Propreté urbaine : Grenoble va passer à la verbalisation

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

AVANT-PREMIÈRE – Déjections canines, dépôts sauvages d’encombrants, déchets abandonnés sur la voirie… Face à la montée des incivilités, la ville de Grenoble a décidé de passer à la verbalisation. Enjeu : améliorer la propreté des rues malgré une baisse des effectifs dans les services dédiés à l’entretien.

 ➔ 1281 mots

 

 

Comment assurer la propreté de la ville, malgré des incivilités en hausse et un nombre d’agents d’entretien en baisse ? Grenoble a peut-être trouvé la solution de cette équation complexe : verbaliser. Le projet est, en tout cas, dans les tuyaux de la nouvelle municipalité qui s’apprête à lancer une vaste campagne de verbalisation pour améliorer la propreté urbaine.

 

Police municipale à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Police municipale à Grenoble. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

 

Si les élus et responsables de services concernés à la ville de Grenoble n’ont pas souhaité s’exprimer avant des annonces officielles sur le sujet, les délégués syndicaux territoriaux se sont, eux, montrés plus prolixes.

 

 

 

Des incivilités croissantes

 

 

Maintenir la ville propre. Le défi est de taille car les agents de la propreté urbaine doivent faire face à une augmentation des actes d’incivilité de la part des citoyens. « Tous les déchets déposés de manière sauvage – comme les encombrants qui ne sont pas de notre charge – ont un impact énorme », déplore Lilian Dejean, agent de la propreté urbaine de la ville de Grenoble et délégué CGT.

 

Dépôts sauvages de déchets devant une poubelle de tri dans le quartier Saint-Laurent à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Dépôts sauvages de déchets devant un container de tri enterré, quartier Saint-Laurent. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

« Sans compter les containers sortis plusieurs jours avant la date de ramassage, les voitures brûlées ou les bris de vitres d’arrêts de bus qui cassent toute l’organisation que nous essayons de mettre en place. »

 

Cherif Boutafa, secrétaire du groupement départemental Force ouvrière Isère, évoque aussi des « gens qui jettent par la fenêtre ou qui mettent leurs poubelles n’importe où, parfois même dans les bacs à verre. »

 

Face à cette recrudescence d’incivilités, le service de la propreté urbaine a donc sollicité un soutien de la Ville.

 

Une demande à laquelle la municipalité semble avoir répondu, via la verbalisation annoncée des actes d’incivilité constatés. « Nous ne savons pas précisément quand cela va être mis en place, mais cela va se faire prochainement », assure Lilian Dejean.

 

La verbalisation porterait sur trois axes, explique le délégué CGT : « les dépôts sauvages, le non-respect des règles sur les marchés alimentaires – comme les départs tardifs qui gênent les agents d’entretien –, et, enfin, les déjections canines ». Pour connaître les tarifs des amendes et le nombre d’agents municipaux qui seront en charge de la verbalisation, il faudra en revanche patienter.

 

 

 

Faire mieux… avec moins d’effectifs

 

 

Il faut dire qu’au-delà des incivilités les services doivent faire face à d’autres défis, dont une baisse de moyens. « Si être agent de la propreté urbaine c’est exercer un métier ingrat avec un manque de considération, nous avons toujours prôné un service de qualité envers les usagers et nous avons su nous adapter à différentes municipalités et directeurs », assure Lilian Dejean.

 

agent de la propreté urbaine de Grenoble - Ville de Grenoble

Un agent d’entretien, balai à la main. © Ville de Grenoble

 

De fait, l’adaptation est bien le maître-mot face à la restructuration des moyens humains engagés par la nouvelle municipalité dans l’ensemble des services municipaux. Et celui de la propreté urbaine n’a pas fait exception.

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
6873 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : Article édifiant sur la « stratégie de la communication » de la municipalité PG-EELV grenobloise, ou Tintin au pays des Soviets confronté aux méthode du FN. – GROUPE D'ANALYSE METROPOLITAIN

  2. C est de pire en pire, les rues sont sales. …
    Verifier …..
    L arrière du casino Vallier, obligé de changer de trottoirs
    Rue pierre Ruibet, crottes de chien
    Débordement de poubelles
    Les odeurs atroces dans certaines rues du quartier mutualiste.
    Bientot des photos seront publiées sur le net.

    sep article
    • Les fortes concentrations urbaines impliquent un minimum de civisme de la part des protagonistes.
      Et s’ils en sont incapables, la verbalisation est une bonne idée.

      sep article
  3. Et les mégots de cigarettes? C’est beaucoup plus facile de prendre les gens en flagrant délit.

    sep article
    • On peut aussi mettre des miradors et des milices, non ?
      Où alors des cendriers …. (comme dans certains autres pays)

      sep article
  4. Quand on est des porcs, il ne faut pas s’étonner ni pleurnicher d’avoir la vie qui va avec.

    sep article
  5. Hé hé !
    Bonne chose que celle là.
    Mais y aura t il des patrouilles de nuit ?
    Tous les matins, je suis surpris du nombres de canettes laissées là par ceux qui feraient mieux de mettre la tête dans leurs bouquins que dans le Vodka-RedBull.
    En plus, souvent il y a des poubelles pas loin.

    sep article