Une chaîne humaine pour le climat dans les rues de Grenoble

sep article



REPORTAGE VIDÉO – À la veille de l’ouverture de la Cop21, ce lundi 30 novembre, plusieurs centaines de personnes ont formé une chaîne humaine dans les rues de Grenoble, dimanche après-midi. Une mobilisation à l’appel d’un collectif d’associations pour résister et contourner l’interdiction de rassemblement notifiée par la préfecture de l’Isère, suite à l’état d’urgence récemment décrété.

 

 

 

La chaîne humaine en formation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La chaîne humaine en for­ma­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La marche est inter­dite ? Sautez ! », « Changeons le sys­tème, pas le cli­mat ! », « Réchauffons les cœurs, pas le cli­mat ! »… Tels étaient les slo­gans scan­dés par les quelques cen­taines de maillons humains de la grande chaîne qui s’est for­mée dans les rues de Grenoble, ce dimanche 29 novembre après-midi. Une mobi­li­sa­tion loin d’être modeste et d’au­tant plus sur­pre­nante qu’une pluie froide et ser­rée s’é­tait invi­tée à la fête, per­du­rant avec insis­tance jus­qu’à la dis­lo­ca­tion. De quoi en décou­ra­ger plus d’un…

 

Dans la petite foule, des familles, des mili­tants de tous bords, quelques élus, cer­tains ceints de leurs écharpes tri­co­lores, et même des per­sonnes venues d’as­sez loin, notam­ment de Valence, en sou­tien aux mar­cheurs gre­no­blois.

 

 

 

Braver l’interdiction préfectorale

 

 

C’est vers 15 heures que les mani­fes­tants ras­sem­blés au Jardin de ville de Grenoble ont com­mencé à se prendre par la main pour for­mer deux immenses chaînes sur les trot­toirs, comme sym­bole de paix et de fra­ter­nité. Une alter­na­tive choi­sie par les orga­ni­sa­teurs gre­no­blois pour contrer l’in­ter­dic­tion pré­fec­to­rale de tout ras­sem­ble­ment dans la rue et donc de la Marche pour le cli­mat, pour­tant pré­vue de longue date par nombre d’or­ga­ni­sa­tions.

 

Rassemblement au Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement au Jardin de ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les chaînes se sont allon­gées jus­qu’à entou­rer les cha­lets du mar­ché de Noël, place Victor Hugo. « Pour pro­té­ger le mar­ché », iro­ni­saient les mani­fes­tants frus­trés d’a­voir été pri­vés de leur marche alors que le mar­ché avait, lui, été main­tenu.

 

Sur place, les chaînes ont fini par se dis­lo­quer, se trans­for­mant pour le coup… en une joyeuse marche de mili­tants déam­bu­lant dans les rues du centre-ville. Arrivés place Claveyson, ceux-ci ont même impro­visé un mini bal folk, au son de l’ac­cor­déon.

 

A noter qu’au­cune force de police “visible”, sinon quelques poli­ciers muni­ci­paux et obser­va­teurs de la Police natio­nale, n’é­tait pré­sente sur les par­cours inves­tis par les chaînes humaines.

 

 

Retour en images sur cette mani­fes­ta­tion très ani­mée.

 

Reportage Joël Kermabon

 

 

 

Les grandes marches pour le climat annulées en France

 

 

A l’oc­ca­sion de la 21e confé­rence pour le cli­mat (Cop21) qui s’ouvre ce 30 novembre au Bourget, près de Paris, 147 diri­geants du monde entier vont ten­ter de limi­ter les dégâts cau­sés par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. En marge de cet évé­ne­ment, beau­coup d’or­ga­nismes, notam­ment Alternatiba, sou­hai­taient sen­si­bi­li­ser et mobi­li­ser les popu­la­tions du monde entier.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Une marche inter­na­tio­nale pour le cli­mat a ainsi été orga­ni­sée, invi­tant les citoyens à défi­ler en nombre pour démon­trer aux gou­ver­ne­ments leur volonté d’ob­te­nir des enga­ge­ments concrets. En France, toutes ont été annu­lées à cause des atten­tats qui ont ensan­glanté la capi­tale, le 13 novembre der­nier, et de la décla­ra­tion d’é­tat d’ur­gence qui s’en est sui­vie.

 

Localement, la Coalition 21 pour le cli­mat de l’Isère avait invité à bra­ver l’in­ter­dic­tion de ras­sem­ble­ment sur la voie publique, notam­ment via les réseaux sociaux. L’association Démocratie, éco­lo­gie, soli­da­rité (Ades) s’é­tait éga­le­ment insur­gée contre l’in­ter­dit. « On ne doit pas tout arrê­ter dans la vie de la cité à cause de l’état d’urgence, d’autant plus que ce ras­sem­ble­ment ne trouble pas l’ordre public. Ce sera un accom­pa­gne­ment du mar­ché de Noël », décla­rait-elle sur son site.

 

Quant au Rassemblement citoyen, éco­lo­gique, soli­daire, il appe­lait « à se mobi­li­ser aux cotés des asso­cia­tions et des ONG pour que l’expression citoyenne vive et que les voix pour la jus­tice cli­ma­tique puissent s’élever par­tout en France ».

 

 

Joël Kermabon

 

 

Village Alternatiba

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

- Alternatiba : un “vil­lage des alter­na­tives” anti-crise cli­ma­tique

- Changement cli­ma­tique : Alternatiba Grenoble dans les star­ting blocks !

- Alternatiba en ter­ri­toire éco­lo­giste à Grenoble

- Hold-up dans une agence BNP Paribas : six chaises pour le cli­mat

- Climat : un gla­cio­logue gre­no­blois sonne l’alarme

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3614 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.