Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Services publics à Grenoble : le plan passe, la concertation trépasse

sep article

DÉCRYPTAGE – En économisant 14 millions d’euros sur ses services publics, la Ville de Grenoble se donne deux ans pour échapper à une éventuelle mise sous tutelle. Mais le plan d’austérité passe mal auprès de l’opposition municipale, qui dénonce des mesures prises sans concertation, une absence de chiffrage et de calendrier. Sans réelle prise sur un plan qui, désormais lancé, ne sera pas rediscuté et voté avant le débat d’orientations budgétaires en novembre.

 

 

 

Eric Piolle lors de la présentation du plan d'austérité de la ville et la refonte des services publics.

Eric Piolle lors de la présentation du plan d’austérité de la Ville et la refonte des services publics. © Patricia Cerinsek

C’est donc parti pour 14 millions d’économies ! Le cadre du plan de refondation des services publics est posé. Reste à le mettre en œuvre. La Ville de Grenoble s’est donné deux ans pour commencer à se serrer la ceinture. Pour redresser la (mauvaise) pente sur laquelle elle est engagée.

 

Un plan d’économies préparé depuis deux ans par la majorité municipale, en concertation avec les cadres de la Ville. Mais sans les usagers, dont certains ont exprimé leur mécontentement lundi 20 juin 2016 en manifestant bruyamment devant les portes de l’Hôtel-de-ville lors du conseil municipal. Sans les élus de l’opposition non plus qui, lors de l’examen du compte administratif de la Ville, ont tenté de replacer la question au cœur du débat municipal.

 

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Mais le plan de sauvegarde des services publics, qui ne faisait pas l’objet d’un vote ce soir-là, devra attendre novembre et la tenue du débat d’orientation budgétaire. Déjà serré, le calendrier se resserre un peu plus…

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2433 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ping : Grenoble : Comment la mairie Les verts/PG confirme l'impasse réformiste – ★ infoLibertaire.net

  2. Qu’on soit pour ou contre les restrictions et le serrage de ceinture, j’aimerais poser une question à M. Chamussy : quelle est la municipalité qui a associé les habitants aux décisions budgétaires ?

    sep article
  3. Sans compter que tout cela est parfaitement illégal: seul le conseil municipal peut valider des modifications au budget 2016, que ce soit en dépenses ou en recettes…

    Dérive autocratique inacceptable.

    sep article
  4. 14 millions, c’est parfaitement fictionnel!
    Rien n’est chiffré, il n’y a aucun plan dont on peut étudier le bien fondé, la logique et évaluer l’impact… Rien. Peanuts. Wallou!
    Elisa Martin l’a bien dit en conseil municipal: la majorité se contrefiche de l’avis des habitants et des l’opposition (qui représente 60% des grenoblois qui n’ont pas voté pour cette majorité)…

    Mais qui sont ces élus qui croient avoir obtenu un blanc seing pour 6 ans et qui refusent de rendre compte, de justifier avec des éléments concrets et irréfutable lez bien fondé de leurs décisions au quotidien?

    Vivement que la CRC fasse la transparence sur les comptes de la ville de Grenoble…

    sep article