Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Une brèche dans la majorité municipale ? Deux élus font sécession…

sep article

FOCUS – La majorité municipale commencerait-elle à se lézarder ? Deux élus d’extrême gauche viennent de claquer la porte du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes pour fonder leur propre groupe. Exclus ? Auto-exclus ? Les deux conseillers municipaux s’étaient abstenus lors du vote du budget 2017. Pour le Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes, pas question d’accepter les voix discordantes. Le budget reste intouchable.

 

 

 

Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot quittent le groupe de la majorité municipale de Grenoble pour fonder leur propre groupe. La majorité se lézarde-t-elle ?

Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot quittent le groupe de la majorité municipale de Grenoble pour fonder leur propre groupe. © Patricia Cerinsek

La majorité municipale se lézarderait-elle ? Deux élus viennent en tout cas de claquer la porte.

 

Guy Tuscher (Ensemble 38) et Bernadette Richard-Finot (parti de gauche) sont passés de la parole aux actes en fondant leur propre groupe « Ensemble à gauche », ouvrant une brèche au sein de l’exécutif grenoblois.

 

Une opposition déclarée et, surtout formalisée, au sein de la majorité municipale ? En quelque sorte. Les deux “sécessionnistes”, dont c’est le premier mandat, n’entendent pas plus être un sous-groupe du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes (RCGE) qu’une nouvelle opposition municipale. Juste un groupe distinct du groupe majoritaire avec un point de vue différent. Et un vote… différent.

 

 

 

« La seule solution, c’était l’abstention »

 

 

Le différend couvait depuis quelques mois. Il s’est cristallisé, politique d’austérité aidant, lors du vote du budget 2017, le 19 décembre dernier, au terme duquel les deux élus d’extrême gauche, issus du monde associatif et militant, se sont abstenus, refusant de cautionner les économies instaurées et dénonçant une co-construction de façade, loin des engagements de la campagne municipale.

 

[…]

 

Envie de lire la suite ?

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Cliquez sur le bouton Abonnez-vous et remplissez le formulaire d’adhésion.

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1856 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. C’est digne du D.L. !!!
    http://c.ledauphine.com/isere-sud/2017/01/09/la-majorite-municipale-se-fissure
    Ces pauvres gens ! ils ne peuvent même pas former un groupe à 2 !
    C’est qu’il reste encore 40 élus dans la majorité !
    Allons, on ne peut quand même pas dire que « ensemble à gauche » soit d’extrême gauche ! à gauche, oui, beaucoup plus que la majorité présidentielle qui se dit de gauche, mais extrême … hum hum hum.
    Ce n’est vraiment pas la peine de faire tout un plat pour 2 membres sur 42 qui ont quitté la majorité municipale ! Ce n’est pas cette minuscule fissure qui va la faire s’écrouler. Pas de chance pour les anit-Piolle.

    sep article
  3. Ce qui va être intéressant c’est de voir si les élus socialistes de Grenoble vont rester dans la majorité métropolitaine.
    S’ils ont le courage – et le bon sens – de la quitter, cela peut faire basculer pas mal de choses à la Métro, à commencer par CVCM…

    Nous l’avions dit, 2017 va être drôle et sauvage – et ce n’est que le début.

    sep article