Les centres de santé grenoblois ne décolèrent pas après la baisse de subventions

sep article

Après une première manifestation le 6 avril, les salariés de l’Association de gestion des centres de santé grenoblois étaient de nouveau en grève, ce vendredi 14 avril, devant le siège du Conseil départemental de l’Isère, à Grenoble.

 

 

Manifestation de salariés et d'usagers de l'association de gestion des centres de santé grenoblois suite à l'annonce d'une baisse de subventions par le Département de l'Isère. © Mélody Chalvin - placegrenet.fr

Manifestation de salariés et d’usagers de l’association de gestion des centres de santé grenoblois suite à l’annonce d’une baisse de subventions par le Département de l’Isère. © Mélody Chalvin – placegrenet.fr

« Nos quartiers ont la santé, et on veut tous la garder », pouvait-on entendre ce vendredi dans la bouche des manifestants rassemblés devant le Conseil départemental de l’Isère. Environ 80 personnes protestaient ainsi dans la bonne humeur et en chanson contre la baisse des subventions départementales de l’Association de gestion des centres de santé grenoblois (Agecsa), de 548 491 euros en 2016 à 156 000 euros pour 2017.

 

Les centres de santé étant établis dans des « quasi-déserts médicaux », selon les médecins grévistes, cette coupe dans les subventions pénalise surtout les patients des quartiers vivant dans la précarité. Ceux-ci n’auront plus accès à la même qualité de soin, à en croire les professionnels.

 

La pression ne semble en tout cas pas être redescendue depuis la manifestation du 6 avril, le Département n’ayant fait aucune nouvelle annonce.

 

MC

 

 

commentez lire les commentaires
1972 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je soutiens inconditionnellement les grévistes des centres de santé.
    Le sieur Barbier préfère investir dans le béton des autoroutes et les canons à neige (« le conseil départemental de l’Isère mettra 1 € quand la Région investira 1 € dans un projet de neige de culture. » a-t-il dit) que dans la santé publique.

    sep article