Polémique : l’ardoise contestée de la Fête des Tuiles

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

DÉCRYPTAGE – Le 6 juin 2015, la municipalité Piolle lançait en grandes pompes  la première Fête des tuiles à Grenoble. Budget annoncé : environ 150.000 euros. Au terme de nombreuses et laborieuses démarches pour en obtenir le détail final, Olivier Dodinot, kinésithérapeute à Mens, le publiait sur son blog le 2 décembre dernier. Et là, surprise, puisqu’au total, pas moins de 351.553 euros auraient été dépensés.

 

 

 

Olivier Dodinot. © Olivier Dodinot

Olivier Dodinot. © Olivier Dodinot

« Ils ont supprimé une fête à 150.000 euros [Quartiers d’hiver, ndlr] pour la remplacer par une autre à 351.000 euros, tout en faisant passer le message que c’était à 150.000. Donc je pense qu’il y a tromperie sur la marchandise ! »

 

L’attaque est directe. Olivier Dodinot, kinésithérapeute à Mens, n’est pas très tendre avec l’équipe municipale grenobloise.

 

En cause, le coût réel de la Fête des tuiles qui s’est déroulée à Grenoble le 6 juin 2015 en regard du budget initialement annoncé par la municipalité.

 

La différence est de taille et les difficultés rencontrées par le Mensois pour en obtenir le détail avant de le publier sur son blog ne sont sans doute pas pour rien dans la sévérité de l’estocade.

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4081 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Je faisais partie de ceux qui avaient trouvé cet événement bien réalisé, allant même à dire que pour une somme de 150k€ c’était une belle réussite. Je suis tombée de haut.

    Il y a deux problèmes le fond et la forme.

    – Sur la forme, pourquoi la ville de Grenoble n’a pas joué la transparence, on ne peut pas décréter être favorable à l’ouverture des données et freiner la transmission d’informations financières qui intéressent la fiscalité des grenoblois.
    Deuxième élément il n’aurait mieux pas fallu communiquer des chiffres, car en tant qu’élu on se décrébilise d’autant plus que dans la durée il y aura des problèmes de confiance sur d’autres évenements équivalents.

    – Sur le fond, il ne faut pas jouer avec des évenements qui fédérent, mais qui visent aussi à nourrir une image de proximité ou électoraliste à n’importe quel prix. Et là c’est grave.
    Car la publicité faite par les élus grenoblois autour de cet événement a été forte, riche, etc…en rappelant trop souvent la maitrise budgétaire…

    Globalement, l’événement était bien organisé, il est là entaché par des faits malheureux, on ne triche pas avec l’affichage de l’argent public, je n’aime personnellement vraiment pas ça.

    sep article
  2. Bon sang mais c’est bien sur : pour une fête qui coute 351 553, on ne parle que des 150 000 euros de prestations artistiques, le reste ne compte pas, n’existe pas, c’est du vent, du virtuel que le contribuable n’aura pas à payer. Et quand on fait une école, on ne déclare officiellement au grand public que le prix des fondations, les manants n’a pas à connaître le reste, les détails ! Dans quel monde vivent ces politiciens de pacotille ? Imagine t’on son boulanger n’afficher que le prix de la farine sur sa baguette ? Pour ensuite vous la vendre au tarif plein ! Et sur sa feuille d’impôt, le Grenoblois va t’il voir une somme indiqué puis un montant 3.5 fois supérieur débité sur son compte ? Amusant, l’engagement numéro 7 de la liste Piolle, évaluer avec sérieux les politiques publiques :http://unevillepourtous.fr/files/2014/02/ProjetGrenobleUneVillePourTous.pdf

    sep article
  3. Merci à l’équipe de Place Gre’net d’avoir recadré les choses et clarifié cette polémique en papier crépon. C’est maladroit, mal expliqué, mal communiqué de la part de la mairie, mais ça rentre dans les clous.
    Je serais curieux d’avoir une analyse comptable complète des festivités comparables sur les dernières années…

    sep article
    • Pardon ! je ne crois pas que l’on puisse dédouaner les élus à travers des logiques de comptabilité aussi simplement. La fiscalité s’organise, il existe des régles dans la compta publique – , comme d’ailleurs dans la compta privée -, sans l’événement ces dépenses annexes auraient été évitées, ce n’est pas correct pour les administrés, et ce n’est pas cohérent avec les obligations comptables exigées par le Trésor et par la Préfécture sur les dépenses locales. La journées des tuiles aura couté comptablement 350k€ c’est un fait.

      sep article
    • je ne vois ce que recadre l’équipe de placegrenette. Lorsque que l’on a un projet, qui doit passer dans une délibération, on fait un budget prévisionnel en détaillant tous les chapitres financiers, donc la totalité des coûts. Vous avez vu quelque part q’un organisme institutionnel ou pas prête ou finance un projet s’il n’y a pas un budget prévisionnel détaillé. Or cela n’a pas été le cas. après vérification du bilan financier de 351 k€, il manque les coûts du nettoyage de la veille, et du lendemain. La facture doit être encore plus élevée. On a supprimé le financement annuel aux Musiciens du Louvre qui faisait un travail remarquable auprès des publics les plus éloignés de la musique classique alors que la municipalité pouvait diminuer raisonnablement sans supprimer le budget total et la ville dépense presque la totalité du budget des musiciens du Louvre pour faire une faîte des tuiles qui a fédéré toute la ville de Grenoble en une journée? Vous prenez les grenoblois pour des idiots? J’habite à l’aigle et j’ai pu voir le peu de public mais beaucoup d’acteurs qui déambulaient juste en fin d’après midi ce qui est légèrement différent, mais beaucoup de désagréments pour les riverains. stationnement interdit pendant deux jours, circulation idem etc.

      sep article