs” extrémistes, comme serait le cas aujourd’hui.

    Et les seuls pays utilisant ce mode scrutin ont des régimes parlementaires, où le Premier Ministre est le chef du parti ou de la coalition disposant de la majorité parlementaire nommé par un Président ou un Monarque qui n’a aucun pouvoir.

    Ces chercheurs se trompent d’élection: c’est aux législatives qu’il faut expérimenter le votre préférentiel transférable, pas à l’élection présidentielle. Cela reviendrait à rendre la présidentielle soit parfaitement insipide, soit franchement dangereuse.

    La politique n’est pas que raison, c’est aussi beaucoup de passion qui loin de diviser, au contraire soude le pays.

    Laissons les passions s’exprimer pour la présidentielle. Et faisons en sorte que la raison prévale pour les législatives, par lesquelles est élu l’assemblée qui seule représente le peuple, qui fait les lois et qui est chargée de contrôler l’exécutif.

    sep article
  2. Courrier aux chercheurs en informatique qui n’ont visiblement rien compris à ce qu’est l’élection présidentielle…

    Chers Messieurs,

    Certains de nos membres ont reçu votre courrier concernant votre expérience sur des modes de scrutins alternatif lors de la présidentielle 2017. Dans ce cadre, nous avons un certain nombre de question à vous poser.

    Pourriez-vous nous faire parvenir copie de l’autorisation de M. le Ministre de l’intérieur, car c’est le Ministre et non pas la Préfecture qui est seul habilité à autoriser des expériences lors de scrutins nationaux?
    Ne vous trompez-vous pas d’élection pour procéder à cette expérience? Aucun pays au monde n’élit son chef de l’État avec les modes de scrutins que vous comptez expérimenter.
    L’Irlande a un régime parlementaire et le Président de la République d’Eire est élu au suffrage universel direct lors d’un scrutin uninominal. Seuls les députés de la Dáil Éireann sont pour certains élus au vote par préférence et le Premier Ministre est le chef du parti ayant le plus députés, comme dans tous les régimes parlementaires
    L’Australie est un état fédéral. Seuls les députés fédéraux sont élus au vote à la préférence depuis 1918. Les gouverneurs d’états sont élus par scrutin uninominal, tout comme les députés des états. Et le chef de l’État australien est la Reine d’Angleterre.
    Nous entendons bien que vous êtes des chercheurs en informatique, mais n’auriez-vous pas du d’abord vous renseigner sur la différence fondamentale qui existe en élire le chef de l’exécutif qui ne fait « que » diriger l’État, alors que la seule institution qui représente le peuple français est le Parlement, le pouvoir législatif?
    Non, le vote n’est pas une décision collective comme il est affirmé dans un article de Place Gre’net! C’est une décision individuelle de chaque citoyen menant à un résultat une fois les suffrages agrégés. Votre préjugé conceptuel est erroné, biaisé et par conséquent ne mènera pas à des résultats probants. Vous vous trompez de jeu.
    Avez vous évalué l’impact potentiellement nocif de votre expérience lors d’un scrutin dans un contexte particulièrement tendu? Car en effet, ceux qui ne seront pas élus ne manqueront pas d’utiliser les résultats de votre expérimentation pour contester la légitimité et vous risquez de causer un Notre Dame Des Landes de proportions nationale, parce que vous appliquez des modes de scrutins où ils ne doivent pas l’être. Une expérience qui peut potentiellement tuer le sujet, ne s’appelle t-elle pas de la vivisection?
    Pouvez-vous nous apporter l’assurance que cette expérimentation, qui est loin d’être neutre, ne procède pas d’arrière pensées politiciennes?

    Nous allons être bruts de décoffrage, ne le prenez pas mal: comme la guerre est une chose trop sérieuse pour être laissée aux militaires, le vote est un sujet trop fondamental pour être laissés à des informaticiens. Il eut sans doute été mieux indiqué de réaliser cette expérience lors de scrutin locaux, où elle aurait eu plus de sens, car ils ne visent pas à désigner une seule personne à un seul poste exécutif (ce qui est forcément un scrutin uninominal).

    Nous vous remercions par avance des réponses que vous pourrez nous apporter.

    Nous vous prions, chers Messieurs, d’agréer nos salutations les meilleures.

    sep article
  3. Très intéressant.

    Grosse réserve sur le vote mercialfred et bon buzz pour eux) : Ne trouvez-vous pas compliqué de faire un article sans donner plus de réserves/ prudences sur la qualité des données – outre la périphrase sur les jeunes urbains que ne n’avais pas comprise avant de regarder les données brutes?

    Je suis un citoyen lambda, je lis les titres et rapidement. Vous mettez au même plan les deux initiatives, de qualité très différentes, ce qui pour moi pose problème ?

    OK: maintenant regardons la donnée brute
    http://www.mercialfred.com/lifestyle/contre-election-resultats
    37 % de vote pour Mélenchon au premier tout et 3% pour Le Pen (moins que Poutou)…. Rien en vous choque?, bon je ne suis pas contre un FN à 3% 😀 mais je ne suis pas que vu l’écart des données il faille citer le résultat.

    Vous mettez sur le même plan des initiatives intéressantes, bien diffusées MerciAlfred (45K c’est énorme) mais ayant peut-être naviguée dans une sphère de militants donc inutilisable hormis pour illustrer le principe

    sep article
  4. Et nous rajoutons que ces votes alternatifs sont dans les faits des modes de suffrages indirects, qui vont mener immanquablement à la situation américaine d’un candidat étant élu dans avoir recueilli la majorité du vote populaire!

    Parfaitement débile. D’autant qu’on voit déjà certains utiliser ces résultats pour hurler que c’est pas normal, qu’ils auraient du être élus et que s’ils ont perdu, c’est de la faute du système etc. bref, un NDDL à l’échelle nationale.

    La démocratie, c’est un citoyen , une voix, et celui qui rassemble la majorité des voix est élu.

    sep article
  5. Ce qui est parfaitement débile, parfaitement masturbatoire car l’élection présidentielle vise à choisir le chef de l’Etat qui ne représente pas tous les français. Seul le Parlement le fait.
    Et rappelons que par le vote, on demande aux citoyens de prendre une DÉCISION, Donner son avis sur tous les candidats n’est pas prendre une décision. Encore cette manie des algorithmes qui vont décider pour nous? Ce truc est il autorisé par le ministère de l’intérieur? Non parce que s’amuser à faire des expérience in situ et in vivo lors d’une élection présidentielle, c’est assez douteux.

    sep article