Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La Cour des comptes épingle Sciences Po Grenoble : une dérive qui pose question

sep article

DÉCRYPTAGE – La Cour des comptes fustige, dans un référé, la gestion comptable et budgétaire de l’Institut d’études politiques de Grenoble sur la période 2011-2014. Le rapport, sommaire, apporte toutefois autant de réponses qu’il soulève de questions. Comment a-t-on pu laisser dériver la gestion de l’établissement pendant toutes ces années sans que les autorités de tutelle ou chargées du contrôle ne s’en émeuvent ? Aujourd’hui, l’école redresse doucement la barre mais les zones d’ombre demeurent…

 

 

 

Dans un référé, la Cour des comptes fustige la gestion de plusieurs Instituts d'études politiques de province, dont celui de Grenoble. Cliquer sur l'image pour ouvrir le document.

Dans un référé, la Cour des comptes fustige la gestion de plusieurs Instituts d’études politiques de province. Cliquer sur l’image pour ouvrir le document.

La charge est sévère. Coïncidence ? Elle a été rendue publique la veille de la réélection, à l’unanimité, du directeur de Sciences Po Grenoble. Dans un référé* diffusé le 13 mars 2017, accompagné de la réponse de la ministre de tutelle Najat Vallaud-Belkacem, la Cour des comptes revient sur la gestion budgétaire et comptable de l’Institut d’études politiques (IEP).

 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le premier président de la juridiction financière, l’ex-Grenoblois Didier Migaud, ne prend pas de gants. La Cour des comptes s’est penchée sur la période 2011-2014. 2011, c’est la fin du mandat de l’ancien directeur, Olivier Ihl. Depuis début 2012, le politologue, qui enseigne toujours à Sciences Po, a passé le relais à Jean-Charles Froment. Que s’est-il passé pendant ces quatre années passées au crible par les magistrats ?

 

On savait l’école en difficulté, la Cour des comptes en dresse un portrait peu flatteur. Dans un document de six pages, consacré également aux écoles de Bordeaux et Aix-en-Provence, les magistrats tancent Grenoble. « Compte-tenu de l’importance et de la récurrence des désordres comptables et financiers constatés, la Cour n’a pas pu procéder à l’analyse financière des comptes », notent-ils.

 

 

 

Un déficit jusqu’à – 400 000 euros

 

 

[…]

 

Envie de lire la suite ?

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Cliquez sur le bouton Abonnez-vous et remplissez le formulaire d’adhésion.

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1860 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est un peu dommage de faire porter le chapeau à Jean-Charles Froment qui a été confronté au moment de son élection à des années de dérives financières et autres…

    sep article