Vols de vélos : la préfecture relance la lutte avec le marquage Bicycode

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

EN BREF – La préfecture de l’Isère vient de lancer une campagne de prévention pour lutter contre les vols de vélos. Et recommande l’enregistrement des deux-roues. Comment ? Grâce à Bicycode ®, un système de marquage du cadre des vélos conçu par la Fédération française des usagers de la bicyclette. Objectifs : restituer à leurs propriétaires les vélos volés. Mais aussi éviter le recel et la revente illicite.

 

 

 

Vélo de la Métro. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Tous les vélos ne sont pas aussi bien protégés contre le vol que les fameux Métrovélos jaunes… © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

Chaque année, près de 500.000 vélos sont volés en France. Un frein pour les usagers qui hésitent parfois à utiliser leur deux-roues dans leurs déplacements. Pour lutter contre ce fléau, la police et la gendarmerie se mobilisent aux côtés de la Fédération française des usagers de la bicyclette pour inciter au marquage des vélos avec un code antivol.

 

En 2004, la Fédération française des usagers de la bicyclette (Fub) a en effet mis au point un système de marquage du cadre des vélos, baptisé Bicycode®. Un système national qui consiste à graver un numéro unique et standardisé.

 

Ce numéro est enregistré dans une base de données accessible en ligne sur le site www.bicycode.org. Objectifs : agir en amont pour réduire les vols de cycles, les restituer plus facilement à leurs propriétaires, et inciter ces derniers à utiliser plus souvent le vélo.

 

Suite à une convention signée en juin 2015 entre le ministère de l’Intérieur et la Fub, cette base de données contenant le nom et les coordonnées des propriétaires est désormais accessible directement aux services de police et de gendarmerie. Ce qui leur permet de restituer les vélos volés. Et rend plus efficace ce système de prévention. À ce jour, plus de 200.000 cycles ont été enregistrés.

 

 

 

Une procédure simple, rapide et efficace

 

 

Le marquage Bicycode®, bien visible sur un cadre de vélo. © Fub

Le marquage Bicycode®, bien visible sur un cadre de vélo. © Fub

Tout récemment relancé par la préfecture de l’Isère, le système Bicycode® invite les usagers à se rendre chez un opérateur agréé pour faire marquer leur deux-roues, munis d’une pièce d’identité et de la facture. Ils se voient remettre un “passeport” permettant d’enregistrer leur vélo en ligne. Une procédure simple, rapide et dissuasive.

 

Car avec un autocollant bleu positionné en haut du cadre sous la selle, sur lequel est saisi le numéro du marquage, les cycles deviennent facilement reconnaissables par les usagers. Mais aussi par les voleurs, moins enclins à s’emparer d’un vélo enregistré.

 

Bicycode® garantit également la traçabilité du cycle. Et limite le trafic et le recel, les acheteurs pouvant vérifier s’il n’a pas été volé. Plus facile également de retrouver la trace d’un vélo abandonné. Il suffit de consulter le registre. On en informe alors la police ou la gendarmerie qui n’a plus qu’à contacter les propriétaires.

 

 

Giovanna Crippa

 

 

COMMENT LIMITER FORTEMENT LES RISQUES DE VOLS DE VÉLO ?

 

– Opter pour un antivol solide, en forme de U, car les câbles fins se sectionnent plus facilement.
– Toujours attacher son vélo, même pour de courtes durées : les vols sont fréquents devant les commerces, lorsque les usagers s’arrêtent brièvement sans attacher leur vélo.
– Attacher le cadre et la roue avant à un point fixe.
– Faire marquer son vélo avec le système Bicycode®.

 

commentez lire les commentaires
3301 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. C’est dommage pour les vélos qui sont achetés directement de particuliers à particuliers, sur le bon coin ou autres… Je pense que c’est une partie non négligeable des vélos en circulation sur Grenoble…
    Après je constate qu’il y a énormément de dégradations parfois « gratuite » de vélo, parfois ciblé à certaines parties pour les voler: une roue non attachée, la selle, et plus le vélo reste au même endroit plus il est vandalisé, jusqu’à disparaître parfois…
    Savez vous si il y a une brigade spécialisée sur les trafics lié au vélo sur Grenoble?
    Je serais curieuse de connaître les chiffres et où finissent ces centaines de selle et roue solitaire volées chaque année! Ça me parait assez aberrant comme pratique, la logique m’échappe…
    En tout cas il est clair que ce trafic est spécifique à l’agglomération (et toutes agglomérations où le vélo est développé), ayant étant choquée de voir des vélos peu ou pas attaché ailleurs en France!
    En tout cas comment la préfecture veut avoir un réel impact dans sa campagne si seulement deux endroit propose le service pour toute l’agglomération?

    sep article
  2. Un vrai plus en effet d’identifier les vélos mais ayant moi même monté les 12 vélos de la famille, je n’ai pas de facture… Il faudrait accepter le taggage aussi des vélos d’occasion pour faire la propagation massive de la solution. Certes un soucis pour la première génération, potentiellement volée ou recelée, mais on doit tenter pour ne pas rendre la mesure élitiste au seul vélo neuf.

    sep article
  3. Comment relancer le marquage avec si peu d’opérateurs ? Pour faire marquer son vélo, à ma connaissance, il ne reste à Grenoble que Dayak. Chez Métro-vélo, ils possèdent une machine à graver en panne depuis au moins septembre dernier. Dommage, Métro-vélo marquait un Bicycode pour 4€ quand Dayak en demande 15…

    sep article