Services publics à Grenoble : le plan passe, la concertation trépasse

sep article

Notre indépendance c

DÉCRYPTAGE – En économisant 14 millions d’euros sur ses services publics, la Ville de Grenoble se donne deux ans pour échapper à une éventuelle mise sous tutelle. Mais le plan d’austérité passe mal auprès de l’opposition municipale, qui dénonce des mesures prises sans concertation, une absence de chiffrage et de calendrier. Sans réelle prise sur un plan qui, désormais lancé, ne sera pas rediscuté et voté avant le débat d’orientations budgétaires en novembre.

 

 

 

Eric Piolle lors de la présentation du plan d'austérité de la ville et la refonte des services publics.

Eric Piolle lors de la pré­sen­ta­tion du plan d’aus­té­rité de la Ville et la refonte des ser­vices publics. © Patricia Cerinsek

C’est donc parti pour 14 mil­lions d’économies ! Le cadre du plan de refon­da­tion des ser­vices publics est posé. Reste à le mettre en œuvre. La Ville de Grenoble s’est donné deux ans pour com­men­cer à se ser­rer la cein­ture. Pour redres­ser la (mau­vaise) pente sur laquelle elle est enga­gée.

 

Un plan d’économies pré­paré depuis deux ans par la majo­rité muni­ci­pale, en concer­ta­tion avec les cadres de la Ville. Mais sans les usa­gers, dont cer­tains ont exprimé leur mécon­ten­te­ment lundi 20 juin 2016 en mani­fes­tant bruyam­ment devant les portes de l’Hôtel-de-ville lors du conseil muni­ci­pal. Sans les élus de l’opposition non plus qui, lors de l’examen du compte admi­nis­tra­tif de la Ville, ont tenté de repla­cer la ques­tion au cœur du débat muni­ci­pal.

 

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Mais le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics, qui ne fai­sait pas l’objet d’un vote ce soir-là, devra attendre novembre et la tenue du débat d’orientation bud­gé­taire. Déjà serré, le calen­drier se res­serre un peu plus…

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4036 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ping : Grenoble : Comment la mairie Les verts/PG confirme l'impasse réformiste – ★ infoLibertaire.net

  2. Qu’on soit pour ou contre les res­tric­tions et le ser­rage de cein­ture, j’ai­me­rais poser une ques­tion à M. Chamussy : quelle est la muni­ci­pa­lité qui a asso­cié les habi­tants aux déci­sions bud­gé­taires ?

    sep article
  3. Sans comp­ter que tout cela est par­fai­te­ment illé­gal : seul le conseil muni­ci­pal peut vali­der des modi­fi­ca­tions au bud­get 2016, que ce soit en dépenses ou en recettes…

    Dérive auto­cra­tique inac­cep­table.

    sep article
  4. 14 mil­lions, c’est par­fai­te­ment fic­tion­nel !
    Rien n’est chif­fré, il n’y a aucun plan dont on peut étu­dier le bien fondé, la logique et éva­luer l’im­pact… Rien. Peanuts. Wallou !
    Elisa Martin l’a bien dit en conseil muni­ci­pal : la majo­rité se contre­fiche de l’a­vis des habi­tants et des l’op­po­si­tion (qui repré­sente 60% des gre­no­blois qui n’ont pas voté pour cette majo­rité)…

    Mais qui sont ces élus qui croient avoir obtenu un blanc seing pour 6 ans et qui refusent de rendre compte, de jus­ti­fier avec des élé­ments concrets et irré­fu­table lez bien fondé de leurs déci­sions au quo­ti­dien ?

    Vivement que la CRC fasse la trans­pa­rence sur les comptes de la ville de Grenoble…

    sep article