Les centres de santé grenoblois ne décolèrent pas après la baisse de subventions

sep article

Notre indépendance c

Après une première manifestation le 6 avril, les salariés de l’Association de gestion des centres de santé grenoblois étaient de nouveau en grève, ce vendredi 14 avril, devant le siège du Conseil départemental de l’Isère, à Grenoble.

 

 

Manifestation de salariés et d'usagers de l'association de gestion des centres de santé grenoblois suite à l'annonce d'une baisse de subventions par le Département de l'Isère. © Mélody Chalvin - placegrenet.fr

Manifestation de sala­riés et d’u­sa­gers de l’as­so­cia­tion de ges­tion des centres de santé gre­no­blois suite à l’an­nonce d’une baisse de sub­ven­tions par le Département de l’Isère. © Mélody Chalvin – placegrenet.fr

« Nos quar­tiers ont la santé, et on veut tous la gar­der », pou­vait-on entendre ce ven­dredi dans la bouche des mani­fes­tants ras­sem­blés devant le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère. Environ 80 per­sonnes pro­tes­taient ainsi dans la bonne humeur et en chan­son contre la baisse des sub­ven­tions dépar­te­men­tales de l’Association de ges­tion des centres de santé gre­no­blois (Agecsa), de 548 491 euros en 2016 à 156 000 euros pour 2017.

 

Les centres de santé étant éta­blis dans des « quasi-déserts médi­caux », selon les méde­cins gré­vistes, cette coupe dans les sub­ven­tions péna­lise sur­tout les patients des quar­tiers vivant dans la pré­ca­rité. Ceux-ci n’auront plus accès à la même qua­lité de soin, à en croire les pro­fes­sion­nels.

 

La pres­sion ne semble en tout cas pas être redes­cen­due depuis la mani­fes­ta­tion du 6 avril, le Département n’ayant fait aucune nou­velle annonce.

 

MC

 

 

commentez lire les commentaires
2506 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je sou­tiens incon­di­tion­nel­le­ment les gré­vistes des centres de santé.
    Le sieur Barbier pré­fère inves­tir dans le béton des auto­routes et les canons à neige (« le conseil dépar­te­men­tal de l’Isère met­tra 1 € quand la Région inves­tira 1 € dans un pro­jet de neige de culture. » a‑t-il dit) que dans la santé publique.

    sep article