Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les bibliothécaires appellent à de nouvelles manifestations

sep article

La fronde contre la fermeture de trois bibliothèques de proximité dans le cadre du « plan de sauvegarde » adopté par la Ville de Grenoble ne faiblit pas. Après s’être manifestés durant l’inauguration du Mois de P’tits lecteurs, les syndicats appellent à deux nouvelles manifestations aux mois d’octobre et de novembre.

 

 

« A l’occasion de cette neuvième édition du Mois des P’tits Lecteurs, la municipalité Piolle offre aux bébés grenoblois un livre mais aussi la fermeture de trois bibliothèques », écrit le syndicat Sud dans un communiqué, faisant référence au livre offert par la municipalité à tous les Grenoblois nés en 2016.

 

Jugeant que le « plan de sauvegarde » est « un plan de réduction du service public et des personnels », les bibliothécaires en lutte, soutenus par les syndicats CGT, FO et Sud, appellent à « rejoindre le 15 octobre à 10 h 00 les habitants du quartier Alliés-Alpins à la maison des initiatives », avenue Blum, ainsi qu’à manifester le 7 novembre à 17 h 30 devant l’Hôtel de Ville, à l’occasion du conseil municipal.

 

Annoncé en juin 2016, le plan d’austérité adopté par la Ville de Grenoble, qui comprend notamment la fermeture des bibliothèques Alliance, Hauquelin et Prémol, soulève de nombreuses indignations et a donné lieu à une coalition de Matthieu Chamussy, le président du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, et de Jérôme Safar, le président du groupe Rassemblement de gauche et de progrès.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1726 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il est certain que lorsque l’on touche à la culture, on touche à un symbole.
    Symbole car le livre, c’est l’éducation, c’est l’accès à tous à un richesse universelle.
    Symbole aussi, car c’est à travers le livre que l’on transmet l’histoire, les idées, et que l’on arrive à se forger ses propres convictions.
    Symbole enfin parce que la bibliothèque est un espace public où l’on se rencontre.

    Je n’ai pas compris cette décision riche de “symboles”, et qui appauvrit le citoyen dans sa quête que progrès. Là où certains ont fermé l’accès aux livres dans le passé, la société s’est transformée dans un espace contraint, non démocratique, et on pronait l’inverse.
    Evidemment, il ne faut pas amalgamer, mais pourtant c’est l’image qui reste, celle de l’autocrate qui décide seul, sans concertation citoyenne, sans l’avoir inscrit dans des engagements de campagne, sur un sujet qui pourtant nous concerne directement.

    Je soutiens l’union politique gauche-droite contre le municipalité, car il ne s’agit pas de politique, mais bien de choix de société, et dans ces moments les clivages n’auraient aucun sens. Dommage qu’Eric PIOLLE soit si mal conseillé.

    sep article