Projet Esplanade : la concertation prend le large à Grenoble

sep article

FOCUS – Alors que le projet d’aménagement du futur quartier Esplanade à Grenoble continue de déchaîner les passions, la municipalité Piolle tente de reprendre la main sur ce dossier épineux. Elle vient ainsi de mandater l’équipe des concepteurs urbains HDZ. Sa première mission ? Une concertation « itinérante ».

 

 

 

Concertation Itinerante Esplana credit SeverineCattiaux

Sur des totems rec­tan­gu­laires actuel­le­ment à Grenoble, ce slo­gan invite à la par­ti­ci­pa­tion de tous les usa­gers pour construire le futur quar­tier Esplanade. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Depuis le 30 jan­vier et jus­qu’au 14 février pro­chain, une concer­ta­tion iti­né­rante por­tant sur le futur quar­tier de l’Esplanade (deuxième ver­sion) cir­cule dans Grenoble et ses abords. Le slo­gan de la démarche, visible sur les totems d’in­for­ma­tion ? « Grenoble Esplanade. Le pro­jet com­mence avec vous et l’é­quipe d’ur­ba­nistes HDZ. »

 

De quoi inter­pel­ler les Grenoblois. Tiens ! La Ville redé­marre une nou­velle concer­ta­tion sur le quar­tier de l’Esplanade ? Mais la concer­ta­tion sur une nou­velle ver­sion du pro­jet Esplanade n’a‑t-elle pas déjà été enga­gée depuis sep­tembre 2014 ?

 

Et qui est HDZ ? Le nou­veau “Christian de Portzamparc” du pro­jet ? On efface tout et on recom­mence, en somme…

 

En fait, il ne serait pas du tout ques­tion de faire table rase des der­nières réunions de concer­ta­tion, comme s’en explique Vincent Fristot, adjoint en charge de l’urbanisme, du loge­ment et de la tran­si­tion éner­gé­tique : « Après avoir revi­sité en 2014 et 2015 les enjeux pour le quar­tier de l’Esplanade avec les rive­rains, il s’agit de la suite de la concer­ta­tion. »

 

L’association Vivre à Grenoble a enterré la charte de la démocratie locale juste avant un conseil municipal polémique sur l'Esplanade

La concer­ta­tion – pour­tant foi­son­nante en réunions, balades urbaines, etc – sur le pre­mier pro­jet urbain de l’Esplanade s’é­tait sol­dée par la signa­ture d’une péti­tion oppo­sée au pro­jet, puis la remise en cause de la charte de la démo­cra­tie locale, met­tant l’an­cienne muni­ci­pa­lité PS en dif­fi­culté. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

 

Quant à l’é­quipe d’ur­ba­nistes HDZ, elle se défi­nit comme un « concep­teur urbain » qui entend renou­ve­ler les méthodes de construc­tion. Pour l’an­née 2016, les urba­nistes sont mis­sion­nés pour « éla­bo­rer toute la phase de concer­ta­tion, tous les sce­na­rii d’a­mé­na­ge­ment et réa­li­ser le plan guide de l’a­mé­na­ge­ment », indique un res­pon­sable de la Ville. La note s’é­lève à envi­ron 300 000 euros. « Ensuite, d’autres bons de com­mandes seront pas­sés au cours des deux ou trois pro­chaines années à venir. »

 

Envie d’en savoir plus ? Les dif­fé­rents membres de l’é­quipe se pré­sen­te­ront pro­chai­ne­ment au cours d’un évé­ne­ment fes­tif, quar­tier de l’Esplanade.

 

 

 

« Tout le monde a quelque chose à dire sur l’Esplanade »

 

 

L’équipe HDZ, mis­sion­née par la majo­rité d’Eric Piolle a donc le feu vert pour appli­quer ses méthodes sur les cinq années à venir. L’idée de la concer­ta­tion iti­né­rante est l’une de ses pre­mières actions.

 

Concertation Itinerante Esplanade Credit Severine Cattiaux

De gauche à droite, une habi­tante du quar­tier Esplanade, Geoffrey Michel et Adélaïde Boëlle, archi­tectes In Vivo devant le tri­por­teur de l’é­quipe HDZ. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

L’objectif ? Élargir la concer­ta­tion à tous les usa­gers de l’Esplanade. « On trouve tou­jours les mêmes per­sonnes dans les réunions publiques. Le prin­cipe est d’aller à la ren­contre des gens dans d’autres quar­tiers. Tout le monde connaît l’Esplanade avec sa foire, son par­king, ses évé­ne­ments fes­tifs… et a quelque chose à en dire et à y faire », expliquent Adélaïde Boëlle et Geoffrey Michel, archi­tectes de la struc­ture In Vivo, l’un des membres de l’équipe HDZ.

 

Histoire d’être bien visibles, les archi­tectes se déplacent en tri­por­teur et s’arrêtent avec leur véhi­cule plu­sieurs heures, effec­tuant ensuite sur place des micro-dépla­ce­ments. Neuf quar­tiers ont été choi­sis au total pour leur fré­quen­ta­tion ou leur proxi­mité avec l’Esplanade : Saint-Martin-le-Vinoux, le parc Paul Mistral, le cam­pus, le quar­tier de Bonne…

 

Munis de gom­mettes de cou­leur, de feutres, d’un fond de carte du quar­tier Esplanade et de calques, ils dis­cutent avec les pas­sants sur leurs usages et dépla­ce­ments dans le quar­tier de l’Esplanade. La récolte est “qua­li­ta­tive” mais loin d’être anec­do­tique. Ils ont, par exemple, croisé jusqu’à 50 per­sonnes, le 2 février der­nier.

 

 

 

« On est aussi sur le terrain pour débloquer les choses »

 

 

« C’est un bon outil pour rela­ti­vi­ser », estime Geoffrey, consi­dé­rant l’in­té­rêt de cette démarche iti­né­rante. « Les rive­rains en géné­ral veulent plu­tôt conser­ver l’existant. Les usa­gers exté­rieurs sont plus ouverts au chan­ge­ment », ana­lyse de son côté Adélaïde, à par­tir des retours qui leur sont faits.

 

Concertation Itinerante Esplanade Credit Severine Cattiaux

La concer­ta­tion iti­né­rante de l’é­quipe HDZ. Gommettes, feutres, fond de carte du quar­tier Esplanade et calques. Simple et effi­cace. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Les com­mer­çants de l’Esplanade notam­ment sem­ble­raient par­ti­cu­liè­re­ment « fixés sur le sta­tion­ne­ment ». « La ten­ta­tion serait de pen­ser que “plus on a de places de par­king plus on vend”… Ce n’est pas facile non plus de prendre du recul », concède Geoffrey.

 

Si les échanges avec les usa­gers se passent plu­tôt très bien, cer­tains entre­tiens sont un peu plus fron­taux… « Nous sommes aussi sur le ter­rain pour déblo­quer les choses, com­prendre l’histoire par laquelle cha­cun est passé », ajoute Adélaïde.

 

Ces spé­cia­listes de la concer­ta­tion urbaine vont ensuite retrai­ter numé­ri­que­ment les infor­ma­tions col­lec­tées et en tirer des ensei­gne­ments. Une nou­velle brique qui vien­dra s’a­jou­ter à la somme des nom­breuses contri­bu­tions déjà pro­duites sur le futur quar­tier de l’Esplanade… « En 2016, HDZ pro­po­sera des pro­jets concrets pour le quar­tier », annonce d’ores et déjà Vincent Fristot.

 

Bref, la concer­ta­tion ne fait vrai­ment que… conti­nuer !

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4867 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : Projet Esplanade : la concertation prend le large à Grenoble - L'Agence veille pour vous

  2. Piolle et l’art de créer des diver­sions, d’u­ti­li­ser les leviers pour gagner du temps, gagner du temps pour ne pas faire ou ne pas prendre de décisions…il a été élu sur une remise à plat du pro­jet, c’é­tait un axe de son pro­gramme.

    Il a déjà concerté, que se passe-t-il ? ah mince la concer­ta­tion lan­cée l’an der­nier dit qu’il faut construire, faire un peu « comme ce qui avait été prévu avant », alors on relance une énième consul­ta­tion pour être sûr qu’il n’y a pas une erreur dans les résul­tats de consul­ta­tion, parce que si jamais on fai­sait ce que la consul­ta­tion a rendu on serait proche du pro­jet de l’ex-muni­ci­pa­lité…
    Fristot ne dit pas tout à faire la vérité, le contenu de la consul­ta­tion revient sur des élé­ments de la pré­cé­dent késako ???? L’art de la comm j’ou­bliais une autre marotte de la muni­ci­pa­lité.

    Mais fina­le­ment, les gre­no­blois ont-ils bien com­pris le pro­gramme Piolle ? ou vou­laient ils sim­ple­ment un peu de chan­ge­ment (ou en fait pas du tout de chan­ge­ment parce qu’a­vec tous ses fonc­tion­naires com­mu­naux, que fait la muni­ci­pa­lité concré­te­ment ?).
    Le plus sur­pre­nant, c’est que l’ur­ba­nisme est une com­pé­tence de la métro, comme si les élus gre­no­blois dans l’as­sem­blée de la métro­pole allaient pou­voir voter seuls un pro­jet de Grenoble…démagogie quand tu nous tiens.

    sep article