Procès Ferrari – Le Postillon : contre l’objectivité

sep article



TRIBUNE LIBRE - « Absence de prudence dans l’expression et d’objectivité ». Voilà, en résumé, les raisons pour lesquelles Le Postillon vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Grenoble à payer 6 900 euros d’amende, dommages et intérêts et remboursement de frais de justice(1). Vincent Peyret, directeur de publication du journal satirique revient sur ce jugement.

 

 

 

saut à l'élastique pont

Vincent Peyret, direc­teur de publi­ca­tion du Postillon, sau­tant vers l’in­connu après la condam­na­tion du jour­nal sati­rique en pre­mière ins­tance. (allé­go­rie) DR

 

Six mille neuf cents euros, ça fait une belle somme pour le seul jour­nal papier indé­pen­dant de Grenoble et sa cuvette. Mais il y a quand même une rai­son de se réjouir : avec de tels griefs, nombre de jour­naux ins­ti­tu­tion­nels devraient éga­le­ment être condam­nés dans les pro­chains temps.

 

Le Postillon n’a pas été condamné pour avoir écrit des men­songes. Notre jour­nal était pour­suivi pour un article paru en décembre 2015, inti­tulé « Le sys­tème Ferrari à plein régime ». Trois pages docu­men­tant la souf­france au tra­vail à la mai­rie du Pont-de-Claix, résul­tat d’une ges­tion des res­sources humaines chao­tique de la part du maire Christophe Ferrari (par ailleurs pré­sident de la Métropole) et de sa direc­trice de cabi­net Yveline Denat. Ces deux per­son­nages ont pour­suivi Le Postillon pour « injures » et « dif­fa­ma­tion », entraî­nant la condam­na­tion tom­bée le 26 sep­tembre der­nier.

 

Les moti­va­tions du tri­bu­nal viennent seule­ment de nous être com­mu­ni­quées jeudi 13 octobre. Ce que l’on nous reproche, c’est de ne pas avoir « recher­ché sérieu­se­ment » l’a­vis des « per­sonnes mises en cause » : « L’auteur de l’ar­ticle a indi­qué avoir recher­ché l’a­vis des per­sonnes en cause en essayant de joindre télé­pho­ni­que­ment la muni­ci­pa­lité et de ne pas avoir été rap­pelé. Compte tenu de la teneur de l’ar­ticle, il est dom­mage qu’une démarche écrite à l’é­gard de Christophe Ferrari et d’Yveline Denat n’ait pas été ten­tée. »

 

 

« Écrire, c’est choisir […] rien n’est objectif »

 

Le tri­bu­nal nous accuse éga­le­ment de ne pas avoir cité dans l’ar­ticle des réponses écrites par Christophe Ferrari face à des doléances d’employés muni­ci­paux, que nous avions insé­rées dans nos pièces de défense, afin de démon­trer la véra­cité de nos pro­pos. Conclusion du tri­bu­nal : « En l’ab­sence de pru­dence dans l’ex­pres­sion et d’ob­jec­ti­vité, la bonne foi ne peut être rete­nue alors que les pro­pos sont atten­ta­toires à l’hon­neur ou à la consi­dé­ra­tion des par­ties civiles ou inju­rieux pour cer­tains des termes. » Ce qui fait 6 900 euros à débour­ser pour notre petite struc­ture asso­cia­tive : ça fait quand même cher pour une « démarche écrite » non « ten­tée ».

 

Cette « absence d’ob­jec­ti­vité », nous la reven­di­quons. Il faut être soit fou soit sala­rié des Affiches de Grenoble et du Dauphiné pour pré­tendre faire du jour­na­lisme « objec­tif ». Écrire, c’est choi­sir. Décider de trai­ter un sujet plu­tôt qu’un autre, ce n’est pas objec­tif. Laisser tant de place à un fait divers ou à un match de foot, ce n’est pas objec­tif. L’enchaînement des mots, des phrases, des para­graphes, le choix des per­sonnes inter­ro­gées ou des pho­tos d’illus­tra­tions : rien n’est objec­tif.

 

Quant à « l’absence de pru­dence dans l’ex­pres­sion », elle est bien dif­fi­ci­le­ment défi­nis­sable et on peut la retrou­ver par­tout. Ceci est par­ti­cu­liè­re­ment vrai dans les jour­naux de pro­pa­gande, entiè­re­ment finan­cés par l’argent public, et louan­geant les actions des élus et des col­lec­ti­vi­tés.

 

 

Un jugement non-définitif du fait de l’appel

 

Ferrari, élu maire du Pont-de-Claix avec seule­ment 1 589 voix en 2014 (avec plus de 3 000 exem­plaires par numéro ven­dus, nous avons plus de lec­teurs que lui d’électeurs), dis­pose de moyens colos­saux de com­mu­ni­ca­tion. Le bud­get pro­pa­gande de la Métropole s’é­lève à 1,68 mil­lion d’eu­ros. Son jour­nal est tiré à plus de 200 000 exem­plaires et offre régu­liè­re­ment à son pré­sident des tri­bunes comme cette « inter­view croi­sée » avec le pré­sident de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie Jean Vaylet dans le numéro d’été.

 

Il peut éga­le­ment se défendre dans Sur le Pont, le jour­nal muni­ci­pal du Pont-de-Claix. Dans son der­nier numéro de sep­tembre-octobre, on peut ainsi trou­ver un article non signé inti­tulé « Le maire gagne le pro­cès contre Le Postillon ». Ce titre relève pour le coup d’une grande impru­dence dans l’ex­pres­sion. Le Postillon a annoncé avoir fait appel du juge­ment cor­rec­tion­nel du 26 sep­tembre 2016 : la déci­sion n’est donc pas défi­ni­tive, puisque mise à néant par la voie de recours. Impossible pour l’ins­tant de devi­ner son issue finale.

 

En outre, Sur le pont affirme que « le tri­bu­nal a consi­déré que les allé­ga­tions de cet article concer­nant l’existence d’un pré­tendu sys­tème de ges­tion auto­cra­tique de la com­mune et de son per­son­nel et de pra­tiques de har­cè­le­ment moral étaient fausses ». Ceci est men­son­ger : jamais le juge­ment du 26 sep­tembre 2016 ne nie les faits rap­por­tés par Le Postillon. Il recon­naît même l’exis­tence de « pièces (attes­ta­tions d’employés muni­ci­paux à la retraite, docu­ments de la CGT, compte-rendu du CHSCT de 2013…) étayant l’ar­ticle liti­gieux ».

 

Certains pas­sages de ces attes­ta­tions montrent d’ailleurs que nous n’a­vons pas man­qué de « pru­dence » lors de la rédac­tion de cet article : des anciens sala­riés avaient bien avant nous parlé « d’o­merta géné­ra­li­sée », de « cli­mat de sus­pi­cion géné­ra­lisé », de « souf­france immense », etc.

 

 

Près de cinq fois plus de communicants que de journalistes au Club de la presse

 

Si la déci­sion du 26 sep­tembre 2016 condamne le jour­nal, c’est donc seule­ment pour ne pas avoir retrans­crit l’a­vis de Christophe Ferrari et d’Yveline Denat. Le Postillon se réjouit néan­moins de par­ta­ger cette sup­po­sée « absence de pru­dence dans l’ex­pres­sion et d’ob­jec­ti­vité » avec la rédac­tion de Sur le pont. Pour le jour­nal muni­ci­pal, cette impru­dence sub­jec­tive saute aux yeux dans ce compte-rendu de pro­cès comme dans l’in­ter­view très apo­lo­gé­tique du maire (qui appa­raît quand même 11 fois en photo dans les 24 pages du jour­nal).

 

Bien entendu, Sur le pont n’est pas un cas isolé : com­bien d’autres jour­naux ins­ti­tu­tion­nels méri­te­raient à chaque paru­tion d’être condam­nés pour « absence de pru­dence dans l’ex­pres­sion et d’ob­jec­ti­vité » ? Il y a près de cinq fois plus de com­mu­ni­cants que de jour­na­listes au Club de la presse de Grenoble et de l’Isère : en 2015, sur les 195 membres, 154 étaient des com­mu­ni­cants offi­ciels. Pourtant, si le tri­bu­nal condamne un petit jour­nal pour ne pas avoir « tenté » de « démarche écrite », on ne reproche jamais à ces boni­men­teurs de pondre de la pro­pa­gande éhon­tée.

 

Soucieux de lais­ser la jus­tice tra­vailler sur des sujets impor­tants et d’é­co­no­mi­ser l’argent public, Le Postillon ne por­tera néan­moins pas plainte contre l’ar­ticle dif­fa­ma­toire de Sur le pont et laisse la Cour d’appel de Grenoble tran­cher le litige ini­tial. En espé­rant que sa déci­sion soit bien entendu la plus « objec­tive » pos­sible.

 

***

 

 

(1) Le juge­ment du 26 sep­tembre a reconnu le jour­nal cou­pable et l’a condamné à ver­ser « 2 000 euros d’a­mende, dont 1 000 avec sur­sis », à « publier en une du jour­nal et sur son site inter­net le juge­ment », à ver­ser éga­le­ment « 2 000 euros de dom­mages-inté­rêts à Yveline Denat », plus « 1 500 euros de dom­mages-inté­rêts à Christophe Ferrari », plus « 1 200 euros cha­cun pour le rem­bour­se­ment de leurs frais de jus­tice ». Vous pou­vez sor­tir vos cal­cu­lettes : ça fait 6 900 euros, plus 1 000 euros avec sur­sis.

 

 

* Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont voca­tion à nour­rir le débat et contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
8206 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bonsoir,
    Je ne vois pas le rap­port avec le Club de la Presse.
    J’ai dû lou­per un épi­sode.

    sep article
  2. Superbe tri­bune ! Merci
    Très mau­vaise idée que d’es­ter contre un jour­nal sati­rique car celui qui attaque perd tou­jours au final même s’il gagne devant le tri­bu­nal.

    Surtout que là, la condam­na­tion risque bien d’être cas­sée en appel.

    Il va fal­loir que les élus acceptent la trans­pa­rence car la loi la leur impose. Et évi­ter d’é­crire à la Présidente du Tribunal Administratif pour se plaindre des « consé­quence poli­tiques » de l’a­vis per­son­nel motivé d’un com­mis­saire enquê­teur qui ne fait que ce que la loi lui impose. Ca fait désordre et ça n’aide pas à la cré­di­bi­lité.

    sep article