Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Grenoble, 10e ville la plus embouteillée de France

sep article

Grenoble est de moins en moins embouteillée. Après avoir touché le fond en 2013, en décrochant le titre de 3e ville la plus empêtrée dans ses bouchons derrière Paris et Lyon, la capitale des Alpes s’éloigne doucement du podium, avec une dixième place cette année, selon la société d’info-trafic américaine Inrix.

 

 

 

Depuis sa 5e place en 2012 puis sa 3e place en 2013, Grenoble s’éloigne du podium des villes françaises les plus embouteillées. L’agglomération a en effet pointé à la 7e place en 2014 et 2015, et gagné encore trois places en 2016. C’est ce que révèle la société Inrix, qui se plonge chaque année dans les chiffres des heures perdues dans les bouchons d’un millier de villes réparties dans trente-huit pays.

 

Grenoble se positionne ainsi dixième, avec 23,6 heures perdues dans les bouchons. Soit un peu plus de 7 heures de gagnées par rapport à 2015. Mais force est de reconnaître que les résultats, du côté grenoblois, sont encore quelque peu hésitants…

 

Sans surprise, Paris remporte toujours haut la main le titre national de ville la plus embouteillée avec plus de 65 heures perdues en 2016. Dans la région, Lyon finit 4e (28,6 heures), Annecy 30e (12,1 heures), Valence 31e (12 heures), Clermont-Ferrand 41e (10,7 heures), Saint-Étienne 42e (10,6 heures), Romans-sur-Isère 45e (10,3 heures), Chambéry 69e (7,9 heures).

 

 

Grenoble, 277e au niveau mondial

 

 

Et, au niveau mondial, Grenoble se hisse à la 277e place, pas très loin de Copenhague ou d’Ankara. Les comparaisons s’arrêteront là. Reste à interpréter ces résultats, et leurs variations d’une année sur l’autre.

 

“Quand les embouteillages repartent à la hausse, c’est le signe d’un redémarrage économique”, constatait en 2014 Mark Pendergrast, directeur produit à Inrix. Une baisse des embouteillages ne serait, de la même façon, que le résultat d’une économie au ralenti et d’un taux de chômage élevé…

 

 

PC

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2987 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. c’est vraiment ridicule et c’est n’importe quoi d’affirmer qu’une “baisse des embouteillages serait le résultat d’une économie au ralenti et d’un taux de chômage élevé” !!!
    C’est fini les seules voitures pour se déplacer ! à Grenoble et alentours, le déplacement en vélo et en transports en commun est en hausse constante.
    Le dieu bagnole est mort.

    sep article
  2. Moins de déplacements signifie moins d’activité…Grenoble s’appauvrit – ou plutôt les inégalités s’accroissent rapidement. CVCM dans ce contexte va être le clou sur cercueil des quartiers Sud.

    Pour les chiffres de la circulation, il ne faut pas oublier que la congestion importante 2010-2015 fut causée par les travaux du tramway, qui une fois achevés, on livré la baisse de la congestion. Or cela est le résultat de planification faite 10 à 15 à lavance.

    Nous constatons que la Métro et le SMTC n’ont aucun plan sérieux pour les 10-15 prochaines années en matière de transport en commun et que le PDU qui aurait du être adopté en 2015, ne l’est toujours pas. Le PDU est un document fondamental car il permet justement d’avancer sur du concret et peut être modifié au fil du temps, à mesure qu’on avance, en y intégrant les retours d’expérience.

    Mais il est à craindre que l’incapacité des élus actuels au raisonnement systémique et à proposer un projet métropolitain cohérent et intégré qui ne soit pas cadencé sur les échéances électorale ne permettra pas de redresser la barre…

    sep article