La jeune pousse grenobloise Sylha teste un mode de paiement alternatif et solidaire

sep article

Nouvelles formations au centre de formation des Charmilles pour la rentrée 2020

Soutenir financièrement des projets locaux et solidaires lors de ses achats via un objet connecté. Tel est l’objectif de Sylha, jeune pousse développée par un entrepreneur de 26 ans qui allie technologie et valeurs sociales. Avec une ambition : devenir leader du paiement alternatif et citoyen en France.

 

 

 

À seulement 26 ans, l’entrepreneur grenoblois Lucas Duchaine a développé une technologie visionnaire alliant solidarité et vie culturelle ; deux thèmes porteurs auprès de la jeunesse française.

 

Sa jeune pousse baptisée Sylha – et incubée au sein de la société d’accélération du transfert de technologies (SATT) de Grenoble Alpes Linksium – propose des pièces connectées, reliées à une application. Toutes sont conçues pour être fixées sur un bracelet. À chaque achat dans un établissement partenaire, les utilisateurs de Sylha collectent, sur cette pièce, des points cumulables.

 

L’intérêt ? Les points sont convertis en valeur marchande, sachant que l’utilisateur peut reverser cette somme sous forme de dons à des associations locales partenaires. Le lancement officiel est prévu pour janvier 2018. En attendant, Sylha se consacre à la recherche de partenaires locaux.

 

 

 

Un moyen de paiement local, alternatif et solidaire

 

 

La jeune pousse se limitera dans un premier temps aux partenaires culturels, avec des points accumulés à chaque consommations achetées pendant un concert, un festival ou un événement culturel. La Belle électrique s’est d’ores et déjà montrée volontaire pour se prêter à l’expérimentation, tester le concept du produit et vérifier l’adhésion des usagers.

 

Ce paiement alternatif pourra venir compléter les initiatives des monnaies locales, comme le Cairn à Grenoble. Sylha mise également sur la transparence pour séduire les utilisateurs. Ces derniers seront ainsi libres de choisir, via l’application, à quels partenaires ils souhaitent reverser leurs “points”.

 

 

 

Le paiement sans contact en plein essor

 

 

L’idée de Lucas Duchaine est née de plusieurs constats. D’abord, le paiement sans contact a connu un essor fulgurant ces deux dernières années : 73 % des Français se déclareraient satisfaits de ce nouveau mode de paiement. Ensuite, les élans de solidarité se multiplient au sein de la société civile, et tout particulièrement à Grenoble. 58 % des Français se déclaraient d’ailleurs donateurs en 2016.

 

Enfin, la volonté de recentrer l’économie sur les initiatives locales n’a jamais été aussi forte. Lucas Duchaine mise donc sur un outil numérique pour prendre part à l’essor d’un nouvel écosystème solidaire et d’un cercle d’échanges vertueux. Reste maintenant à éprouver le concept et à voir si le consommateur adoptera Sylha.

 

 

AMa

 

commentez lire les commentaires
3908 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.